ONCF : Le TGV entrera en service dès la fin de ce mois    SM le Roi nomme Driss Guerraoui président du Conseil de la Concurrence    Biographie de M. Driss Guerraoui, nouveau président du Conseil de la Concurrence    CAN 2019. Le Maroc composte son billet pour la phase finale    Pedro Sanchez attendu au Maroc    CAN 2019 : Le Maroc officiellement qualifié    Après 10 mois de prison, Tariq Ramadan sort de prison sous caution (Détails)    De la neige et des rafales de vents attendus ce week-end    Univers Digital inaugure son 2e magasin casablancais    Affaire Khashoggi : le rapport accablant de la CIA    Le Maroc et la Tunisie veulent synchroniser leurs politiques monétaires    La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances 2019    Le 11ème Sommet extraordinaire sur la réforme institutionnelle de l'Union africaine entame ses travaux    Pourquoi Bourita dérange    «Nous sommes arrivés très rapidement à la fin du processus»    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les performances comparées des 12 régions du Royaume    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeune enfance… grande misère
Publié dans MarocHebdo le 20 - 06 - 2018

La mollesse de la législation pointée du doigt par nombre d'acteurs associatifs
A l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'emploi des enfants, célébrée ce mardi 12 juin, les associations marocaines montent au créneau. La situation reste alarmante. La loi 19-12 luttant contre cette exploitation est là, mais n'est pas appliquée.
La journée internationale de lutte contre l'emploi des enfants, commémorée le 12 juin, se veut pour thème cette année 2018 «Génération sécurité et santé». Une journée où l'organisation internationale du travail a fait état de quelque 152 millions d'enfants travailleurs dans le monde. 74 millions d'entre eux exerceraient un travail de nature à nuire gravement à leur santé. Une journée qui retentit comme une alarme de rappel pour les huit associations marocaines œuvrant de concert contre le mauvais traitement que subit la jeune enfance.
Des associations qui, rappelons-le, ont bénéficié d'un budget d'un million de dirham ces dernières années, depuis 2015, pour mener à bien leur projet de lutte contre l'emploi des enfants dont l'âge est en dessous des 16 ans. A ce propos Omar Saâdoune, responsable du pôle de la lutte contre le travail des petites filles au sein de l'association Insaf nous dit: «Nous remarquons un manque de volonté pratique de la part du gouvernement. Comment se fait-il que le projet de loi 19-12 interdisant le travail des petites filles en dessous des 16 ans, adopté en 2013, ne soit pas appliqué?».
Sara, âgée aujourd'hui de 21 ans, a été confiée à l'âge de 7 ans à une famille à Marrakech. Comme petite bonne, elle a subi les pires calvaires. Des cicatrices lui viennent rappeler sa mauvaise fortune. Le fruit de sa sueur ne lui est jamais revenu mais plutôt à ses parents. Sauvée par l'association Insaf, après deux ans d'exploitation, elle fut réinsérée, appelée à suivre son cursus scolaire aux frais de l'association. Aujourd'hui, elle poursuit ses études à la faculté. L'association avait alloué un montant de 250 DH par mois à la famille de Sara après que cette dernière ait été prise en charge.
Absence d'écoles
Omar Saâdoune rappelle que quelque 156 petites filles bénéficient des aides de l'association. Sara n'est qu'un cas parmi mille. Selon les derniers chiffres en date, le collectif pour l'éradication du travail des petites bonnes fait état de 60.000 petites bonnes. Omar Saâdoune reproche au gouvernement de ne pas mobiliser les moyens nécessaires pour rendre un chiffre plus représentatif de cette population. Aussi insiste-t-il sur le diagnostic qui devrait être mené une fois les chiffres arrêtés. Selon les derniers chiffres du HCP, le travail des enfants a connu une baisse significative de 1999 à 2015. Ainsi serait-on passés de 157.000 à 57.000 en l'espace de 6 ans.
Des enfants qui, malgré la modification de la loi de 1947 autorisant le travail des enfants dès l'âge de 12 ans, restent exploités de nos jours. Une exploitation plus prononcée dans le milieu rural, où les enfants s'affairent à cultiver la terre, travaillant pour le compte de leurs parents sans le moindre sou. La mollesse de la législation est pointée du doigt par nombre d'acteurs associatifs, car l'enfant, après la modification de la loi, ne devrait avoir accès au travail qu'après l'accomplissement de son parcours scolaire obligatoire. Chose qui n'est pas observée, surtout dans le milieu rural.
L'acteur associatif nous dit à ce propos «si l'on ferme l'oeil sur le travail des enfants dans ces douars que je sillonne souvent, c'est que la pauvreté, ainsi que l'absence des écoles font ravage. On ne peut appliquer la loi sans mettre en place les infrastructures nécessaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.