L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un diplôme d'une université des Etats-Unis est un excellent atout. La Commission maroco-américaine pour les échanges éducatifs et culturels (MACECE) prend en charge les frais de scolarité . Comment étudier aux Etats-Unis
Publié dans MarocHebdo le 18 - 11 - 2005

Un diplôme d'une université des Etats-Unis est un excellent atout. La Commission maroco-américaine pour les échanges éducatifs et culturels (MACECE) prend en charge les frais de scolarité .
Comment étudier aux Etats-Unis
Partir aux Etats-Unis est un rêve pour beaucoup d'étudiants et de lycéens marocains. Des centaines s'y rendent chaque année pour y étudier et perfectionner leurs compétences. La valeur, la souplesse et la qualité des études font que le système d'enseignement américain offre un choix unique au monde, qu'il s'agisse des établissements, des environnements intellectuels et sociaux, des cursus universitaires et des possibilités de spécialisation.
Il existe de nombreux programmes offrant une large gamme de formations. «Parmi les 4000 universités des Etats-Unis, les étudiants ne peuvent qu'avoir l'embarras du choix. Si le nombre des visas délivrés a légèrement baissé depuis les attentats du 11 septembre 2001, les universités américaines n'ont pas perdu de leur attrait auprès des étudiants marocains», explique Fouzia Al Azhari, conseillère en éducation auprès du centre américain de formation et d'orientation, AMIDEAST. En 2004, 1.835 visas étudiants ont été délivrés, alors qu'en 2003 ils étaient au nombre de 2.000.
La tendance actuellement s'oriente vers les branches comme la gestion des affaires, la publicité et communication, avec notamment les Masters in Business Administration (MBA).
«Les jeunes sont tentés par les universités américaines pour la grande flexibilité du système scolaire donnant autant d'importance aux matières de spécialisation qu'aux activités parascolaires selon le choix et le talent de l'étudiant», poursuit Fouzia Al Azhari. Ainsi, football, basket, golf, tennis, danse, musique ont quelques fois un caractère obligatoire, ce qui n'est pas le cas dans les universités du reste du monde… Les études étant presque indissociables de l'épanouissement.
Cependant, l'admission dans les universités américaines est soumise à une procédure stricte. «C'est mieux de s'y prendre un an à l'avance. Entre les différents tests à passer, TOEFL, SAT, GRE ou GMAT, selon la nature des études, les relevés de notes et attestations à traduire en anglais et les lettres de recommandations, l'étudiant a du chemin à faire», explique Fouzia Al Azhari.
Mais, pour étudier aux Etats-Unis, les moyens financiers à investir constituent le plus grand obstacle. Les études coûtent très cher. Pour une année d'étude, avec une prise en charge complète, il faut compter entre 150.000Dh, à 450.000Dh pour une université aussi prestigieuse que Harvard, réputée pour les études en droit et en business. Classées parmi les plus grandes universités mondiales, les universités états-uniennes sont au top. Il faut rappeler que l'université de Shanghaï publie chaque année le classement des 500 premières universités dans le monde. Selon cette dernière, les américaines occupent 91 places parmi les 100 premières. Paris VI est la première université française, mais elle n'arrive qu'à la 46ème place dans ce classement. En tête de peloton, on retrouve Harvard, Princeton, Yale, Pennsylvania, Duke, Stanford, M.I.T et la première université publique, Berkley, ainsi que celle de California.
«Un diplôme américain constitue un excellent investissement», explique Abdallah Sellam, assistant en informatique à Real Estate, une grande entreprise américaine. Lui, qui a opté pour un Master en gestion à Berkley, a eu la chance de s'intégrer facilement et trouver un job où il est payé dans les 45.000 DH par mois.
L'une des caractéristiques des universités américaines, c'est la souplesse dans le choix des cours, mais plus importante encore est la possibilité de passer d'un établissement à un autre. Surtout à l'issue des deux premières années d'études du premier cycle.
Bien entendu, la qualité de leurs équipements, de leurs ressources et de leurs enseignants est l'un de leurs principaux atouts. Des systèmes d'accréditation garantissent que ces établissements continuent de conserver leur niveau.
Des modifications apportées après le 11 septembre 2001 à la législation relative aux visas ont rendu plus sévère leur obtention en temps utile. Cependant, ces procédures ont tendance à s'alléger.
Il existe trois types de visas d'étudiant. Le premier visa permet de suivre des études générales pour les personnes souhaitant faire des études ou des recherches dans une faculté ou université américaine agréée. Quant au deuxième type de visa, il autorise à suivre des études générales au titre d'un programme d'échanges aux Etats-Unis. Enfin, les études à caractère non-académique ou études professionnelles ont la possibilité d'un troisième titre de séjour.
Pour faciliter l'obtention du visa et le financement des études, la Commission maroco-américaine pour les échanges éducatifs et culturels (MACECE) a été mise en place. Les aides financières consenties par cette commission permettent chaque année à une vingtaine d'étudiants à travers le Maroc de faire des études aux Etats-Unis dans le cadre du programme d'échange éducatif international « Fullbright ».
Chargée de la présélection, de la nomination des candidats marocains et du suivi des dossiers de candidats sélectionnés pour les bourses, la MACECE fait un travail considérable. Après une rude compétition au niveau national et régional, les chanceux bénéficieront d'une bourse d'études qui comprend les frais de voyages, de scolarité, et de livres ainsi qu'une allocation mensuelle et une assurance médicale durant toute la durée des études.
Trois types de bourses sont attribués dans le cadre du troisième cycle. Une première bourse est octroyée pour un Master's ou un Ph.D pour une période d'un à deux ans. Une deuxième, pour une durée d'un an, concerne le programme de "Doctorat marocain à supervision conjointe" et une troisième bourse couvre, pour quelques mois, le programme de Bourse de Recherche post-doctorale.
Pour pouvoir participer à ce programme, les candidats doivent déjà avoir une licence ou un diplôme équivalent au plus tard en juin 2006, et avoir un excellent niveau en anglais. La date limite de dépôt de dossier est en mai 2006.
Mais, malgré le grand prestige qu'offrent les études américaines, au Maroc, au sommet de l'Etat et à la tête des grandes entreprises marocaines on ne retrouve que des lauréats des grandes écoles d'ingénieur françaises.