L'heure    Rencontre à Marrakech autour du judaïsme marocain    Spoliation foncière: Une classe politique française qui fait l'autruche!    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    La saison agricole démarre dans des conditions favorables    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    Incendie en Californie : Plus de 600 personnes portées disparues, Trump sur le terrain samedi    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    LGV : Entre 149 et 224 dhs pour Casablanca-Tanger    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    L'OM recrute !    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    La Chambre des représentants approuve la première partie du PLF 2019    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Centre Lahcen Lyoussi pour les études et recherches politiques Retour
Publié dans MarocHebdo le 14 - 11 - 1998

Centre Lahcen Lyoussi pour les études et recherches politiques
HOMMAGE À UN PATRIARCHE
Abdellah CHANKOU
Un nouveau centre est né. Celui de Lahcen lyoussi. L'inauguration de cette structure indépendante, qui se veut un forum de débats d'idées visant "la promotion d'une culture authentique et à l'élaboration d'un projet de société moderne", aura lieu les 20 et 21 novembre, à Rabat. Plusieurs personnalités, venant de divers horizons, sont conviées à cette manifestation. Professeurs universitaires, hommes politiques, syndicalistes, chercheurs et hommes d'affairesThème : Lahcen lyoussi, l'homme et le devenir de l'histoire.
L'idée du centre Lahcen Lyoussi vient du fils Moha Lyoussi, actuellement député du Mouvement populaire de Aït Youssi (Sefrou). Objectif : faire connaître Lahcen Lyoussi et sa contribution historique en matière de "démocratie et du pluralisme". Promouvoir aussi la pensée de l'homme qu'il était et son rôle dans l'histoire contemporaine du Maroc.
Militantisme
Figure connue du nationalisme marocain avant comme après l'indépendance, témoin privilégié des bouleversements qui ont jalonné l'histoire du pays, ce natif de Sefrou en 1903, issu d'une grande famille de notables, était caïd pendant le protectorat de 1926 à 1946.
Il connaîtra des moments éprouvants à cause de ses activités militantes. Il a été assigné à résidence par l'occupant avec son fils Moha, à Ben Slimane, puis à Essaouira. Après le retour triomphal de Mohammed V, il s'est vu confier le département de l'Intérieur dans le premier gouvernement de M'Barek Bekkaï. M. Lyoussi est également un des principaux fondateurs en 1957 du Mouvement populaire avec Mahjoubi Aherdan, Abdelkrim Khatib et Haddou Aberkache.
Les qualités intrinsèques de M. Lyoussi lui ont permis d'entretenir des relations amicales avec plusieurs leaders de l'époque comme Allal El Fassi, Bel Hassan El Ouazzani et Mehdi Ben Barka &laqno;Suite à la période des turbulences politiques dans les années qui suivirent l'indépendance, mon père s'est retiré à Malaga, en Espagne», nous a déclaré Moha Lyoussi. Dès le début du règne de S.M le Roi, il retourne au bercail et retrouve ses proches et amis jusqu'à son décès en 1970.
Le centre qui lui est dédié aujourd'hui par respect à sa mémoire se fixe comme objectif fondamental d'organiser des débats pour enrichir la vie politique nationale.
Eclairages
En effet, il s'agit pour les différents intervenants, notamment ceux qui l'ont connu et côtoyé, d'apporter des éclairages et des témoignages sur la personnalité et les idées de Lahcen Lyoussi à la lumière des acquis du Maroc d'aujourd'hui.
Les thèmes discutés sont variés: La vie de l'homme, le militant politique D'autres sujets, en relation avec la monarchie constitutionnelle, les élites politiques nationales, le pluralisme politique, les mutations sociales et les centres de pouvoir, feront l'objet de débats approfondis.
Le centre Lahcen Lyoussi sera géré par un comité de fondateurs chargé de définir la politique générale et la stratégie d'intervention et un Conseil d'administration dont le rôle est de mettre en uvre les programmes d'action. Placé sous la présidence d'un comité d'honneur composé de personnalités nationales et internationales, le centre entend rehausser son action en lui donnant sa dimension scientifique et politique.