411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à l'application de l'article 103 de la Constitution
L'Istiqlal met le gouvernement face à ses responsabilités... et ses contradictions
Publié dans L'opinion le 04 - 04 - 2019

Au terme de sa réunion du mercredi 3 avril, le Comite Exécutif (CE) du Parti de l'Istiqlal a réagi à la situation de blocage qui empêche depuis plusieurs jours (voir encadré) le vote du projet de loi-cadre pour la réforme de l'éducation.
Dans un communiqué publié le même jour, le Parti de l'Istiqlal déplore ce blocage qui augure d'un ralentissement, voire d'une paralysie totale de la machine législative en raison des fortes dissensions et crises que traverse l'actuelle majorité gouvernementale.
A cet effet, le parti appelle le chef du gouvernement à engager sa responsabilité en appliquant l'article 103 de la Constitution pour lier le vote du projet de loi-cadre sur l'éducation à un vote de confiance du Parlement en l'Exécutif.
Le Comité Exécutif, qui a consacré l'essentiel de sa réunion à l'examen des développements constatés durant les derniers jours dans le processus législatif concernant le vote de la loi-cadre 51.17, a dénoncé dans son communiqué « le cumul des bilans négatifs qui mettent en péril les causes vitales de la nation et des générations futures, rappelant que la gestion de ces dossiers est de plus en plus impactée par les humeurs versatiles d'une majorité gouvernementale affaiblie». Car, au-delà de la loi sur l'enseignement, estime l'Istiqlal, l'impact négatif de cette situation de crise législative sans précédent, sur le vote et l'adoption dans un proche avenir de lois aussi décisives que celles relatives à la langue amazigh, ou encore le droit de grève, devient de plus en plus inquiétant.
Le communiqué épingle dans ce sens les calculs pré-électoralistes précoces dans lesquels les partis de la majorité se sont engagés, «ce qui met en péril la cohésion du gouvernement et de travail législatif et freine les chantiers de réforme». Face à cette situation, ajoute le communiqué, et «considérant la défection qui a suivi le compromis des composantes de la majorité parlementaire, le Parti de l'Istiqlal assume ses responsabilités d'opposition nationale, et appelle le chef du gouvernement à se conformer aux dispositions de l'article 103 de la Constitution pour lier le vote du projet de loi-cadre sur l'éducation à un vote de confiance du Parlement en l'Exécutif».
Le texte en question dispose que «le chef du gouvernement peut engager la responsabilité du gouvernement devant la Chambre des Représentants, sur une déclaration de politique générale ou sur le vote d'un texte. La confiance ne peut être refusée ou le texte rejeté qu'à la majorité absolue des membres composant la chambre des Représentants. Le vote ne peut intervenir que trois jours francs après que la question de confiance ait été posée. Le refus de confiance entraîne la démission collective du gouvernement».
En somme, la mise en œuvre de cet article que l'Istiqlal invoque, en vertu de son statut de parti de l'opposition, donne une tournure décisive au processus de vote du projet de loi cadre pour la réforme de l'éducation. Le rejet de cette loi, par la Chambre des Représentants équivaudra à un retrait de confiance au gouvernement qui, dès lors, sera contraint à démissionner.
Samir ZERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.