Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'élégance pour les deux sexes Echanges d'expériences Liens privilégiés Priorité à l'emploi Objectif: sécurité Le souci de l'environnement
Publié dans MarocHebdo le 24 - 12 - 2004

Best Mountain s'implante au quartier Maârif, à Casablanca
L'élégance pour les deux sexes
C'est le groupe Saham, propriété de Moulay Hafid Elalamy, qui est derrière la franchise Best Mountain. Le magasin de Casablanca, ouvert le 17 décembre 2004, n'est qu'un premier point de vente. Huit autres verront le jour à terme dans le pays.
• Moulay Hafid Elalamy.
Les franchises étrangères poussent comme des champignons à Casablanca au point que le consommateur marocain peut s'y perdre sans toutefois manquer une seule occasion qui marquera son esprit. Si la restauration était le secteur où des investisseurs marocains se bousculaient au portillon pour importer des franchises américaines ou françaises, le secteur du prêt à porter regagne du terrain et se caractérise aujourd'hui par une floraison de marques étrangères les plus prestigieuses au monde.
Souci
Après Zara, pour femmes et hommes, et Sergent Major pour enfants, voilà qu'une nouvelle marque étrangère, de nationalité française, débarque à Casablanca pour ouvrir ses portes dans l'un des quartiers commerciaux les plus fréquentés de la capitale économique. Il s'agit de Best Mountain, implantée au cœur de Maârif, au 33 Rue du marché. C'est le groupe Saham, propriété de Moulay Hafid Elalamy, qui est derrière cette franchise. Le magasin de Casablanca, ouvert le 17 décembre 2004, n'est qu'un premier point de vente. Huit autres magasins verront à terme le jour à travers l'ensemble du pays. Cette marque de vêtements, créée en France depuis 1984, propose une large gamme de produits à la fois classiques et décontractés. Confectionné dans des matières agréables et faciles d'entretien, chaque article de la marque allie mode et confort, s'adaptant ainsi aux modes de vie actuels des 15-35 ans. Les collections Best Mountain sont par ailleurs rythmées par des thèmes nouveaux tous les mois, illustrant la créativité des stylistes de l'enseigne. Le magasin de Casablanca, à l'instar de tous les espaces de vente de la marque, a été conçu dans le souci de mettre en valeur les vêtements et de favoriser le libre-service afin de répondre aux exigences des consommateurs modernes. Les prix oscillent entre 200 et 1500 dirhams. Pour les besoins du lancement, des articles sont vendus au prix soldé pour attirer la clientèle. S'il favorise l'implantation sur le marché marocain de grandes marques internationales, le groupe Saham contribue, en parallèle, à la mise en place de concepts nationaux notamment avec la franchise Bigdil qui, à l'horizon 2009, comptera une quarantaine de magasins. Par ailleurs, de nouveaux concepts sont en cours de développement. Leur développement est prévu pour le 2éme semestre 2005. Ainsi, la distribution au même titre que ses autres branches d'activité de services, représente un axe majeur dans la stratégie de développement du groupe Saham.
Stratégie
Par ailleurs, Best Mountain est une prestigieuse marque présente en Europe et à l'international dans près de 1500 magasins multimarques et distributeurs. Annuellement, la marque écoule deux millions de pièces à travers 40 pays, entre modèles ville, détendu et fashion pour hommes, femmes et enfants. Best Mountain dispose de son propre bureau de style en interne qui élabore deux grandes collections par an, après détermination minutieuse des positionnements et qualité. Un suivi permanent des tendances permet d'assurer une création toujours à la pointe de la mode. Les collections de la marque sont conçues pour les hommes et les femmes de 18 à 35 ans autour de différents thèmes de mode.
L'OFPPT développe la formation aux arts
Echanges d'expériences
• Larbi Bencheikh.
L'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) que dirige Larbi Bencheikh et le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) français conjuguent leurs efforts dans le cadre d'une convention de partenariat signée début décembre 2004 pour le développement de la formation professionnelle et l'accompagnement des entreprises dans leurs efforts de valorisation de leurs ressources humaines.
La signature de cette convention a été précédée d'une réunion avec l'ambassadeur de France en présence du patron de l'OFPPT et de l'administratrice générale du CNAM. Ce partenariat consiste en un échange d'expériences essentiellement dans les domaines de l'ingénierie de formation et de l'élaboration des cursus et programmes de formation. Il porte également sur la formation et le perfectionnement des formateurs, la validation des acquis professionnels ainsi que l'élaboration de bilans de compétences. Il s'agit pour l'office d'un effort permanent d'innovation et d'ouverture sur son environnement économique, en s'inspirant d'expériences internationales pour accompagner au mieux l'évolution des métiers et accroître l'efficacité de son action. Persuadé que le capital humain est la base de toute richesse et le support indispensable à toute politique de développement économique et social durable, l'office a toujours fait de la formation de l'homme le fondement de sa stratégie de partenariat et de coopération.
Plusieurs projets ont d'ailleurs été conduits dans ce cadre avec différents partenaires et bailleurs de fonds étrangers dans la perspective de développer le dispositif de formation.
Partenariat entre les PME marocaines et espagnoles
Liens privilégiés
• Hammad Kassal.
La Fédération des Petites et moyennes entreprises du Maroc (FPME) que préside Hammad Kassal, et le Bureau des PME espagnoles de la Méditerranée (MEPIMED) viennent de signer, lundi 20 décembre, à Barcelone, un accord de coopération visant à renforcer leur présence sur le marché du bassin méditerranéen.
Les deux organisations affirment qu'elles s'engagent à "réfléchir et à initier les possibilités de coopération entre les PME-PMI catalanes et marocaines", tout en œuvrant à établir des "liens privilégiés" entre les différents secteurs.
Elles ont décidé de mettre en œuvre une politique de partenariat susceptible de développer et de renforcer les échanges d'expériences et de savoir-faire et de promouvoir la coopération entre les entreprises catalanes et marocaines, sur les plans industriel et commercial. Parmi les principaux domaines de coopération identifiés, figurent l'information réciproque sur les attentes et les besoins des PME-PMI catalanes et marocaines, dans le souci de leur développement mutuel et l'échange d'expertises.
Elles ont aussi décidé la mise en place d'un point de contact local, à travers un network permanent entre elles, afin de permettre la diffusion d'informations d'ordre économique, commercial, administratif, fiscal, ainsi que toute autre donnée nécessaire à une bonne vision des marchés respectifs pour les PME-PMI membres des deux associations.
Les deux parties vont organiser des rencontres bilatérales entre entreprises et des rencontres générales ou sectorielles aussi bien en Espagne qu'au Maroc.
Des missions d'étude et de prospection d'entreprises préalablement sélectionnées sont également prévues pour permettre à chacun des partenaires de réserver un accueil privilégié et personnalisé aux entreprises sélectionnées et leur faciliter l'accès aux informations nécessaires au succès de leur mission.
Le réseau Maroc Entreprendre pour la création de l'entreprise est né
Priorité à l'emploi
Fondé par une pléiade d'hommes d'affaires et de patrons d'entreprises prestigieuses, le réseau Maroc Entreprendre vient de jour le jour. Il se fixe l'objectif d'aider les jeunes entrepreneurs, tous profils confondus, à la réalisation de leurs projets.
• Meriem Bensalah.
Une nouvelle pierre pour la création d'entreprise est posée. Face aux obstacles énormes qui surgissent devant le créateur du projet notamment sur le plan foncier et financier, des hommes d'affaires et des patrons de grandes entreprises ont pris l'initiative très louable de mettre en place l'association «Maroc Entreprendre» dont l'objectif premier est d'aider les jeunes entrepreneurs à concrétiser leurs projets. Il ne s'agit ni de poser des conditions contraignantes pour l'accès au financement, ni de servir de banque pour distribuer de l'argent à tort et à travers.
Profils
La mission principale que se fixe le réseau Maroc Entreprendre est de faire émerger et réussir de nouveaux entrepreneurs. Pour cela, l'association se propose d'accompagner des porteurs de projets sélectionnés par l'octroi de prêts d'honneur sans intérêts ni garanties et surtout la mise à disposition d'accompagnateurs chargés de les entraîner à leur nouveau métier de chef d'entreprise pendant trois ans, en les rencontrant périodiquement pour faire le point sur leur activité et en leur prodiguant les conseils appropriés. Sauf que la particularité de Maroc Entreprendre réside dans le fait que le soutien de l'association est dirigé vers le porteur du projet plutôt que vers le projet lui-même. C'est là l'une des valeurs fondatrices du réseau. À condition, bien entendu, que cet homme porte un projet ambitieux, s'engage à créer de l'emploi et devienne un combattant de l'entreprise, apte à développer son projet. Meriem Bensalah, l'une des membres de l'association et patronne de la société les Eaux minérales d'Oulmès, du groupe Holmarcom, l'avait affirmé: «il faut qu'il y ait du feeling vis-à-vis du projet et de l'homme qui le porte». «C'est le seul jugement qu'on pourrait porter sur le projet», ajoute-t-elle en précisant que tous les profils de l'homme ou de la femme seront étudiés et examinés dans les règles de l'art.
La seconde valeur, c'est l'éthique, couplée à la gratuité. Pour aider l'entrepreneur à démarrer son projet, l'association lui octroie un prêt d'honneur, remboursable avec une année de grâce. Elément important: aucun membre de l'association n'a le droit de prendre une participation dans les entreprises lauréates. En effet, des conseils et un accompagnement gratuits sont offerts aux bénéficiaires sans aucune discrimination.
Troisième valeur : la réciprocité. Le système de travail du réseau Maroc Entreprendre se base sur le principe de l'échange en opposition avec celui de la donation. Cet échange se concrétise par l'instauration entre l'association et le porteur du projet d'un climat de confiance et de convivialité marquées par l'esprit qui consiste à créer de l'emploi. Dans un premier temps, le siège de l'association est sis à proximité de l'Espace Porte d'Anfa, en face de la maison Oriflamme.
À travers cette association, ses fondateurs visent une contribution significative au développement économique et social du pays.
La Samir modernise ses installations
Objectif: sécurité
• Mohamed Boutaleb.
Le Premier ministre, Driss Jettou, et le président du Conseil d'administration de la Samir, Sheikh Mohamed Hussein Al Amoudi, ont signé lundi 20 décembre 2004 au siège de la primature à Rabat une convention portant sur la modernisation de la Société de raffinage (Samir) pour un coût global de 6 milliards de dirhams. Le projet vise notamment à renforcer la sécurité du site de la Société à Mohammedia. «La sécurité est primordiale. C'est la priorité des priorités. D'autant plus que la raffinerie se trouve à proximité d'agglomérations urbaines», a insisté le Premier ministre.
Les incendies et les inondations qui ont touché les installations de la Société en 2002 sont toujours vivaces dans les esprits.
«Cette convention permettra à la Samir de mettre sur le marché des produits conformes aux standards internationaux et donc respectueux de l'environnement», a précisé Mohamed Boutaleb, ministre de l'Energie et des Mines. Selon les responsables des deux côtés, la réalisation du projet permettra au Maroc de disposer d'un outil de raffinage répondant aux standards internationaux et capables de fournir des produits de qualité. Les deux signataires sont confiants quant aux retombées bénéfiques de ce projet sur les plans économique et social.
Il permettra de générer près de 6 millions d'heures de travail dans la ville de Mohammedia et ses environs pendant la phase de construction des installations techniques prévue entre 2005 et 2008 ainsi que 1,5 milliard de dirhams de valeur ajoutée lors de son entrée en exploitation.
Méditelecom fait don de son vieux matériel
Le souci de l'environnement
• Miguel Menchèn.
Méditelecom, dirigée depuis quelques mois par Miguel Menchèn, et l'association Collectique, présidée par Hicham El Menzhi, ont signé, mercredi 15 décembre 2004, une convention de coopération par laquelle le second opérateur en télécommunications s'engage à faire donation à l'association Collectique de son matériel informatique obsolète et ce en vue d'une gestion saine des déchets informatiques. Soucieuse de la qualité de l'environnement et de la généralisation des technologies de l'information à l'ensemble de la population, Méditelecom s'est jointe à l'association dans sa mission pour équiper les écoles, collèges, foyers féminins, maisons de jeunes ou autres associations, d'unités centrales obsolètes et diverses fournitures informatiques. L'association Collectique est une structure à but non lucratif créée en 1998 pour collecter gratuitement des équipements informatiques non utilisés auprès des entreprises et les redistribuer au profit des établissements scolaires ruraux. Sa principale mission est d'initier les jeunes des milieux ruraux aux nouvelles technologies de l'information, en leur fournissant matériel et encadrement nécessaires. Cette initiative se greffe sur les autres actions à caractère social visant à éviter de gonfler les déchets de la ville dans la perspective de ne pas salir davantage l'environnement. L'association Collectique exerce dans ce domaine depuis plusieurs années et semble avoir relevé le défi qu'elle s'est fixé.