Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Israël-Emirats. Le grand coup de Donald Trump    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 13 août 18H    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Béni Mellal : les autorités durcissent les mesures de contrôle    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avortement clandestin : La fin de l'hypocrisie ?
Publié dans MarocHebdo le 04 - 06 - 2010

L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC), a organisé les 28 et 29 mai 2010, son premier Congrès marocain. L'occasion de faire le point sur un tabou marocain.
C'est une première. Des experts médicaux, des religieux, des juristes des hommes politiques ont pris part au premier congrès marocain sur les avortements clandestins. Une étape de franchi face au grand silence qui entoure le sujet depuis des années, malgré plusieurs appels de la société civile à légaliser l'avortement pour sauver des vies et mettre un frein à plusieurs pratiques médicales criminelle. Les 28 et 29 mai 2010, ils étaient entre 400 et 500 personnes, particulièrement des juristes, des politiques, des médecins, des sociologues, des psychologues, des oulémas ou encore des représentants des associations féminines, de la jeunesse ou de la société civile, qui ont débattu sur l'urgence de trouver un terrain juridique adéquat pour lutter contre le business de l'avortement clandestin avec toute sa panoplie de risques.
800 avortements par jour
Au Maroc, on vit comme si l'avortement était une réalité étrangère à la société marocaine. Le ministère de tutelle et le gouvernement font la sourde oreille depuis des années devant un fléau qui a coûté la vie à de nombreuses femmes dans notre pays. Pourtant, selon les estimations de l'AMLAC, (Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin, confirmées par une étude de l'Association marocaine de planification familiale, entre 600 et 800 avortements clandestins ont lieu tous les jours, avec ou sans assistance médicale. Sur ce total, pas moins de 200 ont lieu hors circuit médicalisé. Voilà pourquoi le professeur Chafik Chraïbi, président de l'AMLAC, prône la légalisation de l'avortement dans des conditions bien précises: viol, inceste, malformations fœtales, filles mineures, femmes âgées de plus de 45 ans, pathologies psychiatriques, mise en danger de la vie de la mère et absence et/ou échec de la contraception. Pour M. Chraïbi, chef de service gynéco-obstétrique de la maternité des orangers au CHU de Rabat, il se pourrait bien que ces estimations soient en deçà de la réalité: «Rien qu'à Rabat, il y a environ 50 avortements par jour. Dans une ville comme Casablanca, où il y a 3 fois plus de monde, de médecins et de problèmes, la logique voudrait qu'il y ait également trois fois plus d'avortements. Et pour certaines villes très touristiques comme Agadir, Tanger ou Marrakech, il faut en compter beaucoup plus».
Code pénal
Du côté de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les statistiques sur l'avortement sont rares. Le seul rapport existant est daté de 2003 et concerne toute l'Afrique du Nord. Il révèle qu'un million d'avortements étaient pratiqués dans cette partie du continent. «Chaque pays doit nous envoyer ses chiffres, mais le Maroc ne nous les donne pas et on les attend toujours», précise un responsable de l'OMS.
La proposition de Chafik Chraïbi s'impose aujourd'hui alors que des témoignages font état des risques encourus chaque jour par des centaines de femmes qui ne peuvent pas avorter légalement. A l'heure actuelle, l'avortement n'est possible que dans le cas où la mère serait victime de pathologies maternelles graves.
En attendant la loi
C'est un secret de polichinelle, dans la pratique, l'avortement est toléré au Maroc et certains gynécologues le pratiquent. D'autres médecins en ont même fait une spécialité, très lucrative. Entre de 1.500 dhs à 15 000 dhs, selon la tête du client, c'est un business florissant. Pour un congrétiste présent lors de ce débat national, «plusieurs cabinets ne marchent que grâce aux avortements. D'ailleurs, les adresses circulent de bouche à oreille, comme les témoignages que nous avons recueillis nous l'ont confirmé».
Il faut savoir que plus de 50% des interruptions volontaires de grossesse concernent des femmes mariées. Elles sont le plus souvent pratiquées par des femmes issues des milieux défavorisés comme l'indiquent les chiffres de l'AMLAC. Mais, à côté de ce type d'avortement, il y a tous les autres, concernant des mineurs, des prostituées, des femmes célibataires, qui ont peur de garder leurs enfants. Dans ce cas de figure, quand une fille ne peut pas avorter, elle enfante un bébé sous X, souvent jamais reconnu par le père, ce qui engendre d'autres problèmes sociaux, plus graves qu'une interruption volontaire de grossesse.
Aujourd'hui, face à un fléau aussi répandu dans le tissu social marocain, avec de nombreuses conséquences, Les responsables de l'AMLAC, la société civile demande que la loi autorise l'interruption volontaire de grossesse dans certains cas comme le viol, l'inceste, les malformations foetales et les pathologies psychiatriques. D'ici là, il y aura encore des avortements clandestins, des vies en danger, des morts, comme cela s'est souvent produit, en attendant une loi qui mette fin à l'absurde