TGV. Khlie lève le voile sur la grille tarifaire    PLF 2019 : La chambre des représentants adopte le projet de loi    Al Boraq atteint 357km/h et entre dans le Top 10 mondial de la vitesse    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Lo Celso restera sûrement à Betis    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Esbroufe    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avortement clandestin : La fin de l'hypocrisie ?
Publié dans MarocHebdo le 04 - 06 - 2010

L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC), a organisé les 28 et 29 mai 2010, son premier Congrès marocain. L'occasion de faire le point sur un tabou marocain.
C'est une première. Des experts médicaux, des religieux, des juristes des hommes politiques ont pris part au premier congrès marocain sur les avortements clandestins. Une étape de franchi face au grand silence qui entoure le sujet depuis des années, malgré plusieurs appels de la société civile à légaliser l'avortement pour sauver des vies et mettre un frein à plusieurs pratiques médicales criminelle. Les 28 et 29 mai 2010, ils étaient entre 400 et 500 personnes, particulièrement des juristes, des politiques, des médecins, des sociologues, des psychologues, des oulémas ou encore des représentants des associations féminines, de la jeunesse ou de la société civile, qui ont débattu sur l'urgence de trouver un terrain juridique adéquat pour lutter contre le business de l'avortement clandestin avec toute sa panoplie de risques.
800 avortements par jour
Au Maroc, on vit comme si l'avortement était une réalité étrangère à la société marocaine. Le ministère de tutelle et le gouvernement font la sourde oreille depuis des années devant un fléau qui a coûté la vie à de nombreuses femmes dans notre pays. Pourtant, selon les estimations de l'AMLAC, (Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin, confirmées par une étude de l'Association marocaine de planification familiale, entre 600 et 800 avortements clandestins ont lieu tous les jours, avec ou sans assistance médicale. Sur ce total, pas moins de 200 ont lieu hors circuit médicalisé. Voilà pourquoi le professeur Chafik Chraïbi, président de l'AMLAC, prône la légalisation de l'avortement dans des conditions bien précises: viol, inceste, malformations fœtales, filles mineures, femmes âgées de plus de 45 ans, pathologies psychiatriques, mise en danger de la vie de la mère et absence et/ou échec de la contraception. Pour M. Chraïbi, chef de service gynéco-obstétrique de la maternité des orangers au CHU de Rabat, il se pourrait bien que ces estimations soient en deçà de la réalité: «Rien qu'à Rabat, il y a environ 50 avortements par jour. Dans une ville comme Casablanca, où il y a 3 fois plus de monde, de médecins et de problèmes, la logique voudrait qu'il y ait également trois fois plus d'avortements. Et pour certaines villes très touristiques comme Agadir, Tanger ou Marrakech, il faut en compter beaucoup plus».
Code pénal
Du côté de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les statistiques sur l'avortement sont rares. Le seul rapport existant est daté de 2003 et concerne toute l'Afrique du Nord. Il révèle qu'un million d'avortements étaient pratiqués dans cette partie du continent. «Chaque pays doit nous envoyer ses chiffres, mais le Maroc ne nous les donne pas et on les attend toujours», précise un responsable de l'OMS.
La proposition de Chafik Chraïbi s'impose aujourd'hui alors que des témoignages font état des risques encourus chaque jour par des centaines de femmes qui ne peuvent pas avorter légalement. A l'heure actuelle, l'avortement n'est possible que dans le cas où la mère serait victime de pathologies maternelles graves.
En attendant la loi
C'est un secret de polichinelle, dans la pratique, l'avortement est toléré au Maroc et certains gynécologues le pratiquent. D'autres médecins en ont même fait une spécialité, très lucrative. Entre de 1.500 dhs à 15 000 dhs, selon la tête du client, c'est un business florissant. Pour un congrétiste présent lors de ce débat national, «plusieurs cabinets ne marchent que grâce aux avortements. D'ailleurs, les adresses circulent de bouche à oreille, comme les témoignages que nous avons recueillis nous l'ont confirmé».
Il faut savoir que plus de 50% des interruptions volontaires de grossesse concernent des femmes mariées. Elles sont le plus souvent pratiquées par des femmes issues des milieux défavorisés comme l'indiquent les chiffres de l'AMLAC. Mais, à côté de ce type d'avortement, il y a tous les autres, concernant des mineurs, des prostituées, des femmes célibataires, qui ont peur de garder leurs enfants. Dans ce cas de figure, quand une fille ne peut pas avorter, elle enfante un bébé sous X, souvent jamais reconnu par le père, ce qui engendre d'autres problèmes sociaux, plus graves qu'une interruption volontaire de grossesse.
Aujourd'hui, face à un fléau aussi répandu dans le tissu social marocain, avec de nombreuses conséquences, Les responsables de l'AMLAC, la société civile demande que la loi autorise l'interruption volontaire de grossesse dans certains cas comme le viol, l'inceste, les malformations foetales et les pathologies psychiatriques. D'ici là, il y aura encore des avortements clandestins, des vies en danger, des morts, comme cela s'est souvent produit, en attendant une loi qui mette fin à l'absurde