Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Nous ne sommes pas totalement à l'abri"
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2004

L'interview intégrale du général Hamidou Laânigri au quotidien français Le Figaro
L'entretien du général Hamidou Laânigri paru chez notre confrère Le Figaro contient des informations et des analyses très importances sur l'intégrisme terroriste au Maroc. Aussi, avons nous jugé utile de le publier pour nos lecteurs.
• Le général Hamidou Laângri.
• Question : Avez-vous fait toute la lumière sur les attentats de Casablanca, survenus il y a bientôt un an ?
- Hamidou Laânigri. Oui, ou presque. L'affaire a été conçue par des membres marocains d'Al-Qaida qui ont rencontré Oussama Ben Laden, l'idéologue Ayman Zawahari et le chef opérationnel Abou Mossab Zarqaoui. Les préparatifs se sont poursuivis avec une réunion à Istanbul présidée par Mohamed al-Garbouzi, alias Abou Issa.
La plupart des opérationnels du 16 mai 2003 ont été arrêtés, à l'exception d'une poignée, dont Said el-Housseini, un spécialiste des explosifs, toujours recherché.
Des structures salafistes locales ont servi de relais et de vivier pour Al-Qaida qui a dans ce genre d'opération une règle : utiliser des gens non repérés par les services de sécurité. C'est ce qu'ils ont fait. Les réseaux démantelés nous ont conduits au Groupe islamique des combattants libyens (GCIL), qui regroupe des djihadistes maghrébins, et au Groupe islamique combattant marocain (GICM).
• Avez-vous été surpris par les attentats du 16 mai ?
- Hamidou Laânigri: Je n'ai pas été surpris par les attentats car je savais qu'il se préparait quelque chose de sérieux. En revanche, j'ai été surpris par l'utilisation de kamikazes. Nous n'avions jamais connu d'attaques suicides au Maroc. Et puis quatorze kamikazes, c'est quand même assez impressionnant.
• Quel est, un an plus tard, le bilan policier ?
- Hamidou Laânigri: A l'heure actuelle, 1 200 personnes ont été présentées à la justice. 700 jugements ont été rendus, 17 condamnations à mort prononcées. A ma connaissance, seule une dizaine d'éléments dangereux court toujours. Bien sûr, des attentats sont toujours possibles. Nous ne sommes pas totalement à l'abri, même si le nettoyage est bien avancé.
• Les cellules islamistes ont-elles les moyens d'instaurer le Djihad au Maroc?
- Hamidou Laânigri: Sans doute, mais je ne suis pas inquiet. Le facteur rassurant est que les groupuscules islamistes n'ont pas le soutien de la population. Ces dernières semaines, nous avons démantelé, non sans résistance, cinq cellules opérationnelles. Et la population nous a applaudis et aidés. Ces gens n'ont pas une bonne image, d'autant plus qu'ils tuent des musulmans. Il ne sont pas comme un poisson dans l'eau parmi les Marocains.
J'ai aujourd'hui la certitude que le Maroc ne sera pas l'Algérie des années 90.
• La pauvreté aggrave-t-elle le phénomène terroriste ?
- Hamidou Laânigri: L'islamisme violent s'est développé dans les périphéries des villes, qui étaient devenues des zones de non-droit. La pègre s'était installée dans ces banlieues. Puis instaurer un ordre religieux nouveau, domestiquer les gangsters et remplacer le pouvoir central. Il a fallu redéployer l'appareil de l'Etat, pas seulement la police mais aussi l'administratif, le religieux, repenser la dimension urbanistique pour reprendre en mains ces quartiers plus ou moins laissés à l'abandon. Il faut maintenant poursuivre le travail.
• Pourquoi y a-t-il tant de Marocains dans les mouvements terroristes islamistes ?
- Hamidou Laânigri: Parce qu'ils sont venus au djihad tardivement et qu'ils veulent se mettre en valeur. Les Marocains ont commencé à arriver en Afghanistan à partir des années 97-98. Mais ils n'ont pas de cadres importants et servent de chair à canon. Il a fallu attendre début 2001 pour que Ben Laden autorise Mohamed el-Garbouzi, alias Abou Issa, à ouvrir un camp de formation spécifiquement marocain au nom du GICM. En 2002, les djihadistes marocains ont sollicité Ben Laden pour leur accorder une aide financière. Zarqaoui, qui croyait en eux, les a un peu pistonnés. C'est ainsi qu'ils ont obtenu des fonds pour organiser le 16 mai 2003 à Casablanca.
• Puis il y a eu Madrid…
- Hamidou Laânigri: Depuis l'attentat spectaculaire de Madrid, l'attention se focalise sur les Marocains, mais il est faux d'affirmer que le Maroc produit du terrorisme. La présence des Marocains dans les attaques Al-Qaïda s'explique par le fait qu'ils sont issus de la communauté musulmane la mieux implantée en Espagne. L'enquête établit d'ailleurs qu'ils sont les exécutants et non les concepteurs.
• Existe-t-il des liens entre les attentats de Casablanca et ceux de Madrid ?
- Hamidou Laânigri: Organiquement, il n'y a aucun lien, si ce n'est que Djamal Zougam a été recruté par Abdelaziz Benyaïch, un Marocain emprisonné en Espagne pour ses liens avec Al-Qaïda, et dont nous avions réclamé l'extradition après les attentats du 16 mai. La relation entre les deux opérations est donc indirecte, elle tient à des individus qui se connaissent.
Madrid fait partie d'une stratégie de lutte contre la présence américaine en Irak. Casablanca est une punition visant le Maroc pour son alliance avec l'Occident. N'oubliez pas que le 13 février 2003, Oussama Ben Laden a désigné nommément le Maroc parmi d'autres pays comme étant un support du "Taghout" (Satan). Nous avons été ciblés pour notre engagement dans la lutte contre le terrorisme international.
• Quelle est la place du Jordano-Palestinien Zarqaoui dans la mouvance terroriste ?
- Hamidou Laânigri: Zarqaoui est un opérationnel qui n'a jamais été très d'accord avec Zawahiri, l'idéologue d'Al-Qaïda.
La place occupée par Zarqaoui, tant en Irak qu'à l'extérieur, est de plus en plus importante. C'est un spécialiste de la clandestinité : il sait falsifier des documents, se grimer, il dispose de pas mal de passeports et a une capacité à passer à travers les filets. Il a mis en place un circuit de recrutement de volontaires pour mener le combat en Irak via le mouvement Ansar al-Islam.
• Et Ben Laden ?
- Hamidou Laânigri: Ben Laden est un symbole donné en exemple : c'est le pieux modèle qui a mis toute sa fortune au service de la cause de l'Islam. Mais il n'a plus le même impact qu'au lendemain du 11 septembre. La tête pensante, c'est le docteur Ayman Zawahiri. Il circule actuellement une thèse selon laquelle il est sous contrôle à la frontière pakistano-afghane, mais jusqu'à présent, aucun service des pays impliqués dans la recherche de Ben Laden n'a confirmé ou infirmé cette rumeur.
(Le titre et le surtitre
sont de la rédaction).