Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La Bourse de Casablanca clôture ses échanges en hausse ce jeudi    Immobilier : Mubawab Advisory annonce le lancement du Landscape Digital    Aérien : L'ère des billets à 10 euros est révolue, selon le patron de Ryanair    L'ambassadeur de Chine au Maroc : La Visite de Nancy Pelosi à Taïwan, « un évènement grave qui viole le principe d'une seule Chine »    Kénitra : Réception en l'honneur des MRE    Officiel : Vahid Halilhodzic demis de ses fonctions    Le Maroc, un partenaire stratégique « fiable et influent » au Proche-Orient et en Afrique    Colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du 12 août    Saad Lamjarred profite pleinement de ses vacances au Liban (VIDEO)    Paulino Ros : «Les Marocains en Espagne ont changé la société et l'économie en mieux» [Interview]    La Colombie rétablit ses relations diplomatiques avec la RASD    Ukraine: 168è jour de guerre, inquiétudes sur la centrale nucléaire de Zaporijjia    Royaume-Uni: arrestation d'un des « Beatles » présumés de l'Etat islamique    Coopération militaire: l'axe Bamako-Moscou se renforce    Etude : Quand le changement climatique aggrave les maladies infectieuses !    Syrie : Offensive de l'armée sur la ville de Tafas    Panama : L'art culinaire marocain en vedette    5èmes Jeux / Solidarité Islamique / Turquie /Handball : Elimination de l'équipe nationale    Sport et éducation: La FRMSPH et l'ONEE pour un sport inclusif de l'environnement durable    Supercoupe UEFA : Le Real bat l'Eintracht et s'adjuge le Trophée    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Une rencontre de communication au profit des MRE à Khénifra    Autoroutes: ADM rappelle l'interdiction de rouler ou de s'arrêter sur la Bande d'Arrêt d'Urgence sauf en cas d'extrême urgence    Autoroutes: ADM rappelle l'interdiction de rouler ou de s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence    Déradicalisation : Comment le Royaume gère ses détenus extrémistes ?    Casablanca : Une infirmière arrêtée pour corruption et remise de faux certificats médicaux    Chichaoua : Un homme découvert mort... Une enquête est ouverte    Mariage des mineures : il est temps d'abroger l'article 20 de la Moudawana    Perspectives économiques mondiales et inflation : Le Maroc reste malgré tout optimiste    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    Journées portes ouvertes à la SNRT : Des associations MRE témoignent de la promotion de la culture amazighe    Oussama Almouhandiz, un maquilleur cinémato-graphique à la quête de renommée mondiale    Ifrane : 22 sorbas au festival régional de Tbourida de la zaouïa de Sidi Brahim    Gucci Beauty fait sensation avec sa gamme de make-up pour peau foncée    2023 sous le signe du social    Banques: les créances en souffrance de près de 85 milliards de dirhams en 2021    Jeux de la solidarité islamique : 4 médailles de bronze pour le Maroc dans le sport-boules    L'apport des MRE au développement local mis en exergue à Kénitra    Football : La CAF annonce une Super Ligue africaine dès août 2023    Medradio à ses auditeurs : Grand Merci !    BCIJ: Interpellation à Tétouan d'un partisan de "Daech" très actif sur les réseaux virtuels    Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain    Les consulats français continuent « d'humilier » les Marocains en refusant à les demandes de visas    Fès se met au rythme de la Journée nationale de la communauté marocaine de l'étranger    Football : La FRMF et Halilhodžić discutent du départ du sélectionneur du Maroc    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo
Publié dans Maroc Diplomatique le 25 - 06 - 2022

Quatre ans, jour pour jour, se sont écoulés depuis que Yassine Esqalli a quitté le Maroc. Né d'une simple curiosité, le périple à vélo du jeune mesfioui l'a mené à découvrir ce qui lui était totalement inconnu : 30 pays, deux continents et près de 50 mille kilomètres parcourus.
Un vélo des plus banals, des équipements rudimentaires et des moyens pour le moins basiques, Yassine en appelle surtout, dans cette « virée insouciante », à sa ferme volonté et à deux passions pour lesquelles il préfère ne pas mesurer le ratio risque/utilité : le vélo et la découverte.
La chaine d'information marocaine M24 a rencontré le jeune marocain de 30 ans à Brasilia, où il est arrivé après un long trajet qu'il a commencé à Sao Paulo, métropole où le globetrotter a atterri après avoir arpenté les routes praticables et impraticables de l'Afrique, de l'extrême nord à l'extrême sud et de la côte atlantique aux plages de l'océan indien.
« Après des voyages au Maroc, j'ai décidé de franchir la frontière avec la Mauritanie. J'ai informé ma famille moins d'une semaine avant que je parte pour un ou deux mois. A chaque fois que je visitais un pays, ma curiosité pour découvrir d'autres grandit et c'est ainsi que la durée du voyage que je me suis fixée au début s'allongeait », explique-t-il.
Ni les maladies qu'il a contractées à maintes reprises sur le continent noir, ni les pannes de son modeste vélo, encore moins le climat parfois hostile ou les moyens financiers limités n'ont dissuadé Yassine au corps émacié de vivre sa passion.
« La chaleur et l'accueil que me réservaient les Ethiopiens me faisait oublier le climat hostile et l'insécurité que j'ai ressenti en Afrique du Sud. La beauté de la Namibie et d'autres pays que j'ai visités me rappelait que ça valait bien le coup. C'était des difficultés pas plus. A aucun moment je n'ai pensé que cela peut être un prétexte pour donner un coup d'arrêt à mon rêve », confie-t-il avec un ton à peine audible.
Sa décision de commencer à partager son rêve avec la communauté de Youtube a changé le cours de sa petite histoire. Yassine a désormais un public qui le suit, se préoccupe pour lui et s'impatiente de connaitre ses prochains plans. Satisfaire ce public, dit-il à M24, est rapidement devenu une responsabilité : « cette confiance t'oblige à améliorer le contenu et sa qualité ». C'est en effet un engagement difficile à relever pour quelqu'un qui préfère dormir à la belle étoile, qui se contente du strict nécessaire et qui a de l'aversion pour ce que d'autres appellent confort, y compris internet. La pyramide de Maslow s'avère ne pas être forcément une science exacte, du moins dans le cas de Yassine.
Durant son périple, qui peut être tout sauf périlleux aux yeux de ce cycliste amateur, Yassine est devenu aussi, sans le vouloir, une sorte d'ambassadeur de son pays. Sur les vlogs qu'il publie sporadiquement, on le voit parfois corriger une carte du Maroc à des personnes malavisées, leur parler de la cuisine et de l'histoire marocaines, ou du sport et de la musique dans le Royaume.
Ce que Yassine retient de son séjour à sillonner les routes sinueuses des pays africains, c'est surtout le respect dont est entouré le Marocain en tant que tel, les flagrantes inégalités sociales dans un pays comme l'Afrique du Sud, la faible densité démographique en Namibie et la chaleur humaine du citoyen africain.
Or, poursuit-il, les gens nourrissent beaucoup de préjugés sur le continent africain et les Africains. « De mon propre vécu, je dirais que l'Afrique ce n'est pas la famine, la misère ou les massacres, comme le Brésil n'est pas synonyme d'assassinats et de trafic d'armes et de drogue. Nul pays ne doit être réduit à des préjugés », affirme-t-il.
Le féru de la petite reine fait aussi part de ce qu'il appelle « un gâchis » : les frontières fermées entre deux peuples frères marocain et algérien. « C'est dommage non seulement pour les deux peuples, mais aussi pour les autres peuples de la région comme la Tunisie et la Libye. Cela aurait pu être plus facile pour moi de découvrir l'Afrique du Nord. C'était d'ailleurs l'idée. Commencer par les pays nord-africains », déplore l'aventurier.
Au Brésil, Yassine a été surpris que plusieurs Brésiliens connaissent le Maroc, qu'ils associent parfois à des films ou des séries tournés sur son sol ou le reconnaissent par sa cuisine, « un rayonnement qui procure fierté à tout ressortissant marocain s'aventurant dans ces contrées ».
Contraint de reporter ses plans en Afrique à cause du conflit en Ethiopie, Yassine s'est lancé à la découverte de l'Amérique latine, avec le Brésil comme point de départ. Le jeune marocain, fidèle à sa résilience et fort de sa persévérance, compte retourner là où il a été obligé d'arrêter son périple africain « pour faire l'Afrique du Nord » avant de s'ouvrir à d'autres horizons, « l'Asie peut être », en quête d'assouvir ses deux passions de toujours : le vélo et la découverte. En attendant, Yassine regagne sa ville natale pour renouer avec sa famille et profiter au passage de l'ambiance festive de l'Aid Al-Adha.
Avec MAP


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.