Bali : Au moins trois morts et sept blessés dans un séisme    Afghanistan: L'EI revendique l'attentat contre la mosquée de Kandahar    Coupe de la CAF : Ce samedi les FAR et la RSB jouent pour une place au tour additionnel barrage    Classement FIFA : Le Maroc 3ème africain et 29ème mondial dès la semaine prochaine !    L'OCS, section football : M. Anouar Dbira Tlemsani présente sa démission    Prévisions météorologiques de ce samedi    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Conseil de gouvernement : Réunion ce samedi    ALD Automotive Maroc fait son bilan et dévoile ses ambitions futures    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    La France livre au Maroc un Algérien lié à un attentat dans lequel deux touristes sont morts    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Recherche et innovation énergétique: Une marocaine distinguée en Italie    IMME : les professionnels sont optimistes    Armes chimiques dans la guerre du Rif : un parti catalan appelle Madrid à dédommager le Maroc    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Afghanistan: Des explosions dans une mosquée chiite de Kandahar font au moins 32 morts et 53 blessés    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 15 Octobre 2021    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Hitachi ABB Power Grids devient Hitachi Energy    L'eurodéputé danois Søren Gade souligne la nécessité de préserver les bonnes relations entre l'UE et le Maroc    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    L'ancien président américain Bill Clinton hospitalisé pour une septicémie    Prévisions météorologiques de ce vendredi    Edito : Feu vert    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ONHYM croit en des découvertes majeures d'hydrocarbures
Publié dans MarocHebdo le 21 - 12 - 2017


FAUT-IL ÊTRE OPTIMISTE?
Les récentes découvertes sauraient confirmer un potentiel pétrolier et gazier non négligeable.
La directrice générale de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, n'est pas du genre à vite aller en besogne. Plutôt mesurée, elle devait peser chacun de ses mots lorsqu'elle affirmait à la MAP, en septembre dernier, que le Maroc était sur le point de faire des découvertes «majeures» d'hydrocarbures. «Je suis optimiste,» déclarait-elle. Deux hypothèses pour expliquer ces propos (sachant qu'auparavant, Mme Benkhadra bottait presque automatiquement en touche): soit c'est pour convaincre les investisseurs du potentiel en la matière du Royaume, car en accentuant les recherches, les chances de tomber sur des gisements augmenteraient, de même, crescendo.
Les investissements en exploration pétrolière ont ainsi atteint, lors de la période 2010-2016, près de 16 milliards de dirhams, dont 98% supportés par les partenaires de l'office. «Pour 2017 et à fin août, ces investissements s'élèvent à 466,9 millions de dirhams pour les partenaires et 18,8 millions pour l'ONHYM. Ceux-ci pourraient se chiffrer à la fin de l'exercice à 1,3 milliard de dirhams pour les partenaires contre 36,4 millions de dirhams pour l'ONHYM,» révèle Mme Benkhadra. Et si le potentiel du Maroc était vraiment important? C'est la deuxième hypothèse qui explique les annonces de découvertes «majeures», et qui d'ailleurs ne contredit pas la première hypothèse.
Les résultats obtenus à ce jour abondent à cet égard dans ce sens. Ainsi, la découverte de gisements productifs de gaz dans le bassin du Gharb et de gaz et condensat dans le bassin d'Essaouira ainsi que la confirmation de la présence de gaz naturel dans la zone de Tendrara sauraient, de ce point de vue, confirmer un potentiel pétrolier et gazier non négligeable. «L'ONHYM poursuit avec détermination son rôle de catalyseur de l'exploration pétrolière,» s'engage à ce propos Mme Benkhadra. Le fait est que les efforts réalisés jusqu'ici ont cependant été insuffisants. Pour la seule années 2018, 1,464 milliards de dirhams devraient ainsi être investis. Par ailleurs, l'ONHYM souhaite mettre en valeur le potentiel pétrolier des bassins sédimentaires situés dans les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Rabat-Salé-Kénitra. Rappelons que la superficie couverte par les travaux d'exploration s'élève à 180 mille km2 et porte sur 87 permis de recherche, huit autorisations de reconnaissance et huit concessions d'exploitation.
«Un effort d'investissement soutenu» et «une dynamique maîtrisée combinant études, évaluations et promotion des bassins sédimentaires marocains» seraient d'après Mme Benkhadra la recette gagnante pour faire du Maroc un pays producteur d'hydrocarbures. Faut-il pour autant être «optimiste», à l'image de la directrice générale de l'ONHYM? «Je serais personnellement plus nuancé,» nous confie un spécialiste du domaine de l'exploration pétrolière et gazière, qui met en cause plusieurs sociétés de prospection, qui parfois feraient des annonces «qui n'auraient rien à voir avec la réalité», dans l'objectif de faire hausser leur cote en bourse.
Pour leur part, les compagnies se refusent à tout commentaire, et beaucoup d'entre elles nous renvoient, quand nous essayons de leur poser la question, à leurs communiqués, quand ce n'est pas à l'ONHYM. «C'est un sujet un peu délicat, nous ne sommes pas les seules parties prenantes, c'est donc un peu difficile d'en parler,» nous déclarera en off un cadre d'une de ces compagnies. Ce qu'il a à dire des hydrocarbures conventionnels, on peut par ailleurs le reprendre à propos du gaz et du pétrole de schiste. Là encore, uniquement des effets d'annonce, pour peu de résultats concrets, alors que l'on parle quand même du sixième potentiel mondial en termes de schistes bitumineux.
«Les projets de développement des schistes bitumineux sont des projets très capitalistiques nécessitant des investissements très importants de l'ordre de quelques milliards de dollars et nécessitant des délais très longs,» rétorque cependant une source autorisée auprès de l'ONHYM. L'office essaie d'ailleurs depuis 2013 d'amender le code des hydrocarbures, aux fins d'y inclure des mesures incitatives. Si, malgré d'avoir été échaudés par Talsint, nos responsables peuvent se dire aujourd'hui optimistes, pourquoi ne le serions-nous pas nous-mêmes?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.