«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignants contractuels
La nuit des longs bâtons
Publié dans L'opinion le 24 - 03 - 2019

Nuit de castagne pour les enseignants contractuels qui manifestaient dans la capitale. Ils étaient, en effet, des milliers à venir de différentes régions du pays et se regrouper dans le centre de Rabat, dans l'après-midi du samedi 23 mars, pour exprimer leur refus de la contractualisation et réclamer l'accès au fonctionnariat. Un mouvement de protestation qui s'est prolongé dans la nuit de samedi à dimanche, les enseignants contractuels s'étant installés devant la Chambre des Représentants, avant de s'en faire dégager par les forces de l'ordre, à coup de matraques et de jets de canons d'eau. Selon une source au sein des manifestants, les forces de l'ordre les ont assiégés et tentés de les dissuader de passer la nuit devant le parlement et face à leur refus de vider les lieux, ils ont eu droit à une douche d'eau froide qui les a fait grelotter tout le reste de la nuit.
C'est la « méthode Othmani » de négocier avec ces concitoyens chargés de former les générations futures, faute d'avoir su les convaincre de la pertinence de leur recrutement par les académies régionales de l'éducation et de la formation (AREF).
Les 55.000 enseignants contractuels, qui expriment depuis plusieurs mois leur rejet de la contractualisation et du recrutement par les AREF, revendiquant le statut de fonctionnaire au département de l'Education nationale, sont entrés en grève depuis le 3 mars, manifestant d'abord à l'échelle locale, devant les académies régionales, avant de débarquer dans la capitale crier au gouvernement leur attachement à l'intégration dans la Fonction publique. Le chef de l'Exécutif a, pour sa part, affiché haut et fort son intransigeance, décidé de ne pas aller au-delà de l'intégration des enseignants contractuels dans les AREF. A salaire égal avec les enseignants titularisés dans la Fonction publique, les enseignants contractuels dénoncent des différences de traitement, notamment en ce qui concerne la retraite.
Chaque partie campant fermement sur sa position, l'on est en droit de s'interroger sur l'aboutissement de ce bras de fer. Jusqu'à présent, personne ne semble se soucier du sort des principaux perdants, à savoir les élèves ainsi privés de leurs cours. Une autre manifestation contre la loi-cadre sur l'enseignement et contre la privatisation de l'enseignement public était prévue hier, dimanche 24 mars, organisée par des partis politiques et des syndicats et à laquelle devaient prendre part les enseignants contractuels. La capacité de la vision stratégique de la réforme de l'Education à l'horizon 2030, concoctée par le gouvernement, à venir à bout des défaillances du système éducatif national, est loin de faire l'unanimité.
« Le gouvernement fuit ses responsabilités envers les enseignants contractuels », a déclaré le Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal, M. Nizar Baraka, lors d'un meeting à Larache organisé samedi 23 mars. Insistant sur le caractère illégal de la démarche du gouvernement, M. Baraka a rappelé que la contractualisation imposée aux enseignants ne cadre ni avec la loi sur la Fonction publique, ni avec son décret d'application, ni avec le code du travail. Et de souligner que l'article 6 bis de la loi sur la Fonction publique stipule clairement que le recrutement contractuel est réservé uniquement aux experts, et ce, pour l'exécution de tâches de nature temporaire.
Mieux encore, ces contrats ne peuvent déborder sur un laps de temps limité à quatre ans. Et au-delà de six mois dans un poste, le contrat de travail devient de durée indéterminée, selon les dispositions du Code du travail. M. Baraka a rappelé que l'introduction du recrutement contractuel dans le projet de loi-cadre relatif à l'éducation, la formation et la recherche scientifique a été vivement dénoncée par le groupe istiqlalien « Pour l'Unité et l'Egalitarisme » à la Chambre des Représentants, qui a proposé sa suppression, essuyant le refus du gouvernement à ce sujet. Il a proposé d'élaborer un cadre unifié de contractualisation spécifique à la Fonction publique, afin de mettre un terme définitif à ce problème.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.