Le Maroc en tête des listes du patrimoine de l'ICESCO avec 46 sites    Après Marrakech, Ivanka Trump découvre Dakhla (PHOTO)    Championnat arabe de robotique : Les équipes marocaines remportent plusieurs prix    Economie du sport au Maroc: ce que préconise le CESE pour la développer    Coronavirus au Maroc: 3.043 nouvelle infections et 2 décès enregistrés ce mercredi    Colloque / Settat : Apologie de l'initiative d'autonomie pour le Sahara marocain    Maroc : Les Bouquinistes en ligne, une nouvelle vision de la littérature ?    Rabat : « Spectres dansants », exposition d'Abdelhadi Mourid    L'Espagne adopte l'accord de Marrakech portant création de l'Alliance solaire internationale    L'école en mode reboot    Économie du sport: le CESE préconise une politique publique opérationnelle inscrite dans une loi-cadre    Covid-19 : 3.043 nouveaux cas et 2 décès ce 6 juillet    USA : des sénateurs réclament une enquête sur TikTok et la sécurité des données    Coupe du Trône : le derby Raja-Wydad délocalisé au stade Larbi Zaouli sans public    Aéroport Mohammed V: interpellation de deux Subsahariens pour leur implication présumée dans le trafic international de cocaïne    Narcotrafic : saisie de drones sous-marins opérant entre l'Espagne et le Maroc    Automobile: 5 points clés des statistiques de l'AIVAM    Coupe du Trône: tout ce qu'il faut savoir avant Wydad-Raja    La délégation officielle pour le pèlerinage se rend aux lieux de résidence des pèlerins marocains à La Mecque    Maroc : Tan-Tan signe un deuxième accord de jumelage avec une ville italienne    Football : L'international marocain Hamza Mendyl signe au club belge de l'OH Louvain    Euro Féminin / Angleterre 2022 : Programme de la phase de poules, chaînes de diffusion    Coup de bluff de la "Mecque des révolutionnaires"    USA: un week-end du 4 juillet sanglant    Allemagne : Sept ans de prison requis contre un Marocain accusé de terrorisme    Les deux Soudan facilitent la circulation des biens    En Algérie, les étranges manœuvres d'un président mal élu pour se survivre    Aid Al-Adha: une offre de près d'un million d'ovins et caprins à Rabat et sa région    L'assaut de migrants clandestins contre la clôture métallique de Melilla marqué par une violence féroce    «Le Maroc a parfaitement le droit de questionner la souveraineté espagnole sur Ceuta et Melilla»    Paris : L'Oriental Fashion Show célèbre le caftan marocain    Littérature : Fouad Laroui raconté par ses amis d'enfance    Alejandro Guillan: «Aussi bien les rythmes que les chants marocains ont des points en commun avec ceux de l'Espagne»    Shéhérazade : Immersion dans l'époque la plus glamour de l'histoire arabo-maghrébine    Le Souverain plaide pour une coopération internationale plus conséquente    Officiel: le derby Wydad-Raja délocalisé et à huis clos    La MDJS remporte la médaille d'or dans la catégorie gaming    Dakar: la RAM signe cinq conventions avec des partenaires au Sénégal    Programme solaire Noor Atlas : Masen lance un appel d'offres    Zone franche à Nador : Une première tranche pour bientôt    Croissance économique : 0,8% attendue pour le T3 2022 (HCP)    L'ancien PDG de l'aéroport d'Alger condamné à 8 ans de prison pour corruption    CAN féminine : Le Maroc bat l'Ouganda et se qualifie aux quarts de finale    Covid-19 : Le ministère de la Santé recommande en urgence une dose de rappel    Maroc : Le Comité CEDAW recommande des avancées égalitaires en arrondissant les angles    Le Groupe AKDITAL lance la Fondation AKDITAL    L'ONU répond à l'Algérie et au Polisario sur l'annulation des visites de De Mistura au Sahara    BTS : 2.186 candidats réussissent l'examen cette année    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au Nigeria, l'arrestation massive d'islamistes inquiète les musulmans
Publié dans L'opinion le 05 - 02 - 2014

Des arrestations massives d'islamistes présumés dans le sud majoritairement chrétien du Nigeria inquiètent la communauté musulmane, qui redoute une exacerbation des antagonismes ethniques et religieux.
Au Nigeria, pays dévasté il y a presque 50 ans par la guerre au Biafra (sud), le conflit le plus meurtrier après la Seconde guerre mondiale, ces arrestations ciblées sont considérées par des observateurs comme les signes En janvier, 300 commerçants originaires du Nord majoritairement musulman, soupçonnés d'appartenir au groupe islamiste armé Boko Haram, ont été arrêtés dans l'Etat de Rivers, dans le sud du pays. La plupart ont été libérés depuis. Au même moment, 84 apprentis qui suivaient une formation dans l'Etat d'Imo, dans le sud-est, on été renvoyés dans leur Etat d'origine de Katsina (nord), parce qu'ils étaient suspectés, eux aussi, d'avoir des liens avec le groupe extrémiste.
En janvier 2012 déjà, la police avait arrêté et détenu pendant un mois 25 chasseurs venant de Zamfara (nord-ouest) qui participaient à une chasse annuelle dans les forêts de la région d'Enugu (sud-est).
Ils ont été soupçonnés d'avoir des liens avec Boko Haram lorsque les 19 fusils de chasse qu'ils transportaient ont été découverts.
L'insurrection islamiste, qui a fait plusieurs milliers de morts dans le nord du Nigeria depuis 2009, est au coeur des préoccupations sécuritaires, et certains redoutent que les violences contaminent le Sud, jusqu'ici épargné. La suspicion croissante envers les musulmans fait craindre un regain de tensions religieuses, ethniques et inter-communautaires.
«Indices
de pré-guerre civile»
Pour Solomon Dalung, professeur à l'université de Jos (centre), il est clair que les forces de l'ordre «visent (...) les citoyens qui viennent d'une région géopolitique particulière». Les dernières arrestations portent des «indices de pré-guerre civile», s'inquiète M. Dalung, qui voit des similitudes entre la période actuelle et les tensions qui ont précédé la guerre du Biafra.
La guerre civile qui a fait un million de morts au Nigeria entre 1967 et 1970 a éclaté quand l'ethnie chrétienne Ibo a voulu faire sécession, dans le sud-est, suite à de fortes tensions avec les musulmans haoussas du nord du pays. Alors que le Nigeria s'apprête à se rendre aux urnes l'année prochaine, certains observateurs pensent déceler un motif politique dans ces arrestations massives.
Dans le sud-est du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, «il suffit d'avoir une barbe et un kaftan pour être considéré comme (appartenant à) Boko Haram», ironise Abdullahi Bawa Wase, spécialiste des questions de sécurité.
«Tout cela arrive dans le sillage des magouilles politiques, en vue des élections de 2015», dit-il. Pour M. Wase comme pour M. Dalung, le conflit qui oppose le président nigérian Goodluck Jonathan au gouverneur de l'Etat de Rivers, Rotimi Amaechi, n'est pas sans lien avec la récente arrestation de 300 commerçants dans cette région.
M. Amaechi fait partie des gouverneurs qui ont récemment quitté le parti présidentiel, le Parti démocratique populaire (PDP), pour rejoindre le principal parti d'opposition, le Congrès des progressistes (APC).
La volonté de se représenter en 2015 prêtée au président Jonathan, un chrétien du Sud, attise les tensions au sein de son camp, même s'il n'a fait aucune annonce officielle pour le moment.
Si M. Jonathan se représentait, il violerait une règle tacite de son parti voulant qu'après un chrétien du Sud, ce soit au tour d'un musulman du Nord de se porter candidat.
M. Amaechi reproche aussi au président Jonathan une mauvaise redistribution des revenus pétroliers et le manque d'aides publiques dans son Etat du Delta du Niger, d'où provient la majeure partie de l'or noir nigérian. Ces arrestations «ont pour but d'intimider les musulmans du Nord, afin de réduire le nombre des partisans d'Amaechi», populaire auprès des nordistes de l'Etat de Rivers, selon M. Wase.
Il pourrait aussi y avoir un motif politique derrière l'arrestation des apprentis de Katsina, le gouverneur de l'Etat d'Imo, Rochas Okorocha, lui-même originaire du Nord, étant une des figures de l'APC.
Des «politiciens impopulaires» utilisent les conflits religieux pour «semer la discorde (...) parmi les citoyens pour des motifs politiques égoïstes», estime Khalid Aliyu, secrétaire général de Jama'atu Nasril Islam (JNI), l'organisation des musulmans nigérians, qui envisage une action en justice contre ces arrestations.
«Il y a plus d'Ibo dans le Nord que de Haoussas dans le Sud», rappelle M. Aliyu, et «les événements qui ont mené à la guerre civile pourraient se répéter si le Nord décide de riposter».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.