Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amzazi vs enseignants contractuels : Le bras de fer se poursuit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2019

Retenues sur salaire, sanctions disciplinaires et recours à la justice
Devant la persistance des mouvements de protestation des enseignants contractuels, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, durcit le ton. A travers un communiqué publié dimanche dans la soirée, le ministre a fait savoir qu'il n'hésitera pas à prendre toutes les mesures administratives et juridiques à l'encontre des personnes qui entravent le déroulement normal des cours. «Certains membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels font pression sur les enseignants pour qu'ils ne puissent pas rejoindre leurs classes. Il s'agit là d'actions d'intimidation. Des mesures administratives seront appliquées à l'encontre de ces personnes c'est-à-dire qu'elles seront traduites devant les conseils de discipline, seuls habilités à prendre des sanctions administratives. Il sera aussi procédé à des retenues sur salaire pour les enseignants qui s'absentent sans raison valable. Pour ce qui est des mesures juridiques, le ministère peut éventuellement les poursuivre en justice», indique une source au ministère. Dans son communiqué, le ministère souligne que «le gouvernement a tenu ses engagements envers les enseignants cadres des Académies régionales de l'éducation et de la formation (Aref)». «Cela dit, certaines parties continuent de faire pression sur ces enseignants pour ne pas rejoindre leurs classes et remplir leur mission».
Une situation qui a poussé le département de Said Amzazi à mettre en garde cette catégorie en l'appelant à «privilégier l'intérêt des élèves en leur garantissant leur droit à la scolarité».
Une nouvelle semaine de grèves dans l'enseignement
Le Conseil national de la Coordination nationale des enseignants contractuels qui s'est réuni samedi dernier a décidé de poursuivre son mouvement de contestation et de grève.
Le conseil a ainsi annoncé une grève nationale du 18 au 24 mars et un sit-in le samedi à partir de 17h devant le siège du ministère de l'éducation nationale. Une manifestation nationale est également prévue le dimanche 24 mars à Rabat.
Outre l'intégration dans la fonction publique, le conseil revendique le versement des salaires des enseignants de la promotion 2016 et d'arrêter toute forme de pression sur les enseignants de la promotion 2019.
Cette réunion du conseil national intervient à la suite de la décision le 13 mars dernier des 12 Académies régionales d'éducation et de la formation d'abandonner le système de recrutement par contrat et de revoir toutes les dispositions y afférentes, particulièrement celles relatives à la résiliation du contrat. Cette révision porte sur l'introduction des 14 amendements.
Selon la tutelle, ces amendements visent à permettre aux cadres des Aref de jouir d'une situation professionnelle similaire à celle des fonctionnaires soumis au statut des fonctionnaires du ministère. Ces amendements portent sur l'autorisation des cadres concernés à exercer des activités en dehors des horaires de travail à condition que celui-ci ne soit pas rémunéré, à l'instar des autres fonctionnaires. D'autres concernent la promotion en accordant aux cadres des Aref le droit à l'avancement au grade et à l'échelle tout au long de leur carrière.
Il s'agit aussi de la révision de l'article 25 du statut relatif à la retraite suite à une maladie grave, de manière à répondre favorablement à cette revendication et permettre aux cadres des académies l'accès aux mêmes droits des autres fonctionnaires.
S'ils remplissent les conditions nécessaires, ils auront le droit de passer les concours des inspecteurs, les concours d'agrégation ainsi que la possibilité de faire partie du corps administratif ou de l'orientation pédagogique. Ces amendements visent également à leur permettre l'accès aux postes de responsabilité (chef de service, chef de division, directeur provincial,…), conformément aux conditions et modalités en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.