Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeune enfance… grande misère
Publié dans MarocHebdo le 20 - 06 - 2018

La mollesse de la législation pointée du doigt par nombre d'acteurs associatifs
A l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'emploi des enfants, célébrée ce mardi 12 juin, les associations marocaines montent au créneau. La situation reste alarmante. La loi 19-12 luttant contre cette exploitation est là, mais n'est pas appliquée.
La journée internationale de lutte contre l'emploi des enfants, commémorée le 12 juin, se veut pour thème cette année 2018 «Génération sécurité et santé». Une journée où l'organisation internationale du travail a fait état de quelque 152 millions d'enfants travailleurs dans le monde. 74 millions d'entre eux exerceraient un travail de nature à nuire gravement à leur santé. Une journée qui retentit comme une alarme de rappel pour les huit associations marocaines œuvrant de concert contre le mauvais traitement que subit la jeune enfance.
Des associations qui, rappelons-le, ont bénéficié d'un budget d'un million de dirham ces dernières années, depuis 2015, pour mener à bien leur projet de lutte contre l'emploi des enfants dont l'âge est en dessous des 16 ans. A ce propos Omar Saâdoune, responsable du pôle de la lutte contre le travail des petites filles au sein de l'association Insaf nous dit: «Nous remarquons un manque de volonté pratique de la part du gouvernement. Comment se fait-il que le projet de loi 19-12 interdisant le travail des petites filles en dessous des 16 ans, adopté en 2013, ne soit pas appliqué?».
Sara, âgée aujourd'hui de 21 ans, a été confiée à l'âge de 7 ans à une famille à Marrakech. Comme petite bonne, elle a subi les pires calvaires. Des cicatrices lui viennent rappeler sa mauvaise fortune. Le fruit de sa sueur ne lui est jamais revenu mais plutôt à ses parents. Sauvée par l'association Insaf, après deux ans d'exploitation, elle fut réinsérée, appelée à suivre son cursus scolaire aux frais de l'association. Aujourd'hui, elle poursuit ses études à la faculté. L'association avait alloué un montant de 250 DH par mois à la famille de Sara après que cette dernière ait été prise en charge.
Absence d'écoles
Omar Saâdoune rappelle que quelque 156 petites filles bénéficient des aides de l'association. Sara n'est qu'un cas parmi mille. Selon les derniers chiffres en date, le collectif pour l'éradication du travail des petites bonnes fait état de 60.000 petites bonnes. Omar Saâdoune reproche au gouvernement de ne pas mobiliser les moyens nécessaires pour rendre un chiffre plus représentatif de cette population. Aussi insiste-t-il sur le diagnostic qui devrait être mené une fois les chiffres arrêtés. Selon les derniers chiffres du HCP, le travail des enfants a connu une baisse significative de 1999 à 2015. Ainsi serait-on passés de 157.000 à 57.000 en l'espace de 6 ans.
Des enfants qui, malgré la modification de la loi de 1947 autorisant le travail des enfants dès l'âge de 12 ans, restent exploités de nos jours. Une exploitation plus prononcée dans le milieu rural, où les enfants s'affairent à cultiver la terre, travaillant pour le compte de leurs parents sans le moindre sou. La mollesse de la législation est pointée du doigt par nombre d'acteurs associatifs, car l'enfant, après la modification de la loi, ne devrait avoir accès au travail qu'après l'accomplissement de son parcours scolaire obligatoire. Chose qui n'est pas observée, surtout dans le milieu rural.
L'acteur associatif nous dit à ce propos «si l'on ferme l'oeil sur le travail des enfants dans ces douars que je sillonne souvent, c'est que la pauvreté, ainsi que l'absence des écoles font ravage. On ne peut appliquer la loi sans mettre en place les infrastructures nécessaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.