Coronavirus : 99 nouveaux cas lundi à 16 heures, 7532 cas cumulés    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Anwar El Ghazi : « Ziyech doit aller au gymnase »    Hakim Ziyech n'a que faire des excuses de Hervé Renard    Hicham Boussefiane se dit prêt à devenir leader du FC Malaga    Khalil Boubhi : La pandémie impactera considérablement les contrats sportifs    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    Les six grands principes de la doctrine d'intervention de la CGEM    L'AMMC rappelle aux émetteurs les règles et recommandations en matière de communication financière    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    Progression du PNB de la CFG Bank au premier trimestre    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    Sara Bellali : Le Maroc a exploité toutes ses ressources matérielles et humaines.    Etude sur les conséquences de la pandémie du Covid-19 sur la profession de la médecine dentaire    Une étude confirme l'efficacité modeste d'un antiviral contre le Covid-19    Une plongée virtuelle au cœur du patrimoine culturel d'Essaouira    Colère en Malaisie après l'abandon des poursuites contre Riza Aziz    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    S.M le Roi accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc    Roumanie : Le président de l'EMSI Kamal Dissaoui distingué    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Achraf Bencharki plus près que jamais de Trabzonspor    Au temps du confinement, l'expression artistique se réinvente    Nos Vœux    L'ONU lance une initiative mondiale contre la désinformation    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    La CAN 2021 toujours sans visibilité…    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    «REC» de Paco Plaza et Jaume Balaguero: un thriller viral!    La crise et après…    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    «Le législateur devrait insérer le télétravail pour une application claire et sans ambiguïtés»    508 mesures proposées par la CGEM et ses fédérations    A quoi sert une frontière?    Déconfinement: Les députés pointent l'absence de vision    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Venezuela: Trump perd la partie…    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    DOC-Covid19 : Les principaux textes législatifs en un seul clic!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils s'élèvent contre la "concurrence déloyale" de leurs semblables étrangers : Grogne des Traiteurs marocains
Publié dans L'opinion le 06 - 05 - 2015

Les traiteurs organisateurs de cérémonies marocains sont en colère et ils ne le cachent pas. Ils crient en effet leur mécontentement face à ce qu'ils estiment être une "concurrence déloyale de plus en plus féroce" que leur livreraient, lors des grandes occasions, des traiteurs étrangers qui n'existent pas physiquement au Maroc mais qui parviendraient à décrocher "des marchés juteux à partir de leur pays pour venir les sous-traiter sur place et empocher le pactole".
Selon l'Association Marocaine des Traiteurs Professionnels qui vient de voir le jour il y a juste un an, ces "intrus" sont devenus "maîtres dans l'art d'organiser des fêtes somptueuses facturées à des sommes faramineuses" et "payées sur des comptes à l'étranger sans aucun retour pour l'économie marocaine". Sans donc rien verser au fisc ni couvrir des charges sociales. L'association soupçonne également certains traiteurs, étrangers mais bien installés au Maroc ceux-là, de se livrer aux mêmes pratiques.
Les traiteurs marocains qui disent être décidés à défendre leurs intérêts bec et ongles estiment qu'avec la multiplication des cérémonies de célébrités et de milliardaires comme en ce moment, cette pratique est à son comble causant de "graves préjudices" aux grandes enseignes marocaines de traiteurs qui "ne disposent d'aucun recours pour l'instant pour mettre fin à cette concurrence déloyale qui leur cause un grand tort".
Dans le cadre de son programme d'action, l'association érige en priorité la recherche de solutions avec les pouvoirs publics afin de "stopper net" ce genre de pratiques qui ont tendance à prendre de l'ampleur, particulièrement à Marrakech, ville où viennent opérer les organisateurs de fêtes pour milliardaires, étrangers dans leur grande majorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.