Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amzazi vs enseignants contractuels : Le bras de fer se poursuit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2019

Retenues sur salaire, sanctions disciplinaires et recours à la justice
Devant la persistance des mouvements de protestation des enseignants contractuels, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, durcit le ton. A travers un communiqué publié dimanche dans la soirée, le ministre a fait savoir qu'il n'hésitera pas à prendre toutes les mesures administratives et juridiques à l'encontre des personnes qui entravent le déroulement normal des cours. «Certains membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels font pression sur les enseignants pour qu'ils ne puissent pas rejoindre leurs classes. Il s'agit là d'actions d'intimidation. Des mesures administratives seront appliquées à l'encontre de ces personnes c'est-à-dire qu'elles seront traduites devant les conseils de discipline, seuls habilités à prendre des sanctions administratives. Il sera aussi procédé à des retenues sur salaire pour les enseignants qui s'absentent sans raison valable. Pour ce qui est des mesures juridiques, le ministère peut éventuellement les poursuivre en justice», indique une source au ministère. Dans son communiqué, le ministère souligne que «le gouvernement a tenu ses engagements envers les enseignants cadres des Académies régionales de l'éducation et de la formation (Aref)». «Cela dit, certaines parties continuent de faire pression sur ces enseignants pour ne pas rejoindre leurs classes et remplir leur mission».
Une situation qui a poussé le département de Said Amzazi à mettre en garde cette catégorie en l'appelant à «privilégier l'intérêt des élèves en leur garantissant leur droit à la scolarité».
Une nouvelle semaine de grèves dans l'enseignement
Le Conseil national de la Coordination nationale des enseignants contractuels qui s'est réuni samedi dernier a décidé de poursuivre son mouvement de contestation et de grève.
Le conseil a ainsi annoncé une grève nationale du 18 au 24 mars et un sit-in le samedi à partir de 17h devant le siège du ministère de l'éducation nationale. Une manifestation nationale est également prévue le dimanche 24 mars à Rabat.
Outre l'intégration dans la fonction publique, le conseil revendique le versement des salaires des enseignants de la promotion 2016 et d'arrêter toute forme de pression sur les enseignants de la promotion 2019.
Cette réunion du conseil national intervient à la suite de la décision le 13 mars dernier des 12 Académies régionales d'éducation et de la formation d'abandonner le système de recrutement par contrat et de revoir toutes les dispositions y afférentes, particulièrement celles relatives à la résiliation du contrat. Cette révision porte sur l'introduction des 14 amendements.
Selon la tutelle, ces amendements visent à permettre aux cadres des Aref de jouir d'une situation professionnelle similaire à celle des fonctionnaires soumis au statut des fonctionnaires du ministère. Ces amendements portent sur l'autorisation des cadres concernés à exercer des activités en dehors des horaires de travail à condition que celui-ci ne soit pas rémunéré, à l'instar des autres fonctionnaires. D'autres concernent la promotion en accordant aux cadres des Aref le droit à l'avancement au grade et à l'échelle tout au long de leur carrière.
Il s'agit aussi de la révision de l'article 25 du statut relatif à la retraite suite à une maladie grave, de manière à répondre favorablement à cette revendication et permettre aux cadres des académies l'accès aux mêmes droits des autres fonctionnaires.
S'ils remplissent les conditions nécessaires, ils auront le droit de passer les concours des inspecteurs, les concours d'agrégation ainsi que la possibilité de faire partie du corps administratif ou de l'orientation pédagogique. Ces amendements visent également à leur permettre l'accès aux postes de responsabilité (chef de service, chef de division, directeur provincial,…), conformément aux conditions et modalités en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.