Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle formation pour les étudiants après le baccalauréat?
Publié dans MarocHebdo le 03 - 07 - 2015

Après la réussite au baccalauréat, le plus difficile reste à faire. L'accès aux établissements d'enseignement supérieur, surtout étrangers, est un véritable parcours du combattant. Pour se donner les meilleures chances de réussite postbac, nos étudiants n'ont que l'embarras du choix pour s'inscrire aux différents concours qui se déroulent tout au long des mois de juin et de juillet. Une étape incontournable pour les plus méritants qui aspirent à poursuivre leurs études dans les grandes écoles et les universités les plus prestigieuses.
Au Maroc, la réussite reste associée aux grandes écoles françaises de commerce et d'ingénieurs. Or, les concours de ces établissements supérieurs qui balayent des domaines aussi variés que les mathématiques -toujours à l'honneur dans les écoles les plus prestigieuses- , la philosophie ou l'économie en passant par les épreuves de logique et langues étrangères sans oublier l'histoiregéo et autres questions d'actualité, nécessitent une intense préparation.
C'est dans cet esprit que des institutions comme la fondation Attijariwafa bank, en association avec l'Université Al Akhawayn et le ministère de l'Education nationale, organisent, depuis bientôt trois années de suite, une semaine de concentration au profit de 168 étudiants en classe prépa scientifiques qui dépendent des centres publics marocains. Etudiants qui ont eu la chance d'être admis, cette année, aux examens oraux qui se dérouleront dans les grandes écoles d'ingénieurs françaises (Mines, Ponts, Polytechnique et Centrale Supélec) durant quatre semaines à partir du 22 juin 2015.
Projets d'avenir
La réussite aux concours est le passeport pour préparer et finalement obtenir des diplômes reconnus, monnayables au Maroc et en Europe. Mais dans une économie de plus en plus mondialisée, l'Europe n'est pas le seul horizon en vue. C'est pour cette raison que nos étudiants sont de plus en plus tentés d'aller faire leurs études à l'international que ce soit en Asie ou aux Etats-Unis. C'est que l'enseignement supérieur dans ces contrées lointaines, en particulier aux Etats-Unis, plus ouvert, a beaucoup à leur offrir. Ils peuvent y trouver une formation plus efficace, correspondant le mieux tout autant à leurs moyens qu'à leurs projets d'avenir.
Pour obtenir soit un "Associate's degree" (en 2 ans), soit un "Bachelor's degree" (en 4 ans), soit un "Master's degree" (de 1 à 3 ans). Ainsi, en choisissant en connaissance de cause, et à condition de bien préparer leur admission, ils peuvent accéder à toutes les universités. Pas seulement les plus réputées comme Harvard, Berkeley, Stanford, Massachusetts Institute of Technology (MIT), Yale, Columbia ou Princeton, régulièrement classées dans le " top ten " mondial. Même si l'accès à ces universités coûte cher, il leur arrive d'octroyer des bourses généreuses en fonction du profil des étudiants. Il revient aux parents, par contre, de placer une somme suffisante dans un compte bancaire pour subvenir aux besoins de leurs enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.