Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Jadida : Institut Français, une institution dont les prestations ne cessent de se dégrader. Et pour cause !
Publié dans L'opinion le 16 - 05 - 2014

Il y a un peu plus de deux années, la France disposait au Maroc d'un maillage d'établissements culturels d'une densité sans équivalent au monde : 10 Instituts français et 3 Alliances franco-marocaines, dont celle d'El Jadida.
L'Alliance d'El Jadida a donc existé depuis une vingtaine d'années. Années au cours desquelles elle a assuré à la population locale le meilleur enseignement du français et les meilleures animations culturelles possibles.
Des réalisations qui étaient le fruit d'efforts conjugués de toutes les femmes et de tous les hommes qui ont assumé une responsabilité dans cet établissement : Directeurs, administrateurs, enseignants et fonctionnaires.
La qualité atteinte résultait également d'apports et d'appuis de toutes natures des différents partenaires : Fondation de Paris, ambassade de France, autorités locales, mécènes, établissements d'enseignement Supérieur et Direction éégionale de la Culture.
Mais en tant d'années, il y a eu énormément de changements sociaux : l'évolution économique, pédagogique et culturelle a bouleversé la société autour de l'Alliance.
La ville d'El Jadida est devenue cinq ou six fois plus grande qu'elle ne l'était il y a 20 ans. Sa population et ses besoins en services pédagogiques et culturels ont évolué et ont changé aussi bien quantitativement que qualitativement, alors que le mode de fonctionnement administratif de cet établissement était resté inchangé.
C'est dans un souci de restructuration et d'évolution positive, que le Bureau gestionnaire du Conseil d'Administration avait acquis la conviction de transformer l'Alliance en Institut.
Questionné à ce propos, le président de ce conseil, Mr Ahmed Benhima nous clarifia les motifs derrière un tel changement, ainsi que de l'opportunité qui était à saisir.
« Cette transformation comporte d'énormes avantages :
- Un budget revu à la hausse par le ministère des affaires étrangères français.
- Des garanties plus solides (un Institut est sous la responsabilité directe de la France).
- Des spectacles d'une meilleure qualité que l'Alliance n'avait pas les moyens de mettre à la disposition du public.
Sans oublier que l'ambassade de France ne propose une telle opportunité qu'à des établissements parfaitement gérés. »
Pour passer au statut d'Institut, El Jadida avait opéré vers la fin 2011 la mise à niveau administrative qui s'imposait et l'Ambassade de France avait procédé en 2012 à une mise en fusion de la totalité des Instituts au Maroc. Une fusion des compétences et des moyens, qui a pour finalité suprême l'amélioration qualitative et quantitative du travail et des services.
Une manifestation culturelle dont ne bénéficiait, à titre d'exemple, qu'un Institut ou deux auparavant, aura dorénavant lieu dans tous les Instituts du pays. Le but ? Offrir la même qualité des services, de meilleures opportunités et manifestations, des coûts en baisse, des sponsors plus intéressés et amplement satisfaits (publicité sur l'ensemble du territoire au lieu d'une seule ville)...
Rappelons à titre informatif que l'Alliance est une association gérée par un Conseil d'Administration au pouvoir décisionnel et obéissant au droit local. Tandis que dans un Institut, ce conseil n'a qu'un pouvoir consultatif auprès de l'ambassade, seule qualifiée à prendre les décisions finales.
Cette transformation, qui a eu lieu du temps de la Directrice Brigitte Mestre, a réussi à métamorphoser le champ culturel régional au point d'en faire l'un des plus animés sur le plan national. En témoigne tous ces articles de presse qui en ont fait l'écho et l'éloge.
Malheureusement, une fois l'ex-Directrice partie à la fin de l'année dernière, suivie par celle qui s'occupait de l'organisation des prestations culturelles, l'Institut d'El-Jadida n'est plus que l'ombre de lui-même.
Les prix qui devaient baisser ont augmenté. Les événements culturels, les grands spectacles, les écrivains et artistes-peintres célèbres dont on devait bénéficier en tant qu'Institut, on n'en a vu que dalle !
A la place, nous avons du nous contenter d'une écrasante majorité d'écrivains et artistes jdidis Nous n'avons rien contre les locaux, mais entre un Nedali, un Binebine... et un X, il y a une sacrée différence. Le pire, c'est qu'en grande majorité, on n'en a vu passer que cela.
Pourquoi cette brusque dégringolade ?
Est-ce due à un staff décapité, après le départ de l'ancienne directrice, qui avait une grande connaissance de notre pays et sa culture, et qu'on ne sait plus comment s'en sortir et honorer les promesses faites par cet Institution ?
Nous disons cela parce que cet Institut constituait à chaque fois l'événement culturel au sein de la ville. Une cité qui ressemble de plus en plus à un désert culturel.
La seule Association qui arrive à tirer son épingle du jeu sur ce plan est celle de la Cité Portugaise présidée par Brahim El Kaliî et magnifiquement administrée par Khalid Sfini. Inutile de rappeler que c'est la seule Association d'ailleurs qui n'a pas bénéficié de subvention cette année et qui continue d'exister, contre vents et marées, grâce aux mécènes et aux amis du Patrimoine Jdidis
Comme quoi, nos élus font de leur côté tout ce qui en leur pouvoir, pour « encourager » la culture dans cette ville !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.