Coupure d'électricité à Casablanca: 80% des clients rétablis selon Lydec    Produits finis: Le droit d'importation passerait à 40%    Covid19: La confiance des ménages au plus bas depuis 2008    Terrorisme: Une cellule liée à un combattant marocain démantelée à Barcelone    France: Nadia Hai, d'origine marocaine, nommée ministre délégué à la Ville    Covid19: 123 nouveaux cas au Maroc, ce mercredi à 10h00    Les plages où il fait bon se baigner cet été    Confinement et enseignement à distance L'Université Mohammed V de Rabat évalue l'impact    Driss Lachguar se réunit avec les membres du Front national pour la sauvegarde de la Samir    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Réunion du Bureau politique    Le stress test de BAM confirme la résilience des banques au choc induit par la crise liée à la pandémie    Driss Lachguar lors d'une réunion avec les membres du Conseil national de l'USFP issus de la région de Rabat-Salé-Kénitra    Sahara marocain: un expert péruvien n'a pas été tendre avec l'Algérie    Les grossistes anticipent une baisse des effectifs employés    Covid-19 : Des mesures additionnelles préventives à l'occasion d'Aid Al Adha    La contamination bat son plein : A qui la faute ?    Pour Tom Hanks, son nouveau film de guerre peut servir de leçon face au coronavirus    "Des peurs et des hommes, sous l'influence du covid-19", nouvel essai qui identifie les réponses psychologiques face à la pandémie    Une série d'activité culturelle et artistique à Assilah    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    45.309 MRE rejoignent leurs pays de résidence    Zouhair Feddal tout proche du Sporting Lisbonne    Chelsea chasse Leicester du podium    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    Avocat : voici le nouveau projet de loi encadrant la profession [Document]    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    Météo : temps généralement stable avec ciel peu nuageux à clair, ce 8 juillet    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA PROTESTATION DU FOND DES GROTTES
Publié dans MarocHebdo le 24 - 01 - 2019

AU 21ÈME SIÈCLE, RETOUR À L'ÂGE DES CAVERNES, EN GUISE DE TOIT, POUR SE FAIRE ENTENDRE.
Assurément, rien n'est suffisamment démonstratif, mais néanmoins réel pour attirer l'attention des pouvoirs publics et de leurs relais locaux. C'est probablement la raison pour laquelle une famille a choisi une grotte pour logement, à Amzala, dans la région de Midelt. Une commune rurale à flanc de montagne du Moyen Atlas et de leur relief perturbé. Ils y ont emporté femmes, enfants et le peu de bagages dont ils disposent. Justement, les enfants, qui font partie malgré eux de cette équipée, ont certainement la tête ailleurs que du côté des bancs de l'école, un peu plus chauffés que la grotte, ne serait-ce que grâce aux classes surchargées qui gagnent en chaleur humaine. Comme quoi la scolarité obligatoire, en passant sous silence les conditions de vie qui vont avec, n'est rien d'autre que du bla-bla politicien.
Il n'y a pas longtemps, nous avions relaté, sur ces mêmes colonnes, la réalité permanente d'une famille auto-logée dans des toilettes publiques, avec un enfant de bas âge au regard intenable sur les bras. À ce propos, une digression qui vaut le détour. Tout récemment, la communauté urbaine de ce monstre déshumanisé qu'est Casablanca a inauguré un réseau de toilettes publiques post indépendance, que l'on verrouille à double tour pour empêcher des maraudeurs sdf d'y élire logis nocturne.
Mais revenons à nos amis de la grotte. Tout indique qu'ils ont innové en matière de mode de protestation et de dénonciation d'une situation intolérable. C'est précisément cet aspect qui est prestement demandé à un mouvement syndical qui n'arrive pas à développer d'autres outils opératoires de contestation, de revendication, de pression et de proposition. Les hommes de la grotte nous disent que la militance à l'ancienne ne paye plus; sinon beaucoup moins que par le passé. Rien ne vaut une démonstration publique où l'on paye de sa personne sans en référer à une hiérarchie où l'on se paye de mots.
Jusqu'à présent, les manifestations de taille conséquente se déroulaient à l'air libre. Il en va de même pour les contestations à petite échelle, par exemple, une famille barricadée derrière une banderole dénonçant une mesure d'expulsion. Toutes ces actions à caractère social se déroulent à ciel ouvert sans garantie aucune de se faire entendre. Par contre, rendre sa voix audible depuis une grotte, c'est d'une nouveauté extrême. À reculons, par un saut de puces à travers les âges. Si ce n'était qu' un pas en arrière pour un grand bond en avant, pourquoi pas? Il n'est pas exclu que les tréfonds du sous-sol soient plus acoustiques et bien meilleurs porteurs d'une voix du tiers état que les surfaces désespérément plates.
C'est en tout cas ce que révèle l'histoire troglodyte qui justifie ce propos. Les autorités locales ont finalement répondu à l'appel des mouvements associatifs. C'est presque gain de cause pour ces dénonciateurs venus des profondeurs. Une expérience qui devrait faire école chez les leaders d'opinion qui n'ont pas peur de perdre pied, par une descente abrupte vers leurs troupes. Ils ne sont pas nombreux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.