Conférence internationale sur la justice: Le texte intégral de la lettre royale    Les fantaisies d'un président!    Le gouvernement table sur une enveloppe de 198 milliards de DH en 2020    Dette du Trésor : Un encours d'environ 739 milliards de dirhams au 1er semestre 2019    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Diva Châbiaa à la voix sur le cœur    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Agadir célèbre la tolérance en musique    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le système national de la recherche, bénéficiaire d'un "Jumelage institutionnel" Maroc-France-Espagne-UE
Publié dans MAP le 28 - 09 - 2011

Un projet de jumelage institutionnel visant à améliorer les performances du système national de la recherche (SNR), a été lancé, mardi à Rabat, en perspective d'assurer son intégration dans l'espace Européen de la recherche (EER) et sa participation aux programmes-cadres communautaires.
Associant le ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique et ses homologues français et espagnol, ce projet ambitionne également de développer la capacité en recherche et développement technologique et innovation au service de l'économie et de la société marocaines.
D'une durée de vingt quatre mois (2011-2013), ce projet financé par l'Union européenne (UE) à hauteur de 1,35 million d'euros, contribuera au rapprochement du cadre législatif et réglementaire avec l'acquis et les standards de l'UE et au renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles du département marocain chargé de la recherche.
Parmi les résultats escomptés figurent aussi l'élaboration et la validation d'un système d'information et de communication pour la recherche et le transfert du savoir-faire relatif aux meilleures pratiques et aux outils méthodologiques associés à la recherche scientifique.
S'inscrivant dans le cadre de la mise en Œuvre de l'Accord d'association Maroc-UE, négocié dans le cadre de la politique européenne de voisinage du programme d'appui au plan d'action "P3A, géré par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, ce projet favorisera "le rapprochement de la méthodologie de gestion et des mécanismes de programmation, de promotion et de valorisation de la recherche scientifique avec les pratiques communautaires européennes".
Dans ce cadre, une cinquantaine d'experts français et espagnols seront mis à contribution pour apporter leur expérience au service des partenaires marocains à travers des missions, des séminaires de formation et d'information au Maroc (820 jours d'expertise, 23 activités).
Le projet prévoit aussi des visites d'études (110 jours) et des stages (150 jours) en France, Espagne, Suède et Allemagne pour un échange d'expériences des bonnes pratiques et un transfert de compétences.
Pour le ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, M Ahmed Akhchichine, "ce projet arrive à un moment tout à fait opportun pour notre système d'enseignement et de recherche. Le programme d'urgence, que nous déployons depuis maintenant deux ans, alloue des moyens conséquents pour que la recherche scientifique et technologique serve de levier aux différents chantiers de développement du pays", a-t-il ajouté.
Ce programme dénote la volonté d'"accompagner et de rapprocher le Maroc de l'acquis communautaire européen en matière de recherche scientifique technologique et d'innovation", a-t-il estimé.
Selon le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, M. Nasser Bourita, "cette coopération plus structurée permettra de renforcer le maillage inter-universitaire entre le Maroc et l'Europe, d'encourager la reconnaissance mutuelle des systèmes d'éducation et des diplômes et aussi d'accroître la mobilité des étudiants, des chercheurs et des professeurs".
Pour sa part, l'ambassadeur de France à Rabat, M. Bruno Joubert a indiqué que "ce jumelage s'appuie sur un socle solide, suivant les réformes amorcées depuis plusieurs années par le ministère de l'éducation nationale au Maroc, avec tout dernièrement l'intégration de la recherche dans la nouvelle constitution".
Il a été conçu en tenant compte des caractéristiques et spécificités du système de recherche marocain, en conservant l'originalité et la diversité de la communauté scientifique existante, a relevé M. Joubert.
L'ambassadeur, chef de la délégation de l'UE au Maroc, M. Eneko Landaburu, a quant lui, noté que "ce jumelage se révèle un instrument puissant dans la poursuite des objectifs de rapprochement de l'acquis et de soutien de la capacité du système national de recherche au Maroc à s'intégrer à l'espace européen et permettre une mobilité sans entraves des chercheurs".
Pour lui, la participation du Maroc aux programmes européens de recherche s'est intensifiée, permettant ainsi au Royaume de devenir le deuxième pays méditerranéen éligible à ces programmes après l'Egypte avec 91 institutions retenues pour la période 2007-2010.
De son côté, l'ambassadeur d'Espagne au Maroc, M. Alberto José Navarro Gonzalez a souligné que cette coopération permettra de renforcer la solidarité entre les membres de ce jumelage (Maroc-France-Espagne-UE), notamment dans une période de crise où l'investissement dans la recherche, la connaissance et l'innovation constitue la voie idoine pour s'en sortir.
Outre le ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, ce jumelage profitera notamment à des universités, des établissements de formation des cadres, des instituts publics de recherche, l'Académie Hassan II des sciences et techniques et le Centre national pour la recherche scientifique et technique(CNRST).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.