Botola Pro D1: Le partage des points entre le RAJA et le FUS    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le roi Mohammed VI a reçu un message du président Erdogan    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Covid-19 : les vaccins à ARN messager semblent efficaces contre le variant indien    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc se félicite de l'adoption par le Conseil de Sécurité de la résolution 1979 sur le Sahara marocain (MAEC)
Publié dans MAP le 28 - 04 - 2011

Le Maroc s'est félicité de l'adoption mercrecedi par le Conseil de Sécurité de l'ONU de la résolution 1979 sur le Sahara marocain, qui prolonge le mandat de la MINURSO jusqu'au 30 avril 2012, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.
Cette résolution, adoptée à l'unanimité des membres du Conseil, préserve et renforce l'ensemble des acquis engrangés par le Maroc, au cours des dernières années, à la faveur de la présentation de son "Initiative d'Autonomie" et valorise les actions importantes prises par SM le Roi Mohammed VI pour renforcer la promotion et la protection des droits de l'Homme.
Elle interpelle, en revanche, les autres parties quant à leur rôle politique évident dans le blocage du processus de négociation et les responsabilise par rapport à la situation humanitaire singulièrement dramatique qui prévaut dans les camps de Tindouf, sur le territoire algérien.
Ainsi, le Conseil réaffirme la prééminence de l'initiative marocaine d'autonomie, réitère son appréciation pour les efforts "sérieux et crédibles" déployés par le Maroc, appelle à des négociations sur la base de deux paramètres cardinaux de cette initiative, le "réalisme et l'esprit de compromis", tout en tenant compte des efforts déployés par le Maroc depuis 2006.
Il consacre aussi la centralité du processus de négociations comme seule voie de règlement, faisant ainsi échec aux tentatives des autres parties de déstabiliser, de fragiliser et de marginaliser ce processus.
A cet égard, la résolution salue la mise en Âœuvre de l'approche innovante, visant à insuffler une dynamique nouvelle au processus de négociations, et conforte les propositions constructives formulées par le Maroc dans ce cadre. Celles-ci ont trait à une plus grande contribution de représentants légitimes des populations originaires des provinces du sud à la recherche de la solution, afin de leur permettre de refléter les aspirations réelles de ces populations et leur attachement à la mère patrie. Elles concernent, en outre, l'engagement de débats thématiques liés à la gouvernance, qui offriront au Maroc l'opportunité d'approfondir le contenu substantiel et conforme à la légalité internationale de son initiative d'autonomie.
En outre, l'ensemble des acteurs, parties et Etats de la région sont appelés, non seulement à coopérer avec l'ONU et les uns avec les autres, mais aussi à "renforcer leur implication afin de mettre fin à l'impasse actuelle et de progresser vers une solution".
Dorénavant, l'Algérie ne pourra plus se dérober à ses obligations en la matière, et se devra d'assumer un rôle à la hauteur de sa responsabilité avérée dans ce différend régional.
S'agissant précisément des droits de l'Homme, l'approche sérieuse et responsable prônée par le Maroc a prévalu, tandis que la démarche d'instrumentalisation et de torpillage adoptée par les autres parties a été désavouée.
En effet, et à l'instar du rapport du Secrétaire Général, le texte de la résolution ne fait aucune référence à un "mécanisme international de monitoring des droits de l'Homme", de quelque nature que ce soit. Il s'agit là d'un désaveu sans appel à la stratégie des autres parties, qui se sont livrées, au cours de l'année écoulée, à tous les excès, avec la multiplication des provocations, le détournement et l'exploitation de protestations sociales, la mobilisation de plusieurs relais et le recours irresponsable à une terminologie d'une virulence extrême.
Bien au contraire, la résolution prend note du rapport du Secrétaire Général qui vante la dynamique de réforme profonde et vertueuse engagée par le Royaume au cours des derniers mois. Le discours historique de SM le Roi du 9 mars y est salué, tout comme le processus ambitieux de régionalisation avancée et le chantier inédit de révision constitutionnelle.
Plus particulièrement, le Conseil de Sécurité se félicite de la mise en place, par le Maroc, du Conseil National des Droits de l'Homme, y compris de sa structure régionale dans les provinces du sud. Il salue, également, l'engagement du Royaume à poursuivre son interaction positive avec les procédures du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, à travers la nouvelle délégation interministérielle aux droits de l'Homme.
De la sorte, c'est la légitimité de l'intervention et la validité de l'action de ces institutions qui sont consacrées par le Conseil, qui reconnaît, par là même, la pertinence de cette prise en charge nationale des allégations de violations dans les provinces du sud, au même titre que dans les autres régions du Royaume. C'est là un message de confiance fort et un signal de crédibilité sans ambiguïté qui sont envoyés au Maroc.
Bien plus, et pour la première fois, le Conseil de Sécurité, demande solennellement au Haut Commissariat aux Réfugiés, de continuer à Âœuvrer pour la réalisation de l'enregistrement des populations des camps de Tindouf, se faisant, ainsi, l'écho de l'appel lancé dans ce sens par le Secrétaire Général, conformément au mandat du HCR et à sa pratique établie.
De ce fait, le Conseil reconnaît que le recensement, refusé obstinément par l'Algérie, depuis plusieurs décennies, constitue un préalable juridique incontournable pour une protection internationale effective des populations retenues dans les camps de Tindouf et un instrument indispensable pour leur permettre d'exprimer leur volonté, dans le cadre des interviews individuelles.
Ainsi, les multiples démarches entreprises par le Royaume auprès des membres du Conseil de Sécurité et les contacts étroits maintenus avec le Secrétaire Général des Nations Unies, ont permis à ces derniers de mesurer à leur juste valeur les explications délivrées, les argumentaires présentés, les informations fournies et les appréciations partagées sur ce sujet.
Pour rappel, ces démarches diplomatiques marocaines ont porté essentiellement sur la nécessité de renforcer le processus de négociation sur des bases renouvelées et innovantes et de le prémunir de la logique de la perversion ou du dévoiement préconisée par les autres parties. Elles ont, également, porté sur le caractère global et substantiel des réformes engagées par SM le Roi Mohammed VI sur les plans politiques et socio-économiques. Enfin, elles ont mis en exergue la légitimité et la pertinence du dispositif institutionnel national mis en place pour la promotion et la protection des droits de l'homme, à savoir le "CNDH", le "Médiateur" et la "Délégation interministérielle aux droits de l'Homme".
Aujourd'hui, et à travers la résolution 1979, une résolution claire dans ses dispositions et qui apporte des clarifications utiles et appropriées, la communauté internationale confirme son attachement à la recherche d'une solution politique, réaliste et de compromis, à travers un processus de négociation serein et revigoré, qui ne saurait souffrir de manÂœuvres de diversion, de conditionnalité ou de blocage.
A cette occasion, le Royaume du Maroc voudrait rappeler sa volonté sincère de réussir le processus de normalisation en cours avec l'Algérie soeur, au bénéfice des deux peuples frères et au service d'une intégration maghrébine souhaitée et souhaitable à tous les niveaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.