Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Heetch accompagne les auto-entrepreneurs    Sahara : La Grande Bretagne réitère son plein soutien au processus onusien et aux efforts du Maroc    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Le surfeur Ramzi Boukhiam qualifié pour Tokyo 2020    Global Teacher Conclave & Awards 2019 : Un Marocain primé    Affaire Griezmann: une sanction de 300 euros ou un huis clos pour le Barça    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Lancement officiel et adoption des recommandations de l'OMS    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Meknès : Il poignarde mortellement son voisin    «Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »    Fête de l'Huma: Les chemins de l'Humanité!    Gestion migratoire : Le Commissaire de l'UA salue le rôle du Maroc    Logement social : La Cour des comptes identifie les failles    Ligue des Champions d'Afrique : RCA et WAC à un pas de la phase de poules    3e meeting du Barbe et Arabe-Barbe, championnats nationaux et Salon du cheval : La filière équine sur sa lancée    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    «Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Spoliation foncière : la lutte se poursuit    Administration publique : Le Maroc et Québec signent un accord    Nasser Bourita : La CEDEAO doit prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme    Iran : Le guide suprême exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Brexit: La suspension controversée du Parlement britannique devant la Cour suprême    Sous pression, Angela Merkel dévoile sa stratégie climatique    Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…    Audiovisuel : MBC5 veut rayonner sur le Maghreb    Soins auto-administrés : Le Maroc adopte les recommandations de l'OMS    Hajar Raissouni, la demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Sécurité pénitentiaire. Les raisons de la bérézina    Le Fonds de solidarité contre les évènements catastrophiques est en selle    Contrôle frontalier : Les fiches d'embarquement- débarquement supprimées    Journée mondiale de l'arthrose    Le glacier d'Aletsch pourrait disparaître d'ici à 2100    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Le choc entre les deux Olympiques débouche sur un nul    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    Divers sportifs    Nasser Bourita : Le développement humain est la clé de la durabilité de l'action contre le terrorisme    Divers Economie    Déficit budgétaire de 33,5 MMDH à fin août    Rejet total de l'annexionnisme israélien par l'OCI    Ces stars qui se sont mariées en secret    "GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore    Brad Pitt en cosmonaute dans "Ad Astra"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Traitement de l'actualité marocaine sur France24 : Liaisons dangereuses
Publié dans L'opinion le 27 - 10 - 2014

Que des médias français soient durs avec le Maroc ou un cran trop critiques à l'endroit de sa façon de concevoir son évolution démocratique, est à la limite tolérable et peut même, des fois, s'avérer utile. Mais que certains de ces médias fassent de l'acharnement systématique une ligne de conduite à chaque fois qu'ils ont à traiter de l'actualité au Maroc, voilà qui laisse place à beaucoup de suspicion et renvoi vite à l'éventualité de la manipulation politique. Surtout quand le média en question est une chaîne de télévision publique, donc étatique. C'est le cas notamment de la chaîne d'information en continu France24 dans sa version arabophone.
Le constat est qu'à chaque fois qu'il est question du Maroc, cette chaîne ne se gêne aucunement à brader, sans état d'âme, les principes démocratiques et les valeurs de la déontologie professionnelle en se contentant toujours d'un seul son de cloche. Pire, ce sont toujours les mêmes têtes qu'elle invite, quelque soit le sujet d'actualité. Qu'il s'agisse de politique ou de cuisine, qu'il pleuve ou qu'il vente, ce sont toujours les capitaine Adib, Khadija Riadi, El Haij, Benothmane et autres radicaux qui se relayent, avec toujours le même discours, les mêmes rengaines et les mêmes attaques. C'est à penser que c'est leur discours du nihilisme et de la haine, connu d'avance étant tellement ressassé, que la chaîne invite toujours et encore.
Tout dernièrement, à titre d'exemple, France24 a cru pouvoir intéresser l'opinion publique marocaine en invitant sur ses plateaux, pour une énième fois, une de ces médiocrités qu'est l'ancien capitaine Adib, chassé des FAR après avoir fait de la prison, pour donner son avis sur la diplomatie marocaine ! De quelle formation se réclame Adib et quelle aptitude à l'analyse stratégique possède-t-il pour pouvoir disserter sur la diplomatie du Maroc ? A moins qu'on l'ait invité juste pour prononcer des énormités du genre "la diplomatie marocaine est dédiée exclusivement à servir les intérêts personnels du roi" et penser ainsi gommer par de si ridicules réflexions toutes les réalisations de la diplomatie du Maroc au service des intérêts du Maroc, que ce soit dans les domaines politique, économique, culturel, religieux ou autres. C'était comme si la première chaîne de télévision nationale accueillait la sœur de Merah pour s'exprimer sur la politique nucléaire de la France ! Et que l'invitée considère que la politique française dans ce domaine est là juste pour assurer l'éclairage de la demeure du président de la république ! Pourquoi pas tant qu'on y est ?
Mais France24 ne s'évertue pas uniquement à taper sur le Maroc par simple méchanceté. Il y a plus grave et c'est là où les choses deviennent plus préoccupantes. Car, en fin de compte, les "figures" opposantes et protestataires dont certaines émergent du néant, qui squattent ses plateaux, ne trompent personne quant à leur "rôle". Mais lorsque la chaîne se place, sciemment ou à son insu, au service d'une puissance étrangère pour contrarier et nuire au Maroc, ce sont tous les discours officiels de vouloir préserver l'amitié franco-marocaine, celui du Président de la République en tête, qui perdent leur substance.
Qu'elle interprétation doit-on, en effet, donner à la non couverture par la chaîne du sit-in de protestation organisé devant le consulat d'Algérie à Oujda suite aux tirs des gardes frontière algériens contre les civils marocains, rassemblement qui a réuni plusieurs centaines de personnes ? Ne pas couvrir un évènement n'est pas grave en soi. Mais, selon nos informations, la couverture aurait été décommandée par la rédaction centrale à Paris.
L'on sait que le rédacteur en chef de France24 en arabe est d'origine algérienne, mais de là à se laisser allégrement manipuler, voilà qui porte un coup sévère à la neutralité supposée de la chaîne...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.