Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    US Round Up du vendredi 3 juillet – Bill de Blasio, Shana Moakler, Mike Pence, CBO, Miami    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pénitenciers affichent complet
Publié dans MarocHebdo le 18 - 12 - 2018


LA POPULATION CARCERALE COÛTE CHER
Des conditions d'incarcération déplorables. Les jeunes et les mineurs sont logés à la même enseigne auprès de délinquants endurcis. L'humanisation du système carcéral est-elle au programme?
La population carcérale pose problème. Mohamed Aujjar, ministre de la justice, vient de faire une sorte d'état des lieux, chiffres à l'appui. Ils sont 176 mille derrière les barreaux, dont 147 mille entre les mains de la Sûreté nationale et 28 mille sous la garde de la Gendarmerie royale. Une rapide pyramide des âges nous donne 7.800 jeunes, dont 1.300 mineurs.
Ceux-là, à eux seuls, constituent un problème spécifique qui mérite un traitement à part. Ce tableau n'est complet que si l'on aborde la question incontournable du coût. Retenir quelqu'un derrière les murailles d'un pénitencier, cela a un prix; pas seulement au niveau du fonctionnement et des moyens d'encadrement; mais aussi de l'entretien alimentaire, même a minima. C'est à ce titre que le gouvernement réfléchit actuellement à l'adoption d'un projet de loi permettant l'alimentation des prisonniers aux frais de la Délégation générale de l'administration pénitentiaire (DGAPR).
C'est-à-dire à fonds publics. Une vieille revendication de l'Observatoire marocain des prisons (OMP). Avant cette mesure, cette action de nutrition vitale était dévolue aux familles; avec tous les risques d'introduction de produits interdits ou de chapardage en cours de route vers le destinataire. Lorsque cette disposition de loi sera adoptée, cela coûtera six milliards supplémentaires à verser dans le budget de la DGAPR. La mise au ban de la société par décision judiciaire a toujours été accompagnée d'une double interrogation sur les motifs de l'incarcération et les conditions de vie en milieu carcéral. Dans ce domaine, plus que dans d'autres, tout commence par les chiffres. À comparer avec les 74.039 de 2015 et les 79.368 de 2016; les recensements de 2017, plus de 318 mille et de 2018, plus de 176 mille semblent avoir pris l'ascenseur. Par quoi s'explique cette hausse plus que substantielle? La détention provisoire est généralement mise à l'index. Elle concerne 40,08% de la population carcérale. Elle est jugée beaucoup trop longue. Toutes les démarches susceptibles de la raccourcir au maximum n'ont rien donné.
du nombre de détenus a ravivé de plus belle la problématique de la surpopulation des pénitenciers. En moyenne, le taux de remplissage est de deux prisonniers pour une place. Dans les 82 établissements que compte le pays, seuls deux affichent un taux d'occupation normal, soit un prisonnier pour un lit.
Dans le même ordre d'idées à propos d'une même réalité, le pire est pour la fin. Il s'agit de la proportion de jeunes et de mineurs parmi la population carcérale. Le postulat de départ est celui d'une détention qui n'est pas seulement une privation de liberté, mais aussi et surtout pour ces jeunes prisonniers, une voie de passage vers la réinsertion sociale, à travers l'apprentissage d'un métier. Un voeu pieux qui n'est pas près de se réaliser. Les maisons de redressement sont-elles à la hauteur de la demande? Rien n'est moins sûr. Jetés parmi les adultes de mauvais aloi; nul ne peut jurer de leur avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.