Gfi Informatique consolide sa position sur le marché africain    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    El Othmani : Le Maroc mobilisé pour la sécurité routière en Afrique    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Le Groupe BCP lance son « Fintech Challenge »    Le Maroc et l'Inde s'engagent à échanger leurs criminels respectifs    Nouvel effondrement meurtrier à Jerada    Taroudant : Un couple achète un nouveau-né à 750 DH    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    Les universités marocaines bien loties!    L'art martial et la manière    Le Conseil supérieur de l'autorité judiciaire livre son premier bilan    Le secrétariat du PJD prévoit des visites en Algérie    Baddou, réélu au Comité exécutif de la GFIA    Riposte des élèves. Ils sont manipulés, selon Amzazi    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    HACA : 47 plaintes traitées et 36 opérateurs sanctionnés    Près de la moitié de la population a une couverture médicale    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement    Le Maroc désigné pays organisateur des Jeux Africains 2019    Edito : Actualiser le social    BAM : Les taux en baisse pour les particuliers, en hausse pour les TPME    Boissons sucrées. La TIC augmente de 50%    Accord Agricole Maroc-UE : Feu vert de la Commission parlementaire européenne    Sarah Perles, révélation des Césars !    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    Première norme anticorruption: Une démarche préventive    Emmanuel Dupuy : La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes    S.M le Roi prend part au déjeuner offert par Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'Armistice    Le Barça battu chez lui, le Real fortifie Solari    La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice    Divers    Copa Libertadores : Boca résiste à River dans une Bombonera en fusion    Insolite : Le tour de la GB à la nage    La FDT en marche à Essaouira    11 novembre 1918 : Le rôle et les sacrifices des troupes indigènes de l'Armée d'Afrique    Washington durcit le ton avec Ryad à propos du meurtre de Khashoggi    Lancement de la première édition de l'événement "Go Goal" à Rabat    A Copenhague, Leila Slimani dissèque le rapport intimité et écriture    Tarek El Bakri: La littérature dédiée aux jeunes a une vocation éducative    La FMEJ met les points sur les «i»    Armistice : Le Maroc au premier rang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pari de Maria À la mémoire du Caïd Lyoussi
Publié dans MarocHebdo le 21 - 04 - 2006

Maria Tazi, primée par Unicef ambassadrice de l'année 2005
Le pari de Maria
Noureddine Jouhari
Maria Tazi recevant son trophée de Robert Scott.
Belle distinction pour Maria Tazi. La dynamique directrice des relations publiques du Sheraton Casablanca Hotels & Towers. Ambassadrice de l'Unicef depuis 2003, elle a eu le prix de l'ambassadrice de l'année 2005 pour l'Afrique et l'Océan indien. Cette distinction récompense les efforts accomplis et les actions menées sous sa direction pour contribuer à la réalisation du programme Check-out for children de l'Unicef. C'est Robert Scott vice-président, directeur des affaires juridiques de Starwood Hotels & Resorts qui lui a remis le prix, lors d'une cérémonie à Bruxelles.
Il faut dire que le Sheraton Casablanca a fourni un effort exceptionnel pour la réussite dudit programme. En 2005, Sheraton Casa a versé 16.875 dollars américains, soit l'équivalent de près de 160.000 dirhams à l'Unicef Maroc. «Depuis deux ans, et avec le consentement du client, notre établissement perçoit un dollar sur tout séjour. Notifié sur la facture, ce dollar est reversé par la suite à l'UNICEF…»
Fière de son prix, Maria Tazi considère qu'il s'agit plus d'une responsabilité. «Si, aujourd'hui, on a pu réaliser avec brio le programme tracé, dit-elle, il n'en demeure pas moins obligatoire pour nous de redoubler d'efforts pour des résultats plus probants encore».
D'ailleurs, plusieurs opérations de collecte de fonds sont prévues pour venir en aide aux enfants. Un grand pari pour Maria Tazi, une battante au sourire désarmant.
À la mémoire du Caïd Lyoussi
Qui est Lahcen Lyoussi? La réponse est dans la brochure intitulée L'Avenir a de la mémoire, éditée par le Centre Lahcen Lyoussi pour les Etudes et Recherches Politiques, dirigé Moha Lyoussi. Ce grand homme a marqué l'histoire du Maroc. Caïd des Aït Youssi, tribu du Moyen-Atlas, Lahcen Lyoussi a exercé sa fonction avec droiture et dévouement, manifestant très vite d'éminentes qualités d'ouverture qui lui firent nouer de solides liens d'amitié avec plusieurs membres de l'élite marocaine émergente: Allal El Fassi, Bel Hassan El Ouazzani, Mehdi Ben Barka. Refusant de signer la pétition contre Mohammed V, il fut destitué de ses fonctions et assigné à résidence à Ben Slimane puis à Essaouira. De ses deux ans, son fils Moha Lyoussi se rappelle que son père n'a jamais quitté sa chambre. Il lui disait: «Je ne me laisserai jamais promener au bout d'une laisse, tel un mulet.»
Au retour triomphant de Mohammed V, Lahcen Lyoussi fut naturellement appelé à servir. Il se vit confier la charge de ministre de l'Intérieur, puis ministre de la couronne dans le premier gouvernement du Maroc indépendant avant de se retirer de la vie politique pour élire domicile à Malaga, en Espagne. Il reviendra dès le début du règne de Hassan II pour mourir parmi les siens en 1970, à l'âge de 67 ans. Ceux qui ont connu Lahcen Lyoussi parlent d'un homme simple, fidèle, sage et engagé. Engagé dans la lutte contre le colonialisme et la défense des valeurs nationales. Le Centre portant son nom, créé en novembre 1998, s'engage à enrichir le dialogue fécond et tolérant en valorisant la divesité et la richesse du débat national et à renforcer le processus de démocratisation en contribuant à l'éducation d'un citoyen responsable et actif.