Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





KHALIL EL MESSAADI, "Mahjoubi Aherdane n'a été ni résistant ni fondateur du MP"
Publié dans MarocHebdo le 18 - 04 - 2014

Maroc Hebdo: Dans son dernier livre-mémoires, Mahjoubi Aherdane affirme avoir fait partie de l'Armée de libération, que votre père, Abbas El Messaâdi, avait dirigée pendant les années 50. Mais apparemment vous contestez cela?
Khalil El Messaâdi: Non seulement je le conteste, mais je le démens catégoriquement. Mahjoubi Aherdane n'a jamais fait partie de l'Armée de libération. Il n'a jamais été un résistant non plus. M. Aherdane est un militaire de formation. Après son admission, à un âge avancé, à l'Ecole militaire de Meknès, il a été recruté par l'armée française, avec laquelle il a combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale.
À son retour, il fut nommé Caïd à Oulmès.
Comment a-t-il connu votre père alors?
Khalil El Messaâdi: Il l'a connu au début des années 40, au moment où mon père s'est installé avec sa famille à Moulay Bouazza, dans le Moyen-Atlas, après avoir quitté sa région natale, Tazzarine Aït Atta.
Mahjoubi Aherdane affirme avoir été très proche de Abbas El Messaâdi, et même son compagnon de route, au même titre que le Docteur Abdelkrim El Khatib...
Khalil El Messaâdi: Mon père a rejoint Casablanca au tout début des années 50, plus précisément le domicile du grand résistant Brahim Roudani, qui l'avait chargé de diriger son usine. Entré dans la Résistance, mon père a perdu tout contact avec Mahjoubi Aherdane. En revanche, le docteur Abdelkrim El Khatib, lui, était un homme très proche de Abbas El Messaâdi.
D'ailleurs, l'Armée de libération doit son existence au docteur El Khatib et mon père. Ce sont eux qui ramenaient les armes d'Egypte pour combattre la colonisation.
Mahjoubi Aherdane n'était-il pas parmi les fondateurs du parti du Mouvement populaire?
Khalil El Messaâdi: Absolument pas. Il n'était pas parmi les fondateurs du parti du Mouvement populaire. La création de cette formation politique en 1958, est l'oeuvre de l'illustre résistant Lahcen Lyoussi et de Mbarek El Bekkaï, ex-Premier ministre de Mohammed V. Ils ont été rejoints par la suite, par d'autres chefs de l'Armée de libération, notamment du Moyen-Atlas et du Rif. On peut citer, entre autres, le fils de Haj Ammar Riffi, Mohamed; Miloud El Caïd; Chouaïb El Gharnati; Abdallah Zahrat; Mohamed Allal. L'objectif de cette formation était de contrecarrer la mainmise du Parti de l'Istiqlal sur le pays, précisément après l'assassinat de mon père, en 1956.
Mahjoubi Aherdane n'était donc pas parmi les fondateurs, et M. El Khatib y était-il ?
Khalil El Messaâdi: Non, M. El Khatib n'était pas à la création. Mais les fondateurs du Mouvement populaire, des visionnaires tels que le grand résistant Lahcen Lyoussi et Mbarek El Bekkaï, ont eu la judicieuse idée de le placer à la tête du parti du Mouvement Populaire. C'était un jeune médecin, bien formé, pouvant animer le parti et jouissant d'une grande légitimité pour avoir mené la lutte armée contre la colonisation. Mahjoubi Aherdane, lui, a rejoint le parti bien plus tard.
Toujours dans son livre, Mahjoubi Aherdane soutient que l'assassinat de Abbas El Messaâdi a été commandité par Bensaïd Aït Idder. Etes-vous d'accord?
Khalil El Messaâdi: Bensaïd Aït Idder a une responsabilité dans cet assassinant, mais les principaux commanditaires étaient, sans aucun doute, Mehdi Ben Barka et Fqih Basri. Les meurtriers de mon père avaient cité leurs noms devant les enquêteurs. C'était Hassan II, à l'époque Prince héritier, qui dirigeait lui-même l'enquête, sur ordre de son père, S.M. Mohammed V.
Racontez-nous un peu les circonstances de cet assassinat...
Khalil El Messaâdi: Mon père a été assassiné le 27 juin 1956, à Fès. Alors qu'il entrait dans un garage pour monter dans sa voiture, il a été interpellé par trois individus armés, qui l'ont abattu après qu'il ait refusé de les suivre. Ils lui avaient dit qu'il était convoqué pour une réunion d'une extrême urgence avec Mehdi Ben Barka.
Pourquoi Mehdi Ben Barka et Fqih Basri n'ont-ils pas été traduits devant la justice puisque leurs noms ont été cités pendant l'enquête?
Khalil El Messaâdi: Parce que le Parti de l'Istiqlal était une force politique importante à l'époque. De peur de provoquer des troubles à l'ordre public alors que la situation était déjà tendue, le Palais a préféré ne pas les traduire devant la justice.
Bensaïd Aït Idder soutient, de son côté, que c'est le Palais qui a fait assassiner Abbas El Messaâdi. Que répondez-vous à cela?
Khalil El Messaâdi: Feu S.M. Mohammed V aimait beaucoup mon père et je ne vois pas pourquoi il aurait voulu le tuer. Au contraire, S.M. Mohammed V avait besoin de l'Armée de libération et du Mouvement populaire pour contrebalancer le poids de l'Istiqlal. J'ai en ma possession une lettre historique envoyée par mon père à S.M. Mohammed V, dans laquelle il réaffirme son attachement au Trône alaouite. Abbas El Messaâdi y développe aussi la nécessité de renforcer l'Armée de libération pour protéger le pays et la monarchie contre l'hégémonie du Parti de l'Istiqlal.
Allal El Fassi était-il au courant du projet d'assassinat de votre père?
Khalil El Messaâdi: Je ne le pense pas. Allal El Fassi, de même que Ahmed Balafrej, ne participaient pas aux réunions du Comité central de l'Istiqlal, qui avaient pour objet la discussion du projet d'enlèvement de Abbas El Messaâdi. Ces réunions étaient plutôt présidées par Mehdi Ben Barka.
Comment est née l'Armée de libération?
Khalil El Messaâdi: Après avoir été membre du Parti de l'Istiqlal, mon père a compris que ce parti avait une culture hégémonique et que son emprise sur le pays était dangereuse pour la monarchie et le pays. Il a alors quitté l'Istiqlal, au début des années 50, pour rejoindre l'Armée de libération. Celle-ci a vu le jour grâce à des patriotes et des nationalistes qui voulaient en finir avec la colonisation française et espagnole.
Onze personnes ont participé à la création de cette armée et avaient assuré sa direction. Outre mon père, il y avait Abdelkrim El Khatib, Abdellah Senhaji et Benaboud. recueillis par Aissa Amourag
![if gt IE 6]
![endif]
Tweet