Pétrole: le WTI, toujours en baisse, frôle les 70 dollars le baril    Maroc-Palestine: Signature d'un MoU pour créer un Conseil d'Affaires    Mondial: Messi critique l'arbitrage du quart entre l'Argentine et les Pays-Bas    Conseil de la Concurrence : Mille et une lacunes du marché des soins médicaux    Le Conseil suprême du CCG réitère ses positions fermes en faveur de la marocanité du Sahara    La tournée des émissaires de Mohammed VI en Afrique a fait escale à Dakar    Lions de l'Atlas: Hakimi s'entraine à part, Aguerd absent de l'entraînement collectif (VIDEO)    Sky News: Riyad Mahrez va soutenir les Lions de l'Atlas (VIDEO)    Maroc : Le 20e Grand prix national de la presse dévoile les noms des lauréats    GPNP : Hespress couronné pour la sixième fois et la troisième consécutive    Maroc – Portugal : Les Lions de l'Atlas avides de victoire et d'histoire    Cliniques privées: voici ce qu'en pense le Conseil de la Concurrence    Espagne : 28 passagers du Maroc s'échappent d'un avion atterri en urgence à Barcelone    À Oslo, le Maroc et la Norvège entament des consultations politiques    Der Spiegel. Libération de l'activiste humanitaire allemand Jörg Lange grâce aux services de renseignement marocains    Mondial 2022. Les chances des Lions de l'Atlas de vaincre la Seleção das Quinas portugaise    Renault Commerce Maroc et NCRA inaugurent un nouveau showroom à El Kelaâ des Sraghna    Sahara: le Conseil suprême du CCG réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Le roi adresse un discours au 1er Sommet sino-arabe qui se tient en Arabie Saoudite    Mahi Binebine : première exposition individuelle au Maroc (VIDEO)    Vidéo. DS Automobiles lance la 2e édition du Marché des Créateurs du 08 au 11 décembre    Coronavirus: 156 nouvelles contaminations enregistrées ce vendredi    PLF 2023: IS, IR, auto-entrepreneur… Voici les principaux amendements adoptés    Les Etats-Unis et le Maroc appellent les pays méditerranéens et africains à adhérer à l'Initiative contre la prolifération    Les sanctions imposées sur les pays africains doivent être adaptées et proportionnées afin de garantir leur efficacité    La CNDP lance la plateforme à vocation africaine « Koun3labal »    Le chef de gouvernement ce lundi devant les députés    Le ministère de la solidarité compte créer 12 incubateurs sociaux au niveau national    France : Un consulat mobile au profit des MRE dans l'Aveyron    Le photographe de National Geographic au zoo de Rabat    France : Condamné à tort pour viol il y a 23 ans, Farid El Haïry veut sa réhabilitation    AstraZeneca et la Fondation Lalla Salma agissent pour l'accès équitable aux soins contre le cancer au Maroc    Iran : Abolition de la police des moeurs Hommage à Mahsa Amini    Sociétés cotées en bourse : une performance revue à la hausse    Mondial 2022 / Lu sur Twitter / Vahid Halilhodzic : « Au Maroc, ils ont le meilleur centre technique du monde ! »    L'ONMT, fier du rayonnement suscité par les Lions de l'Atlas    «Welidatna Jabouha», la dédicace de Saida Charaf pour le Onze national    La réalisatrice Sofia Alaoui en compétition officielle du festival Sundance    Tétouan des sept portes: Une 10ème édition sous le signe de la préservation des ressources hydriques    Sommet sino-arabe: Akhannouch à Riyad pour représenter le roi    Alerte météo: fortes averses parfois orageuses et rafales de vent du vendredi au dimanche    L'arbitre de Maroc-Portugal nous a déjà porté chance    Gros contrats signés pendant la visite de Xi Jinping en Arabie saoudite    Covid: la 9ème vague de l'épidémie continue de monter en France    Washington et Moscou échangent des prisonniers, dont la basketteuse Brittney Griner    Talbi Alami représente le Roi à la cérémonie d'investiture du président de Guinée équatoriale    Atteinte d'une maladie neurologique, Céline Dion reporte sa prochaine tournée mondiale    L'excellent édito de Martin Buxant : Les Lions de l'Atlas, un Milkshake culturel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE VACCIN, IL N'Y A PAS LE CHOIX!
Publié dans MarocHebdo le 17 - 12 - 2020

L'information générale disponible fait état de réserves et de controverses frappant tous les vaccins… Pourtant, l'autre option, la non-vaccination serait une catastrophe humanitaire mondiale.
Il faut évidemment saluer la décision royale de la gratuité de la vaccination contre le Covid-19. Alors que le gouvernement s'échinait laborieusement à trouver une solution à ce sujet avec l'hypothèse d'un prix étudié différencié et d'une prise en charge par les organismes sociaux, la sentence est donc tombée. Une nouvelle expression d'une "monarchie sociale", plaçant le Souverain au centre des impulsions et des décisions dans ce domaine.
Ce vaccin, précisément, comment se présente- t-il? De quel vaccin s'agira-t-il au fait? Comment s'organisera ensuite la logistique? Il est prévu qu'il ne sera pas, bien entendu, généralisé du jour au lendemain à quelque 25 millions de personnes de plus de dix-huit ans, mais par étapes et par priorités. Selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), seront concernées en priorité les personnels de "première ligne" (santé et sécurité), puis ce que le ministre Khalid Aït Taleb a appelé les "personnes utiles" (transport,...), celles de plus de 65 ans et celles à risque souffrant de maladies chroniques.
Une véritable course au vaccin
Le Maroc a été l'un des premiers pays à prendre, au titre du principe de précaution, des mesures d'achat de vaccins à l'étranger. Il a ainsi signé avec la société chinoise Sinophram une option d'achat de 10 millions de vaccins. Il a aussi, dans cette même ligne, conclu un autre accord avec le laboratoire britannique AstraZeneca pour un total de 8 millions de vaccins. Il est prévu, dans l'agenda gouvernemental actuel, qu'à la fin du premier trimestre 2021, un bon tiers de la population commencera ainsi à bénéficier de cette inoculation.
Pour l'heure, en tout cas, la validation finale de ces deux vaccins importés n'est pas encore finalisée. L'état des lieux sur les onze vaccins en phase 3 des essais cliniques donne des indications différenciées, voire contrastées. Cette phase 3 en quoi consiste-t-elle? Il s'agit de tests sur un grand nombre de volontaires pour confirmer l'efficacité du candidat vaccin et rechercher les effets secondaires avant sa mise sur le marché. L'on observe une véritable course au vaccin, un chemin semé d'obstacles vers un remède efficace: essais cliniques, production, acheminement,...
Dès le mois de janvier 2020, des équipes de chercheurs se sont ainsi mobilisées, au lendemain de la publication par la Chine de la séquence SARS-Cov-2, et ce, soit dans des Universités (Oxford au Royaume-Uni, Queensland en Australie) ou encore des strart-ups. Elles ont été rapidement rejointes par des géants pharmaceutiques mondiaux: les américains Pfizer, Johnson & Johnson, les britanniques AstraZeneca et GSK ainsi que le français Sanofi, Des technologies multiples sont en oeuvre. Les unes sont des vaccins classiques à partir d'un virus vivant atténué; d'autres à partir de virus bien connus (rougeole, adénovirus, ...), modifiés génétiquement; d'autres encore conçus à partir d'un fragment du code génétique du virus (ARN ou ADN) mais qui n'ont jamais été approuvées pour l'Homme.
Il faut ici donner des précisions sur le vaccin à ARN, qui est un type de vaccin activant le système immunitaire. Il fait l'objet d'une certaine défiance, certains évoquent même qu'il pourrait changer l'ADN des personnes l'ayant reçu. Si le vaccin est efficace, l'organisme va réagir et générer des réponses immunitaires sous la forme d'anticorps et de réponse cellulaire. Les vaccins à ARN de l'allemand BioTech, allié à l'américain Pfizer, et de Moderna (USA) sont avancés dans ce domaine. Le 9 novembre 2020, BioTech-Pfizer ont été ainsi les premiers à annoncer des résultats de l'ordre de 90% d'efficacité chez les personnes vaccinées.
Cela dit, bien des interrogations subsistent. Du côté du vaccin chinois, il reste une ultime validation des essais en phase terminale; elle est prévue dans les meilleurs délais. Quant au vaccin du laboratoire AstraZeneca, les premières réactions après l'inoculation du vaccin, ces derniers jours seulement, confortent bien des doutes après les effets secondaires constatés. De quoi conduire sans doute le Maroc à reconsidérer son option d'achat en direction de ce laboratoire britannique. D'un autre côté, la valeur scientifique des données mises en avant pour faire des annonces d'efficacité reste discutable dans la communauté des chercheurs et des spécialistes.
Des annonces discutables
Comment, dans ces conditions, apprécier la force de protection conférée par le vaccin et comparer ainsi de manière significative le nombre de volontaires infectés dans le groupe vacciné et dans le groupe sous placebo? Autant de résultats partiels aujourd'hui qui devront être confirmés par des statistiques plus larges. Autre interrogation: la durée de la protection conférée par le vaccin, laquelle reste à déterminer. Aujourd'hui, l'efficacité du vaccin est évaluée au moment le plus favorable, lorsque les anticorps sont les plus nombreux.
Mais combien de temps persisteront-ils? Il faut ajouter encore que l'on ne sait pas l'effet du vaccin sur des sujets précédemment infectés, seules les personnes séronégatives étant acceptées dans l'étude des essais. Protection et sûreté du vaccin dans le temps: voilà une inconnue. D'autres questions sont à relever, dont celles-ci: le vaccin permet-il d'éviter les formes graves de la maladie? Protège-t-il les sujets fragiles, en particulier les personnes âgées? Une question essentielle pour mettre en place une politique vaccinale conséquente.
Problème d'accessibilité
Vendre, acheminer, vacciner la population: tels sont les termes de référence de cette situation. Vendre? Il y a bien la communauté internationale qui considère volontiers le futur vaccin comme "un bien public mondial". Mais qu'en est-il, au juste? Chaque fabricant est libre de fixer le prix de son produit. L'accessibilité est donc un premier problème. De plus, elle conduit à relever un gros différentiel entre le Nord et le Sud. L'ONG Oxfam a ainsi signalé, en septembre dernier, que les pays riches, soit 13% seulement de la population mondiale, avaient mis la main sur plus de la moitié (51%) des doses des principaux vaccins à l'étude. Une sorte de monopolisation… tournant le dos à la facilitation de l'accès de tous aux outils de lutte contre la Covid-19 (vaccins, traitements, diagnostics).
L'acheminement du vaccin n'est pas le moins problématique: comment mettre à la disposition des milliards de doses à des milliards d'individus en même temps, aux quatre coins de la planète? Un défi logistique à relever, aggravé par des contraintes supplémentaires en termes de respect de la chaîne du froid (-70°C, congélateurs spécifiques de 10.000 euros l'unité, stockage) – même si le groupe Moderna propose des congélateurs "standards" à -20°C et à 2°c et 8°C par exemple pour le vaccin Sanofi GSK.
Enfin, vacciner, mais suivant quelles modalités? Le calendrier est très accéléré et la disponibilité des vaccins pour l'ensemble de la population n'est pas réalisable avant au moins la fin 2021. La "résistance" au vaccin, voire même à tous les vaccins dans certains pans de la population, n'est pas négligeable. Se pose notamment la question des ingrédients de la confiance. Au Maroc, comme ailleurs, toute une culture anti-vaccin existe.
A propos du vaccin Covid-19, l'on observe davantage de rigidité et de ressorts peu favorables. Les réseaux sociaux nourrissent et surdimensionnent même cet état d'esprit d'anxiété mâtinée d'alarmisme. Le "Made in China" du vaccin Sinophram ne bénéficie pas d'un grand préjugé favorable. L'information générale disponible sur toutes les chaînes fait état des réserves et des controverses frappant tous les vaccins, Sinophram, Pfizer et autres… Pourtant, il n'y a pas d'autre choix que la vaccination; l'autre option, la non-vaccination, n'est ni acceptable ni souhaitable parce qu'elle serait une catastrophe humanitaire mondiale.
Il importe donc d'instaurer la confiance: elle est le pivot de toute stratégie vaccinale. Elle prend des chemins très différents dans notre stratégie –dans les pays étrangers aussi. Elle dépend du niveau d'éducation, de l'âge, de la profession, de l'assignation territoriale,… Le gouvernement El Othmani se distinguet- il dans ce domaine? Les départements de la santé et de l'intérieur sont sur le «front office», en pleine exposition.
Des orientations royales ont été données et réintégrées dans ce sens pour engranger des gains de confiance: transparence complète dans la diffusion de l'information; sa crédibilité soutenue par la communauté scientifique; la cohérence des messages. Tout cela avec des relais de proximité et de validation par les réseaux sociaux. Une capacité à insérer cette communication dans un récit collectif. Un esprit de solidarité et de citoyenneté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.