Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France: Entre Le Pen et Macron, l'écart se resserre
Publié dans L'opinion le 03 - 05 - 2017

Les sondages continuent de donner Emmanuel Macron vainqueur de la présidentielle mais l'écart prévu, déjà bien plus faible qu'en 2002 entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, se resserre encore. A J-5 du second tour, Emmanuel Macron est toujours donné vainqueur de la présidentielle, avec 59% des voix contre 41% pour Marine Le Pen, selon un sondage réalisé par Kanter Sofres- OnePoint pour le Figaro et LCI publié ce mardi. L'écart s'est donc resserré entre le candidat d'En Marche et la candidate du FN, qui obtenaient respectivement la semaine dernière 61% et 39% des intentions de vote selon le même institut.
A la veille d'un duel télévisé sous haute tension, le jeune centriste Emmanuel Macron et sa rivale d'extrême droite Marine Le Pen entament la dernière ligne de leur campagne présidentielle pour tenter de convaincre les Français appelés aux urnes dimanche.
Le Pen "l'héritière", Macron "le visage de la finance": à six jours de la présidentielle française, les deux candidats ont redoublé leurs attaques lundi, tous deux critiqués lors des traditionnels défilés du 1er mai émaillés de violences.
Le candidat pro-européen de 39 ans, donné gagnant le 7 mai par les sondages, et sa rivale d'extrême droite se sont affrontés par grands meetings interposés, les derniers avant le scrutin de dimanche.
Ils seront mercredi face-à-face lors d'un débat télévisé crucial. En 2002, le candidat de droite Jacques Chirac, largement élu, avait refusé le débat face à Jean-Marie Le Pen, père de la candidate actuelle, qui avait déjà provoqué un vif émoi en se hissant au second tour de la présidentielle.
Mais contrairement à ceux de 2002, les défilés de lundi n'ont pas sonné la mobilisation générale. Il y a 15 ans, ils étaient 1,3 million à dire leur "honte d'être Français" et appeler à contrer l'extrême droite.
Cette année, la mobilisation a atteint 142.000 personnes selon le ministère de l'Intérieur, 280.000 selon le syndicat CGT.
Et les défilés se sont déroulés en ordre dispersé dans toute la France: les uns appelaient à "faire barrage" à la présidente du Front national (FN) Marine Le Pen, d'autres à voter pour Emmanuel Macron, et d'autres encore à "battre les deux candidats".
Des heurts ont éclaté en marge de la manifestation parisienne: des personnes encagoulées ont jeté des projectiles et cocktails Molotov sur les forces de l'ordre, blessant six policiers.
Les deux candidats se sont rendu coup pour coup.
Le candidat du mouvement "En Marche!" a répondu à Marine Le Pen
qui, quelques heures plus tôt, l'avait accusé d'incarner "En Marche ou crève": "Elle a raison: En marche, c'est nous!", a lancé M. Macron, laissant ainsi entendre que "crève", c'est l'extrême droite.
Quant au programme du Front national, "jamais ils n'expliquent comment ils le paieront.
Soit ils augmenteront vos impôts, soit ils augmenteront votre dette... Mais il y aura un cocu dans l'histoire, parce qu'ils mentent!", a-t-il fustigé.
"Le projet de l'extrême droite, (..) c'est la réduction des libertés, la négation des différences.
Cela, ne l'oubliez jamais !", a martelé à Paris Emmanuel Macron devant quelque 12.000 partisans, selon son équipe.
Sur la chaîne de télévision TF1, il a ensuite dénoncé un parti, le FN, qui "porte la haine et la division du pays".
‘Vents mauvais'
Dans une France en proie à la désindustrialisation et un chômage endémique de 10%, la candidate du FN s'est présentée comme la voix "du peuple et des ouvriers".
Dans un discours virulent devant ses partisans près de Paris, elle a appelé à "faire barrage à la finance, à l'arrogance, à l'argent roi", qualifiant son rival de "candidat du système" après avoir été banquier puis ministre de l'Economie du président socialiste sortant François Hollande.
"M. Macron, c'est une conception radicale, extrémiste de l?Union européenne", a-t-elle ajouté, l'accusant de vouloir "soumettre" la France à "la chancelière allemande" Angela Merkel et la "livrer à la submersion migratoire".
Dans ce discours, la frontiste a plagié au moins quatre passages, quasiment au mot près, d'un discours prononcé mi-avril par le candidat de droite François Fillon, éliminé au premier tour.
Florian Philippot, vice-président du Front national, a assuré qu'il s'agissait d'un "clin d'oeil assumé à un bref passage touchant d'un discours sur la France".
L'écart se resserre
L'écart se resserre entre les deux finalistes. M. Macron est désormais crédité de 59% des intentions de vote contre 41% pour Mme Le Pen, qui mène depuis plusieurs années une stratégie de banalisation de son parti, à rebours des propos antisémites et xénophobes de son père.
Cette stratégie semble avoir en partie fonctionné.
"Notre slogan est clair: Il faut battre le FN pour le progrès social.
Le FN est un parti raciste, xénophobe, antifemmes et libéral", a déclaré le secrétaire général du syndicat CGT, Philippe Martinez, lors du défilé parisien du 1er mai.
Mais dans les cortèges, de nombreux manifestants disaient ne vouloir d'aucun candidat.
A Paris, Camille Delaye, professeur de 28 ans, brandissait une pancarte proclamant: "L'abstention, c'est un acte politique". "Si on vote Macron, on va encore plus favoriser Le Pen", argumentait-il.
Le tribun de la gauche radicale Jean- Luc Mélenchon, dont beaucoup de militants participaient à la manifestation parisienne, a fait une apparition. Après avoir engrangé 19,6% des voix au premier tour, il s'est prononcé contre Marine Le Pen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.