Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Les choses sérieuses commencent !    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS aux meilleurs standards internationaux en matière de Sécurité et d'intégrité    Casablanca en quête d'un air plus frais    Sénégal : Salif Sané forfait pour le reste du premier tour    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    L'hégémonie    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Facultés de médecine. Une moyenne de 14,4 exigée pour la présélection    De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fin de la crise des enseignants otages de l'échelle 9
La salutaire intermédiation de l'UGTM ** La raison prend le dessus et ouvre la voie au dialogue ** Objectif: améliorer l'offre du ministère
Publié dans L'opinion le 13 - 05 - 2019

Le mouvement de protestation des enseignants bloqués à l'échelle 9, qui est l'une des crises les plus graves, après celle des enseignants contractuels, ayant agité le secteur de l'enseignement public durant les derniers mois, semble s'acheminer vers son épilogue grâce à l'intermédiation du groupe Istiqlalien à la Chambre des conseillers. Après deux réunions, jeudi et vendredi, avec des représentants de l'Union Générale des Travailleurs au Maroc (UGTM) et la Fédération Autonome de l'Enseignement (FAE), les enseignants grévistes ont décidé de suspendre leur mouvement de grève et de rejoindre leurs classes… en attendant que le ministère de l'Education Nationale réponde à leurs doléances.
Ils se considèrent comme des prisonniers au point de s'auto-baptiser «détenus de la cellule 9». Eux, ce sont les enseignants classés à l'échelle 9 qui mènent depuis le 1er mai une série de protestations pour obtenir le déverrouillage de leur statut administratif aux allures d'impasse bloquant toute perspective d'évolution de carrière. Leur mouvement de protestation menaçait de se radicaliser et de se poursuivre pour la troisième semaine d'affilée, dans l'objectif de mettre la pression sur le gouvernement et appeler le ministère de l'enseignement à assumer ses responsabilités et régulariser leur statut. Mais une réunion tenue le jeudi 9 mai, puis une deuxième dans la soirée du vendredi 10 mai, ont changé le cours des choses. Lors de ces deux réunions organisées à l'initiative des membres du groupe Istiqlalien unité et égalitarisme à la Chambre des conseillers, les enseignants grévistes représentés par des membres de leur coordination nationale se sont concertés avec les représentants de l'Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM), bras syndical du parti de l'Istiqlal, en vue de trouver une issue favorable à leur crise.
Cette réunion qui a réuni au siège de l'UGTM les représentants des enseignants grévistes avec M. Nâam Myara, Secrétaire Général de l'UGTM, Mme Khadija Zoumi membre du bureau exécutif dudit syndicat et M. Youssef Aâlakouch Secrétaire Général de la Fédération Autonome de l'Enseignement (FAE) a été marquée par des pourparlers animés. Elle a été suivie par une deuxième réunion dans la soirée du vendredi qui s'est finalement soldée par la suspension de la grève des enseignants. La centrale syndicale de l'Istiqlal assurera pour sa part le rôle d'intermédiation pour négocier le dossier revendicatif des grévistes auprès du ministère de tutelle, avec en ligne de mire l'amélioration de l'offre présentée par M. Amzazi. En attendant, la Coordination des enseignants grévistes de l'échelle 9 a pris la décision, d'après un communiqué consulté par L'Opinion, de suspendre toute forme de protestation durant les prochains jours, donnant ainsi un précieux sursis au ministère de l'éducation afin de prendre les mesures qui s'imposent pour dépasser cette énième crise qui agite l'enseignement public.
En effet, après le mouvement national des enseignants contractuels qui a failli causer une année blanche, celui des enseignants dits de la «cellule 9», menaçait de replonger ce secteur désormais fragile dans le chaos. Dans ces deux cas, c'est l'intermédiation de l'Istiqlal, que ce soit par le biais des membres de son groupe parlementaire ou par le biais de son bras syndical, l'UGTM, qui a permis de désamorcer la crise et de remettre les parties sur la table du dialogue et de la négociation. Pour ce qui est des enseignants de la «cellule 9», l'intermédiation de l'Istiqlal a été précédée par un appel à la raison adressé au ministère de tutelle. En effet, les syndicats les plus représentatifs, dont l'UGTM, ont transmis, mercredi 8 mai, une lettre au ministre de l'éducation dans laquelle ils ont exprimé leur indignation quant aux répressions des manifestants et dénoncé l'incapacité du gouvernement à trouver une solution équitable et juste à ce dossier.
Mardi 7 mai, premier jour du Ramadan, trois membres du Conseil national de la coordination avaient, en effet, été arrêtés suite à une intervention musclée des forces de l'ordre lors de laquelle ont également été confisqués quelques outils de protestations des grévistes. «Ils nous ont pris nos haut-parleurs et nos tuniques oranges symbolisant les prisonniers de Guantanamo, mais surtout, ils ont arrêté trois des nôtres», déplorait ce jour-là Mohammed Boukhriss, coordinateur national des enseignants classés à l'échelle 9. Et d'ajouter : «Notre dossier est simple, il n'a pas besoin de dialogue ou de négociation, car cela ne fait que prolonger la crise et la souffrance des enseignants détenus dans la cellule 9 depuis des années, et qui perçoivent 4.000 dhs, nous refusons l'offre du ministère parce qu'elle ne représente pas une solution réelle, et ne répond pas à nos revendications».
A noter que les enseignants de la «cellule 9» demandent le passage à l'échelle 10 et le paiement de leurs arriérés. Par contre, le ministère propose de régler la situation d'une première tranche en 2019, et d'une deuxième tranche en 2020, et le reste en 2023. A cela réplique M. Boukhrisse: «Les étudiants qui vont étudier à l'université en 2020 peuvent intégrer le cycle de l'enseignement en 2023 et seront mieux rémunérés que leurs professeurs, alors que le nombre global de ces enseignants est de 4700, soit 20% du corps enseignant, de même le passage à l'échelle 10 est synonyme d'une augmentation de salaire de l'ordre de 700 à 800 dhs par enseignant, cela relève uniquement d'une volonté politique». M. Boukhrisse estime que "ces enseignants n'appartiennent plus à la Fonction publique, puisque l'échelle 9 n'existe plus depuis 2012, de plus le salaire moyen a augmenté de 32 pour-cent en dix ans, alors qu'ils sont contraints de toucher 4.000 dirhams" conclut-il.
Samir ZERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.