Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Atlanta Assurances : le plan stratégique continue de porter ses fruits    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Premières Assises nationales du Développement humain    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    PLF 2020. Le calendrier se précise    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    Question d'intégration    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'officier déchu qui avoue sa trahison à la télévision : A l'assaut du malade alité
Publié dans L'opinion le 24 - 06 - 2014

A l'image de celui dont le livre, non interdit au Maroc, a définitivement terni son image, même auprès de ses quelques derniers sympathisants, il a suffit d'écouter Mustapha Adib, le capitaine renvoyé de l'armée de l'air, s'exprimer sur la chaîne de télévision France24 pour assister à sa noyade sur écran.
Le journaliste qui a eu à l'interviewer a du faire preuve de beaucoup de patience. Près de douze minutes d'âneries de très gros calibre. Proférer d'aussi grosses bêtises et à une telle cadence devrait être considéré comme une arme d'abrutissement massif et interdit à la télé.
Au commencement de l'entretien télévisé avec Adib furent les ténèbres ! Celui qui jure ne pas être au service de quelconque intérêt anti-marocain parle de deux peuples, le marocain et le sahraoui ! N'est-ce pas là le discours de l'Algérie et de sa création monstrueuse, le Front Polisario ? Mais alors, que faisait Adib dans les rangs de l'armée marocaine s'il ne croit même pas en l'intégrité territoriale du Maroc ?!
Soit c'était un espion infiltré dans les rangs de l'armée marocaine, soit un fieffé menteur, qui ne s'est converti à la cause polisarienne que par pur intérêt, sur instruction de ses maîtres. Ces gens ont vendu leur patrie par revanche envers un peuple marocain qui ne s'est pas plié à leurs sombres ambitions.
Pourquoi la justice marocaine poursuivrait-elle le Général Bennani si rien ne lui est reproché, preuves à l'appui ? Et depuis quand les États souverains livrent-ils leurs soldats et officiers à des justices étrangères pour s'être battu en défense de leur patrie ? Les États-Unis ne sont-ils pas une démocratie ? Et pourtant, les soldats américains ne se battent même pas en défense du propre territoire de leur pays.
Non, affirme Adib, il n'a pas menacé le Général Bennani dans son lit d'hôpital à Paris, il voulait seulement lui délivrer une lettre où il le traite de criminel et lui reprocher l'injustice dont il prétend avoir été accablé ! Adib est catégorique sur France24, il a été témoin de certains «crimes» commis par le Général. Ceux commis contre lui ! Adib semble avoir oublié qu'il était officier de l'armée de l'air et, pour avoir enfreint le règlement militaire, il a été mis aux arrêts par la police militaire, jugé selon le code militaire, condamné et emprisonné pour les faits qui lui étaient reprochés. Enfermé dans une prison, suite à un jugement du tribunal militaire, est-ce de la détention arbitraire ?
Si Adib ne se sentait pas l'étoffe d'un soldat, tenu de respecter le règlement militaire, il avait qu'à ne pas s'engager dans la carrière des armes. Quelqu'un qui a porté l'uniforme de l'armée marocaine et qui se lamente sur écran d'avoir subi la rigueur de la justice militaire pour avoir manqué à son devoir d'officier, c'est révulsant.
Et l'honneur militaire, lui demande le journaliste de France24 ? S'en prendre à un vieillard, alité dans un grave état de santé à l'hôpital, ce n'est apprécié nulle part. Et là, Adib donne toute la mesure de sa petitesse: «Le Général Bennani n'est pas dans un état de santé fragile. Ce sont des données erronées. Il est tout simplement dans une chambre d'hôpital. Il parle.
Quand je suis arrivé devant sa chambre, il devait aller en rééducation. L'état de santé du général Bennani permet qu'on s'adresse à lui et qu'il réponde. Tous ceux qui sont dans un hôpital ne sont pas dans l'incapacité de se défendre» ! Et voilà que l'officier déchu s'érige en docteur la mort, décidant quel malade est apte à se faire insulter et traiter de criminel et qui ne l'est pas !
Sa plainte contre le Maroc ? Un vieux projet ! «J'en ai parlé déjà en 2007 et 2008»... La justice marocaine ? «Au Maroc, il y a des tribunaux, mais pas de justice. Il y a des fonctionnaires, mais il n'y a pas de magistrats». En tout cas, il y a un imbécile qui se croit permis de ne respecter aucune règle, pas même celles de la bienséance, que les magistrats marocains n'ont pas manqué à leur devoir d'envoyer passer quelques temps à l'ombre, afin de méditer sur ses erreurs. Même s'il ne semble pas avoir retenu la leçon.
Adib aurait quand même profité de son passage sur France24 pour faire une annonce d'offre de services. Il se dit prêt à collaborer avec n'importe quelle partie anti-marocaine, pourvu qu'il s'agisse d'un contrat en bonne et due forme. C'est qu'il tient à ses doits sociaux de traître à sa patrie, le capitaine déchu. En prenant position contre l'intégrité territoriale de son pays, Adib a coupé court avec sa marocanité. Qui pourra-t-il convaincre qu'il milite pour la démocratie au Maroc, s'il ne respecte même pas les valeurs sacrées des Marocains ?
«Si j'étais l'agent d'une quelconque partie anti-marocaine, je l'aurais dit» ! Amen ! Quelqu'un devrait dire à ce traître qu'il n'est pas écrit «crédule» sur le front des Marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.