Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Elections européennes: Et c'est parti…    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amzazi vs enseignants contractuels : Le bras de fer se poursuit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2019

Retenues sur salaire, sanctions disciplinaires et recours à la justice
Devant la persistance des mouvements de protestation des enseignants contractuels, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, durcit le ton. A travers un communiqué publié dimanche dans la soirée, le ministre a fait savoir qu'il n'hésitera pas à prendre toutes les mesures administratives et juridiques à l'encontre des personnes qui entravent le déroulement normal des cours. «Certains membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels font pression sur les enseignants pour qu'ils ne puissent pas rejoindre leurs classes. Il s'agit là d'actions d'intimidation. Des mesures administratives seront appliquées à l'encontre de ces personnes c'est-à-dire qu'elles seront traduites devant les conseils de discipline, seuls habilités à prendre des sanctions administratives. Il sera aussi procédé à des retenues sur salaire pour les enseignants qui s'absentent sans raison valable. Pour ce qui est des mesures juridiques, le ministère peut éventuellement les poursuivre en justice», indique une source au ministère. Dans son communiqué, le ministère souligne que «le gouvernement a tenu ses engagements envers les enseignants cadres des Académies régionales de l'éducation et de la formation (Aref)». «Cela dit, certaines parties continuent de faire pression sur ces enseignants pour ne pas rejoindre leurs classes et remplir leur mission».
Une situation qui a poussé le département de Said Amzazi à mettre en garde cette catégorie en l'appelant à «privilégier l'intérêt des élèves en leur garantissant leur droit à la scolarité».
Une nouvelle semaine de grèves dans l'enseignement
Le Conseil national de la Coordination nationale des enseignants contractuels qui s'est réuni samedi dernier a décidé de poursuivre son mouvement de contestation et de grève.
Le conseil a ainsi annoncé une grève nationale du 18 au 24 mars et un sit-in le samedi à partir de 17h devant le siège du ministère de l'éducation nationale. Une manifestation nationale est également prévue le dimanche 24 mars à Rabat.
Outre l'intégration dans la fonction publique, le conseil revendique le versement des salaires des enseignants de la promotion 2016 et d'arrêter toute forme de pression sur les enseignants de la promotion 2019.
Cette réunion du conseil national intervient à la suite de la décision le 13 mars dernier des 12 Académies régionales d'éducation et de la formation d'abandonner le système de recrutement par contrat et de revoir toutes les dispositions y afférentes, particulièrement celles relatives à la résiliation du contrat. Cette révision porte sur l'introduction des 14 amendements.
Selon la tutelle, ces amendements visent à permettre aux cadres des Aref de jouir d'une situation professionnelle similaire à celle des fonctionnaires soumis au statut des fonctionnaires du ministère. Ces amendements portent sur l'autorisation des cadres concernés à exercer des activités en dehors des horaires de travail à condition que celui-ci ne soit pas rémunéré, à l'instar des autres fonctionnaires. D'autres concernent la promotion en accordant aux cadres des Aref le droit à l'avancement au grade et à l'échelle tout au long de leur carrière.
Il s'agit aussi de la révision de l'article 25 du statut relatif à la retraite suite à une maladie grave, de manière à répondre favorablement à cette revendication et permettre aux cadres des académies l'accès aux mêmes droits des autres fonctionnaires.
S'ils remplissent les conditions nécessaires, ils auront le droit de passer les concours des inspecteurs, les concours d'agrégation ainsi que la possibilité de faire partie du corps administratif ou de l'orientation pédagogique. Ces amendements visent également à leur permettre l'accès aux postes de responsabilité (chef de service, chef de division, directeur provincial,…), conformément aux conditions et modalités en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.