Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nizar Baraka tient la corde
Publié dans MarocHebdo le 28 - 07 - 2017

Le Parti de l'Istiqlal prépare activement son 17ème congrès
Hamid Chabat est désormais minoritaire au sein du Conseil national. C'est à cause de lui que le PI n'a pas pu être l'une des composantes de la nouvelle majorité.
L'horizon se dégage donc pour Nizar Baraka. Depuis des semaines, il sillonne le Royaume à la rencontre des militants et, plus récemment, pour préparer les congrès régionaux devant conduire au XVIIème congrès, prévu à la fin septembre 2017.
Si la date de ces assises a bien été fixée, il reste, d'ici là, à réunir les conditions de succès de ce rendez-vous. Parmi les dossiers en instance dans cette perspective, se pose, évidemment, ce problème: que faire de Hamid Chabat, secrétaire général sortant, élu en 2012? Quel est le rapport de forces entre lui et Nizar Baraka, positionné comme candidat? La tonalité des derniers jours du mois de juillet 2017 paraît traduire un climat moins conflictuel. Que Al-Alam, l'organe arabophone de cette formation publie, lundi 24 juillet, une tribune de Nizar Baraka n'est pas passé inaperçu –elle a d'ailleurs été traduite et reprise par L'Opinion dans son édition du mercredi 26. Un signe de quelque chose en marche, d'autant que ce texte se distingue par plusieurs éléments. Il est ainsi rassembleur, mais pour le changement. Il rappelle que la situation est critique et fragile au sein du parti, avec des manifestations de raideur et de repli, mais que la tenue des congrès provinciaux témoigne d'un processus en marche. Une feuille de route donc qui se décline encore par d'autres aspects: raviver la fibre istiqlalienne, réhabiliter les organes et les instances du parti, promouvoir l'action collective. En somme, "réhabiliter le parti" et lui "éviter d'aller dans l'inconnu".
La charge est lourde, malgré tout, contre Hamid Chabat. Et il faut bien rappeler que la formation istiqlalienne, aujourd'hui, est au plus bas. A telle enseigne qu'il a été pratiquement impossible depuis plus d'un an d'arriver à un accord sur les conditions et les modalités d'organisation du XVIIème congrès. Et ce n'est qu'à la fin du mois de juin 2017 que les critères de sélection des congressistes ont pu être adoptés: 1.000 membres élus par le Conseil national sur la base du score électoral de chacune des 12 régions, l'importance de la population et les effectifs des militants encartés ; quotas pour les organisations parallèles (femmes, jeunes...).
Ardente obligation
En l'état, Hamid Chabat est désormais minoritaire au sein du Conseil national. Ainsi, Taoufik Hjira jusqu'alors suspendu depuis le 9 février 2017, en même temps que Karim Ghallab et Yasmina Baddou, a repris ses fonctions de président de cet organe, alors que les deux autres dirigeants ont été réintégrés le 9 mars par décision judiciaire. La situation de Chabat a été fragilisée par d'autres faits: perte d'un siège parlementaire dans la circonscription de Settat, mise en détention du député et président de la municipalité de Had Soualem, Zine El Abidine El Houass, inculpé de divers crimes financiers, procédure diligentée à son endroit pour la gestion des finances du parti, expulsion manu militari du siège de l'UGTM à Rabat après son délogement au congrès de cette même centrale syndicale. En creux, la position de Nizar Barak s'est progressivement renforcée avec l'appui de Hamdi Ould Rachid, Abdelouahed El Fassi, dirigeant du mouvement Bila Hawada, créé après le XVIème congrès de 2012 ainsi qu'au sein du Comité exécutif et des parlementaires istiqlaliens. Il estime qu'il a désormais une mission et une ardente obligation à s'engager jusqu'au bout pour revivifier le parti.
Jamais cette formation n'a été aussi isolée dans le champ politique national. Dans l'opposition depuis juillet 2013 et ce par suite de l'inconséquence de Hamid Chabat, elle n'a pas pu être l'une des composantes de la nouvelle majorité formée le 5 avril 2017, lors de la nomination du gouvernement El Othmani. Une situation pratiquement contre-nature contrariant la vocation gouvernementale de ce parti historique dépositaire depuis près de troisquarts de siècle d'un fonds de valeurs au coeur du Mouvement national durant le protectorat et du corpus de l'identité culturelle et politique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.