Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loubna Bellamnie : Sur les Traces du Maroc...
Publié dans L'opinion le 06 - 09 - 2015

Après l'expérience artistique bien réussie de la première édition de la grande exposition collective « les mains qui voient » initiée l'année dernière en hommage à l'artiste plasticien Abderrahmane Rahoule (directeur de l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Casablanca), l'Association « Création et Communication » organise la 2 ème édition de cet événement créatif du 4 au 10 décembre 2015 au Forum de la Culture à Casablanca (ex. Cathédrale Sacré Cœur) , et ce en partenariat avec le Ministère de la Culture, la Mondial Art Académia présidée par l'artiste de renommé mondiale Pierrick Here et l'Association « Pensée Plastique ». Il s'agit d'une manifestation conçue pour permettre aux passionnés d'art de mieux apprécier les œuvres exposées et d'accompagner tous les actes programmés en hommage à Abdelkrim Ghattas, artiste plasticien de renom et professeur pédagogue à l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Casablanca.
« Les mains qui voient » est un événement créatif de grande envergure visant à faire connaitre les œuvres les plus représentatives d'un parterre distingué d'artistes plasticiens d'ici et d'ailleurs, tous styles et générations confondus. Il se présente également comme un forum interculturel qui ambitionne de sensibiliser le plus grand nombre de visiteurs y compris les enfants et les jeunes à la richesse de la création plastique à travers des visites guidées, des signatures des livres d'art, des ateliers thématiques et des débats ouverts in situ ou à l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Casablanca.
Cette nouvelle édition est marquée par les œuvres récentes de l'artiste peintre Loubna Bellamnie ( vit et traille à Casablanca) qui a su avec brio et certitude saisir les repères identitaires de notre terroir. Nom incontournable de la nouvelle figuration et figure illustre de la nouvelle sensibilité, cette artiste hypersensible élabore un style personnalisé marqué par la profondeur et l'abondance et voué à la quête identitaire conditionnée par l'originalité et un retour aux sources. Grande chercheure, cette artiste gère tout un espace pictural qui nous fait penser aux scènes pittoresques de notre terroir. Sa peinture allusive met en relief une nostalgie qui reflète le regard profond du Maroc pluriel via le mouvement et la richesse des couleurs et des paysages. Elie a pu créer l'alchimie des couleurs et des scintillements, en donnant une âme aux personnages, et mettant en scène les détails et l'effet chromatique. Avec passion, elle exprime sa passion pour sa terre natale qu'il dépeint avec doigté et minutie.
Armée de sa grande sensibilité, observatrice avisée, éclectique dans ses choix d'artiste et tout aussi populaire dans sa générosité, Loubna Bellamnie est un véritable témoin de son temps dont l'œuvre demeure une plate forme pour scénariser le pinceau, la peinture. Elle est considérée comme le chantre des fresques intérieures du monde familier, voire l'ambassadeur attitré des gens de l'ombre.
Sujets de prédilection, les personnages et les paysages vivants dégagent une intimité finement tracée et engagent une profonde quête quasi personnelle. Halo de mystère et monde visuel autonome, la peinture pour Assalmi est un hymne à l'être dans tous ses états d'âme.
Un voyage dans le temps et dans l'espace, l'art se veut le miroir d'une exigence : porter comme un blason, un style et une écriture limpide et pénétrante.
La peinture de Loubna Bellamnie est un carrefour polyforme qui se présente comme un musée imaginaire et une voix du silence. C'est aussi un témoignage à la mémoire tatouée avec laquelle nous partageons tant d'espaces artistiques où la création demeure l'univers d'expression commune.
Loubna Bellamnie travaille sur l'univers de la beauté apparente, de l'esprit et de l'art, par un chemin enrichi d'une expérience picturale singulière continuellement remise en cause et des contemplations puisées dans une réflexion évolutive. Peintre de l'impressionnisme nostalgique, elle a savamment mêlé poèmes et magie chromatique dans ses toiles qui témoignent de son incontestable talent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.