Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc dénonce à Genève la flagrante implication de l'Algérie dans le différend autour du Sahara
Publié dans L'opinion le 19 - 09 - 2014

Le Maroc a dénoncé, mercredi devant le Conseil des droits de l'Homme à Genève, la «flagrante implication» et «l'attitude tendancieuse» de l'Algérie dans le dossier du Sahara marocain, en pleine contradiction avec le statut d'observateur censé être la sienne.
«La Communauté internationale est parfaitement avisée des vraies raisons géopolitiques qui motivent l'Algérie dans sa démarche sur le Sahara marocain devant ce Conseil», a affirmé le chargé d'affaires du Royaume à Genève, M. Hassan Boukili.
Le diplomate s'exprimait dans le cadre de son droit de réponse suite à une déclaration de l'ambassadeur algérien dans laquelle il a accusé le Maroc d'atteintes aux droits de l'Homme dans ses provinces du Sud.
M. Boukili a ainsi rappelé qu'Alger est impliqué depuis 1975 militairement, politiquement, diplomatiquement et financièrement dans ce différend artificiel, soulignant que «son discours sur les droits de l'Homme au Sahara marocain est fondamentalement politique».
La fixation de l'Algérie sur le Maroc et son Sahara, a-t-il expliqué, procède de ses complexes chroniques à l'égard du Royaume, de l'authenticité de son histoire et de ses Institutions séculaires, du caractère pionnier de ses réformes démocratiques, de sa stabilité et son unité nationale, et surtout de la force de son initiative d'autonomie au Sahara.
«C'est là le vrai capital du leadership historique et stratégique du Maroc que la propagande politique de l'Algérie et ses contrats de gaz et d'armement ne peuvent remettre en cause», a-t-il fait valoir.
Il a dans ce contexte relevé que l'Algérie est une partie politique à part entière dans ce conflit artificiel et que seule la Mauritanie sœur est un pays observateur dans ce problème régional.
Qualifiant d'»irresponsable» l'attitude de l'Algérie devant le Conseil des droits de l'Homme, le diplomate a indiqué que les autorités algériennes auraient fait mieux de se préoccuper des violations et répondre des crimes commis sur leur territoire, y compris dans les camps de Tindouf.
«Comment peut-t-elle critiquer les droits de l'Homme au Sahara marocain, alors qu'elle les viole en Kabylie, à Ghardaya et protège leurs violations dans les camps de Tindouf», s'est interrogé M. Boukili.
A cet égard, il a fait observer que le pays voisin ose critiquer l'interaction du Maroc avec les mécanismes onusiens des droits de l'Homme, alors qu'elle demeure le seul pays dans la région fermé aux ONG internationales et aux mécanismes du CDH.
«L'Algérie prétend qu'elle ne fait que soutenir le droit à l'autodétermination. Non car depuis 1975, elle soutient un projet séparatiste au Sahara marocain», a expliqué le chargé d'affaires.
Au lieu de se préoccuper de la protection des droits de l'Homme des populations des camps, a-t-il dit, «l'Algérie investit des millions de dollars dans l'embrigadement des séparatistes pour les renvoyer troubler l'ordre au Sahara marocain».
«Il existe une grande différence entre soutenir un principe et engager les ressources et les appareils de l'Etat algérien pour contrecarrer le parachèvement de l'intégrité territoriale du Maroc», a-t-il tenu à souligner.
Citant des estimations d'experts algérien, le diplomate a indiqué que l'Algérie a dépensé 250 milliards de dollars pour concrétiser son projet séparatiste au Sahara marocain. «Sans parler des coûts et dommages collatéraux sur les relations bilatérales et l'Union du Maghreb. Cela fait trop d'argent dépensé par une Algérie qui se veut un simple observateur dans ce conflit», a-t-il fait remarquer.
Soulignant que l'attitude politique de l'Algérie dans cette affaire est unique dans l'histoire des différends politiques contemporains, M. Boukili a affirmé que son engagement depuis 1975 pour la division de l'unité et l'intégrité territoriale du Maroc relève d'un réflexe d'hégémonie coloniale dans la région.
Le diplomate a en outre fait valoir que le Royaume, malgré les campagnes de dénigrement dirigées à son encontre, assume pleinement toutes ses responsabilités en matière de promotion et de protection des droits de l'Homme, conformément à sa Constitution, ses lois nationales et ses obligations internationales.
Il a, à ce propos, rappelé que le Conseil de sécurité a qualifié l'initiative d'autonomie au Sahara de «sérieuse» et «crédible» et s'est félicité du travail de ses institutions des droits de l'Homme dans les villes sahariennes du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.