L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    ZLECAF : les entreprises marocaines auront la possibilité d'importer des intrants à plus bas coût de différents pays africains    Coupe du Trône : Le SCCM, le RBM et le MAT en quarts de finale !    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Hakim Ziyech à la relance en Espagne ?    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    Rabat: terrible accident sur la route côtière    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Saisie de plus de 4 tonnes de chira à Asilah    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Ahmed Bouanani dans ma bibliothèque » de Salim Jay : Un vibrant hommage à l'auteur de « L'Hôpital »
Publié dans L'opinion le 05 - 08 - 2016

Ahmed Bouanani (1938-2011), poète, cinéaste, conteur, scénariste marocain était connu pour ses travaux cinématographiques, ses recherches en Histoire de la culture populaire marocaine et ses poèmes, notamment les recueils « Les persiennes » (éditions Stouky, 1980), « Territoires de l'instant » avec Daoud Aoulad Syad (La Croisée des Chemins et éditions de L'œil, 1999) sans oublier surtout son roman « L'Hôpital » (éditions Al Kalam, 1990). Ne mettant aucun zèle à publier ses œuvres, nombre de ses textes étaient restés inédits dont des textes de création, travaux de
recherches, scénarios, etc. Aux fondements de tous ses travaux, il y a une démarche poétique, une présence au monde originale, un style particulier, depuis les premiers textes parus dans la revue « Souffles » en 1967 et les premiers films comme le film muet « 6 et 12 » sur Casablanca, au film de long métrage « Le Mirage » (1979) et le texte « L'Hôpital » réédité par les éditions DK (Casablanca, 2012).
Salim Jay, qui avait déjà noté la grande originalité de Bouanani dans son dictionnaire des écrivains marocains, (éditions La Croisée des Chemins, 2005), revient dans « Ahmed Bouanani dans ma bibliothèque » (éditions Librairie des Colonnes, Tanger, 2016) pour essayer de suivre à la trace et décrire l'essence de cette démarche poétique de Bouanani faite de retrait, de retenue et fondée sur une nécessité intérieure avec cette capacité de « laisser l'initiative aux mots ». Le portrait est exécuté par touches successives, au gré d'une promenade libre que l'auteur effectue dans sa bibliothèque pour évoquer Bouanani.
Ce faisant, Salim Jay insiste sur l'oubli injuste où fut reléguée l'écriture poétique majeure de Bouanani, notamment son œuvre « L'Hôpital » en affirmant que, introuvable depuis sa première édition en 1990, ce texte a dû survivre « sous la menace d'une dénégation permanente ». Bien qu'il s'agisse d'un roman, cette œuvre est d'abord celle d'un poète où il a laissé son empreinte par le biais d'une voix singulière.
Salim Jay note, entre autres, à propos de « L'Hôpital », qu'il « s'avère l'œuvre en prose la plus hostile à la lumière factice des engouements fabriqués par la publicité »
On sait que, dans ce texte, Bouanani puise dans son expérience personnelle de tuberculeux, ayant séjourné dans un sanatorium, pour décrire, par transposition, mêlant dérision, sarcasme et tendresse du souvenir dénué d'illusion, un univers clos de déréliction autour du destin de pensionnaires affublés de sobriquets, rongés par la maladie, en situation de consomption physique extrême. L'auteur semble s'ingénier à « narguer, destituer le malheur en faisant triompher une verve picaresque ».
C'est donc, pour Salim Jay, de redécouvrir la vraie dimension d'écriture de l'auteur qu'il s'agit.
Dans ce court texte, qui procède par jets aphoristiques, Salim Jay, tout en évoquant l'écriture d'Ahmed Bouanani, d'abord et surtout en tant que poète, fait le tour des auteurs qui, pour lui, comptent le plus de par leur expérience d'écriture d'exception, et pointe du doigt la « consonance » qu'il y a entre des textes très proches. Ainsi un lien est fait entre « L'Hôpital » de Bouanani et « Transfers nocturne » d'Armen Lubin. Ce faisant c'est comme s'il dût découvrir un cercle de complicités où la création est intimement liée à la maladie et s'en sustente. Cela pour offrir un éclairage plus appuyé sur son propos par la juxtaposition des affinités de vision et de sensibilité dans un contexte de corps-à-corps avec l'adversité. Ici c'est l'évocation de la maladie comme un mal à transfigurer par l'écriture en donnant à voir les capacités humaines d'appropriation d'initiative et de dépassement grâce à la magie du langage au sein du processus créatif. C'est le cas quand il évoque, notamment, Robert Walser, écrivain suisse germanophone, et le poète arménien Armen Lubin. Ce faisant, il tente de définir la nature de ce qui fonde cette exploration des gouffres et par ainsi offre une image où l'étincelle du verbe créatif donne le ton d'un triomphe sur l'adversité et le malheur. Au total, le texte polyphonique est une invite pressante à une lecture de redécouverte de Bouanani et une revanche sur l'oubli.
Le texte est accompagné de dessins de Daevid Loyza.
Des œuvres inédites d'Ahmed Bouanani devaient être publiées, avec les bons soins de sa fille Touda Bouanani, artiste vidéaste, dont « La Septième porte », une histoire du cinéma marocain depuis le protectorat jusqu'aux années 1980, comprenant, entre autres, des pages bouleversantes sur l'itinéraire d'Ousfour, l'enfant du bidonville, à proximité de Derb Ghallef, Qtaa Ouled Aïcha, vendeur de journaux au Maârif, amoureux du cinéma, et un roman en trois tomes, « Le Voleur de mémoire », une saga d'une famille migrante de la campagne vers la ville, mettant en lumière l'évolution de la vie marocaine dans le tohu-bohu du monde moderne. Pour l'instant, seule la traduction en arabe de « L'Hôpital » par Mohamed El Khadiri est parue aux éditions DK.
A rappeler que la Librairie des Colonnes a publié aussi en édition bilingue « Quatre heures à Chatilla » (1983) de Jean Genet, texte original, avec une traduction en arabe par Mohamed Berrada accompagnés d'un entretien avec Leila Shahid réalisé par Jerôme Hankins (1994) et traduit en arabe pour cette réédition par Mohamed Hamoudane. Le même éditeur a publié une traduction en arabe par Mohamed Hamoudane du roman « La Mer du printemps » de Driss Chraibi avec une présentation de Kacem Basfao.
« Ahmed Bouanani dans ma bibliothèque » de Salim Jay, éditions La Librairie des Colonnes, Tanger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.