Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rachida Dati: “Ce sont mes origines qui font ma force”
Publié dans MarocHebdo le 30 - 04 - 2010

C'est dans le cadre de l'émission “L'Invité”, de la Radio Chaîne Inter, que Rachida Dati, euro-députée et ex-Garde des Sceaux de la République Française a accordé, le 28 avril au matin, cette interview dont nous publions le texte intégral.
Rachida Dati. «La vie m'a appris à ne pas renoncer.»
Vous avez été distinguée d'un Wissam accordé par Sa Majesté Mohammed VI, quel est votre sentiment?
Rachida Dati: C'est un immense honneur pour moi d'avoir été décorée par Sa Majesté Mohammed VI. On accueille cette distinction avec beaucoup d'honneur, beaucoup d'émotion, mais aussi beaucoup de dignité. Le fait qu'il m'ait décorée, c'est un honneur que le Souverain fait, au-delà de ma personne, à toute la communauté marocaine qui a émigré, souvent dans des conditions difficiles, mais, qui, à aucun moment, n'a oublié son pays d'origine. Et, surtout, jamais le pays d'origine n'a fait défaut à cette communauté marocaine. Et surtout Sa Majesté, qui a toujours été d'un immense soutien et bienveillance à l'égard de cette diaspora marocaine.
En vous accordant cette distinction, c'est aussi la femme qui est honorée?
Rachida Dati: Je crois que c'est un tout. On ne peut pas dissocier, on ne peut pas saucissonner Il y a le fait d'être une femme. Il y a aussi le fait d'être d'une condition sociale d'origine extrêmement défavorisée. C'est aussi un honneur et un hommage que le Roi rend à nos parents, à une génération d'émigrés qui ont quitté leur pays en silence, qui ont souffert aussi en silence, qui ont accepté beaucoup de choses.
C'est aussi un encouragement pour toutes les femmes, pour qu'elles investissent tous les champs et notamment, celui de la politique, comme vous?
Rachida Dati: C'est un encouragement. Mais c'est aussi dans la droite ligne de l'ambition et de la vision que Sa Majesté a pour le Maroc. La réforme du code de la famille, les avancées en termes de droits des femmes au Maroc sont exceptionnelles. Et il ne faut pas oublier que Sa Majesté est Commandeur des croyants et qu'avec cela il fait entrer les Marocains dans la modernité et le respect des traditions.
Tout cela se fait de manière difficile, mais pas douloureuse. Quand on regarde le résultat, on a l'impression que c'est évident, mais c'est le fruit d'un immense combat.
Quel rôle peut jouer cette diaspora, ces compétences marocaines à l'étranger pour qu'ils puissent être des passerelles entre les pays d'accueil, mais également leur pays d'origine?
Rachida Dati: Je pense toujours au rayonnement. Ce qui fait la force d'une émigration comme la nôtre, ce qui fait la force de deux pays comme la France et le Maroc, c'est de ne jamais se renier. Moi, je n'ai jamais renié mes origines, je n'ai jamais renié ma famille, je n'ai jamais renié les traditions dans lesquelles j'ai été élevée, je n'ai jamais renié mon environnement, et c'est ce qui fait la force de mon parcours et c'est ce qui fait que je ne me sens jamais déstabilisée. Ce sont mes origines qui font ma force. Vous savez, je vais régulièrement au Maroc. Je retourne auprès de ma famille, et ceci est aussi une force qui est indispensable à notre évolution. Puis, je vous rappelle aussi que le Maroc a accueilli d'une manière définitive ma maman, qui n'était pas marocaine, puisqu'elle est enterrée à Casablanca.
Justement quand vous revenez au Maroc, quel regard portez-vous sur tous ces chantiers ouverts aujourd'hui et sur ce Maroc qui bouge?
Rachida Dati: Pendant très longtemps, j'ai eu un regard de Marocaine, un regard de fille de Marocains, un regard de Française, et puis, aujourd'hui, un regard de responsable politique, très engagée. Et en étant député européen, c'est un regard encore plus large que j'ai sur l'évolution de cette région du monde et surtout du Maroc. Je trouve que ça va très vite, que le Maroc est très volontaire. D'ailleurs, on le voit, même en période de crise, les Marocains ont été relativement bien protégés des effets de la crise, même si tout n'est pas simple et tout n'est pas réglé. Mais on ne règle pas tout comme ça en une nuit ou en quelques jours. Ce sont des efforts qu'il faut soutenir et continuer d'avoir.
On va parler un peu de votre nouvelle carrière. Ce passage à la députation européenne, a-t-il élargi le champ de la pratique politicienne?
Rachida Dati: Ça élargit d'abord votre champ de vision. Vous n'avez plus que le seul regard d'une politique intérieure ou d'une politique nationale. Puis aujourd'hui, la France, ce sont 62 ou 63 millions d'habitants. Vous savez, c'est un grand pays, mais c'est un petit pays sur la scène internationale face à de grands ensemble comme la Chine, l'Inde, le Brésil, le Pakistan ou les Etats Unis, la France est très petite. Elle ne peut peser que dans le cadre de l'Union européenne. L'UE, ce sont 500 millions d'habitants, c'est quasiment autant que les Etats Unis. Pour exister, pour compter, pour être prise en compte, l'Europe a plutôt intérêt à être solidaire et unie face à ces autres équilibres du monde, ces autres géants du monde.
L'Union pour la Méditerranée peine à trouver ses marques. Pourquoi, d'après vous?
Rachida Dati: C'est vrai. Et je vais vous dire le fond de mon sentiment. Je crois qu'on a un petit peu dilué la gouvernance de cette Union pour la Méditerranée. Ceci dit, je ne désespère pas de voir les pays des rives de la Méditerranée prendre leur destin en main de manière aussi unie que l'Europe l'a fait au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Vous savez, personne ne pariait sur l'Union européenne au lendemain de la guerre. C'était un continent qui s'était entredéchiré, qui a vécu des guerres meurtrières, des atrocités barbares comme la nature humaine n'en a jamais connues. Et le premier apport de la construction européenne a été la paix, ensuite la prospérité économique, puis on a eu l'Europe avec des droits et aujourd'hui, on a une Europe politique. Donc, c'est une intégration qui s'est faite avec le temps, avec des femmes et des hommes courageux et responsables. Pour ma part, j'ai une grande confiance en sa Majesté le Roi pour mener de grands projets au sein de l'Union pour la Méditerranée.
Un mot sur la non-construction du Maghreb. Est-ce qu'elle ne freine pas le développement de la région et les rapports Nord-Sud?
Rachida Dati: Je suis très bien placée pour parler de cela. Maman est Algérienne et mon père est Marocain. Rien ne ressemble plus à un Algérien qu'un Marocain et à un Marocain qu'un Algérien… Ce sont des histoires communes, ce civilisations communes et des traditions communes. L'avenir démontrera que, malgré tout, ces deux pays ne peuvent pas vivre séparément. C'est impossible. Je pense que le Maroc et l'Algérie seront les moteurs majeurs de cette Union pour la Méditerranée.
On parle beaucoup de quota en politique. Est-ce un bon moyen de permettre aux femmes d'exercer leurs devoirs aux côtés des hommes?
Rachida Dati: En 1999 en France, il a fallu voter une loi sur la parité en politique. Il est vrai que certains étaient très réticents. Je me souviens d'une conversation avec Simone Veil sur le sujet. Elle était au départ assez réticente, puis finalement, elle a considéré que c'était une bonne idée en disant que, de toutes les façons, il faut faire avancer ce sujet de la parité. Et cette loi sur la parité politique en France a permis de faire émerger un certaine génération de femmes politiques. Pour autant, tout n'est pas réglé. En France, l'égalité homme-femme, on n'y est pas encore. Avant de donner des leçons aux autres, on devrait aussi améliorer la condition de la femme en France et en Europe d'ailleurs.
Quand on est une femme politique, est-ce qu'on a du temps pour une vie privée?
Rachida Dati: (Rires) C'est là toute la question. C'est vrai que la vie politique occupe tous les champs de votre vie tout court. Tout est politique. Quand vous lisez la presse, vous regardez la télévision ou vous ouvrez un livre, vous avez toujours un regard politique. Finalement, la politique pénètre toute votre sphère. Il faut avoir un peu de résistance, un peu d'équilibre pour se préserver une petite sphère intime.Je dois vous dire que, depuis l'arrivée de ma fille, je m'y contrains un peu plus. Et maintenant qu'elle grandit, ma vie a beaucoup changé. Par exemple, j'ai de plus en plus envie de la voir. J'étais à Madrid hier et à Bruxelles ce matin, je suis juste rentrée à Paris pour la voir quelques heures avant de repartir à Londres.
Quel est votre regard sur le débat actuel en France sur la burqa?
Rachida Dati: Je ne suis pas théologien, mais vivre dans une société avec des personnes totalement camouflées n'est pas le meilleur moyen d'avoir un destin commun. Je trouve que la première valeur d'une société pour vivre ensemble, c'est la confiance. Et pour avoir confiance, il faut pouvoir se regarder et se voir. Mais je dis attention à ne pas stigmatiser la communauté musulmane, et plus largement les Maghrébins. Il faut donc rester vigilants pour ne pas rejeter une partie de nos compatriotes qui vivent avec les principes, les valeurs et les lois républicains.
La politique vous a changée?
Rachida Dati: Ça change la vie de quelqu'un. C'est sûr qu'on acquiert d'autres types de réflexes, d'autres comportements. On a peut-être une plus forte capacité d'indignation. On est en alerte en permanence. On est aussi en capteur ouvert avec la société. C'est vrai que ce n'est pas très agréable pour les gens qui partagent votre vie, mais c'est aussi un engagement et un choix que j'ai fait.
Un mot pour les femmes…
Rachida Dati: Je leur dis qu'il faut rester vigilantes. Il ne faut pas renoncer. Moi, la vie m'a appris à ne pas renoncer. J'ai appris aussi de la vie, et de la vie politique en particulier, de ne pas me laisser déstabiliser. Vous savez, j'ai foi en la vie et dans le travail. Je crois qu'à chaque fois, c'est la vérité, la sincérité et l'authenticité qui triomphent. Je dis à toutes ces femmes qui souffrent, qui sont parfois fatiguées et qui veulent renoncer, il ne faut pas le faire. Il y a des moments difficiles à passer. Il faut alors prendre sur soi, être patientes.
Vous êtes passée par des moments difficiles ces derniers mois…
Rachida Dati: C'était une opération de déstabilisation. Il y a eu une volonté de me nuire gravement. Et c'est ce que j'ai expliqué. Pendant trois ans, on a souvent atteint mon honneur et ma dignité. On a oublié que j'avais une famille et que même si j'acceptais d'être attaquée et supportais, ma famille, elle, n'a rien demandé et mon père en particulier.
Tout cela est assez injuste et inacceptable, et c'est pour cela que je dis haut et fort, il faut que tout cela cesse. Je dis toujours que ce qui ne tue pas rend fort, mais tout cela laisse des traces