La CSMD à l'écoute des Marocains de France    Sanctions contre Manchester City: Guardiola va-t-il claquer la porte ?    New York : le Maroc organise au siège de l'ONU un événement sur l'arganier    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Chômage au Maroc: les derniers chiffres du HCP    Port Tanger Med 2 : APM Terminals dépasse son 1er million d'EVP traités    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Données personnelles, les fortes recommandations de la CNDP et de la BM    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Conseil de gouvernement : La sécurité sociale au menu    À Meknès, un mur ismaïlien sacrifié sur l'autel de chantiers bâclés du PJD    Maroc-Mauritanie : Vers un renforcement de la coopération    La FRMF annonce une bonne nouvelle au public de l'AS FAR    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Quelque 170 étudiants marocains participent à New York au programme «Jeunes ambassadeurs aux Nations unies»    Météo Maroc: nuages instables avec averses orageuses ce jeudi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Ministère de la Justice : la liberté provisoire accordée au Koweïtien poursuivi pour viol fait suite à une décision judiciaire    L'inventeur du « copier-coller » est mort    Le plafond de verre de l'attentisme a éclaté    Les Algériens défilent toujours    Brèves    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    La Côte d'Ivoire inaugure son consulat général à Laâyoune    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Issue de parité entre Khouribguis et Mesfiouis    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Divers    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    15 longs métrages, dont Adam, en lice    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Résolution à l'africaine
Publié dans MarocHebdo le 10 - 07 - 2018


L'Union africaine s'adjuge un rôle au Sahara
Le 31ème sommet de l'Union africaine à Nouakchott a décidé la création d'un quartet formé du président de la commission de l'UA et d'une troïka de chefs d'Etat pour participer au règlement du conflit du Sahara. Bonne résolution?
Le Maroc et l'Algérie d'accord sur quelque chose en rapport avec le conflit du Sahara marocain? Absolument, et c'est l'exploit qu'on doit au président de la commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, qui lors du 31ème sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la principale organisation continentale, tenu les 1er et 2 juillet 2018 à Nouakchott, capitale de la Mauritanie, est parvenu à convaincre les deux pays de l'utilité d'une médiation autre que celle de l'Organisation des Nations unies (ONU); du moins selon des paramètres inédits.
Car s'il est vrai que l'Algérie en faisait la demande depuis plusieurs années, comptant notamment sur la partialité de l'UA qui comprend comme membre fondateur la pseudo République arabe sahraouie démocratique (RASD), elle peut être déçue, puisque l'Union se limite à vouloir faciliter les négociations entre les différentes parties, et ce, d'autant plus, selon le cadre strict fixé par les instances onusiennes, à commencer par le Conseil de sécurité.
Entêtement algérien
En d'autres termes, il ne faudra pas s'attendre à ce que l'organisation pousse vers une position hostile des pays africains à l'intégrité territoriale du Maroc; chose qu'a très bien saisie le Royaume. Dans le détail, M. Faki formera avec les présidents précédent, actuel et suivant de l'UA, en l'occurrence actuellement le président guinéen Alpha Condé, le président rwandais Paul Kagamé et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un quartet qui veillera à concilier les positions du Maroc et de l'Algérie, et par là même empêcher d'empoisonner les instances africaines, alors même que l'état déplorable de l'Union du Maghreb arabe (UMA) et la non-intégration économique de l'espace maghrébin sont la preuve des effets de l'entêtement algérien à vouloir amputer le Maroc d'une partie de son Sahara.
Ces trois chefs d'Etat sont connus pour être plutôt neutres par rapport au conflit, ce qui est à l'avantage du Maroc. L'ancien président mozambicain Joaquim Chissano, que l'UA avait désigné en juillet 2014 comme envoyé spécial au Sahara marocain, se retrouve, lui, relégué au second plan, voire sur la touche, puisqu'il n'est fait nullement mention ni de lui ni de sa mission.
Le Maroc a d'ailleurs toujours refusé de le voir se mêler du dossier, tant il a toujours montré un entrain décomplexé à soutenir la cause séparatiste, même s'il dit uniquement chercher à aider à trouver une solution. Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA, présidé par l'Algérien Smaïl Chergui et donc en conséquence acquis à la voisine de l'Est -il avait appelé dans un communiqué, en mars 2017, à organiser un référendum d'autodétermination au Sahara marocain, ce qui est loin d'être un propos neutre-, s'est également vu couper l'herbe sous les pieds, exclu de tout processus de médiation. Selon toute vraisemblance, ce qui, en d'autres circonstances, aurait pu s'avérer un désaveu pour le Royaume constitue in fine un nouveau succès diplomatique, comme n'a pas manqué de le souligner le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, dans une déclaration aux médias à Nouakchott. «La décision importante prise par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA au sujet de la question du Sahara marocain consacre la primauté du processus onusien dans la gestion de la question du Sahara marocain et rappelle qu'il n'y a pas de processus parallèle, » a-t-il souligné.
Succès diplomatiques
Depuis son adhésion à l'UA en janvier 2017, près de 33 ans après avoir quitté l'Organisation de l'unité africaine (UA) suite à l'admission de la pseudo «RASD» en novembre 1984, le Maroc n'a cessé d'enregistrer les succès diplomatiques face à l'Algérie au plan africain, en étant notamment élu en janvier 2018 au CPS pour le compte de l'Afrique du Nord. Le Royaume avait obtenu 39 voix sur 53; victoire qui se dessinait tellement au fur et à mesure que la voisine de l'Est n'avait pas voulu se présenter, bien qu'elle en ait exprimé l'intention quelques mois auparavant. Pour ce faire, le Maroc mise notamment sur la diplomatie bilatérale, qui lui a permis de conquérir nombre de pays africains, notamment anglophones, acquis jusque-là aux thèses séparatistes.
Mégaprojets communs
Préalablement à l'adhésion à l'UA ainsi que dans les semaines qui ont directement suivi, S.M. le Roi Mohammed VI y avait effectué une large tournée où il avait à la même occasion inauguré plusieurs mégaprojets communs, notamment en Ethiopie et au Nigéria. Plus spécifiquement en Afrique de l'Ouest, le Maroc envisage d'intégrer la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le plus important regroupement économique du continent africain; sa demande est toutefois pendue à une étude d'impact que doit encore livrer la commission de ladite organisation.
Preuve du leadership du Royaume, S.M. le Roi Mohammed VI s'était vu confier par le président Alpha Condé, en mars 2017, la délicate question de la migration, au sujet de laquelle il a d'ailleurs adressé un discours au sommet de Nouakchott, précédé quelques mois plus tôt d'une intervention dans la ville d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, relative à la même thématique. La ville de Rabat devrait ainsi prochainement accueillir l'Observatoire africain des migrations au Maroc, fruit d'une proposition du Roi Mohammed VI à l'adresse de ses pairs africains en sa qualité de leader de l'UA pour la migration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.