Le temps qu'il fera ce samedi 22 janvier 2022    Aéroport de Nador : Hausse de plus de 109% du trafic passagers en 2021    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Émirats arabes unis    La valeur des crypto-monnaies dégringole à Wall Street    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    A Washington, les opposants à l'avortement marchent le sourire aux lèvres    Sahara : Staffan de Mistura conclut sa tournée par une rencontre avec José Manuel Albares    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    Le Japon approuve le vaccin Pfizer pour les enfants âgés de 5 à 11 ans    NBA: LeBron James à la tête des votes pour le "All-Star Game"    Fédération Royale Marocaine de Basketball : ''Signature d'un accord de coopération avec l'Association Israélienne de Basketball ''    CAN2021-Médias : Hakimi et Saïss dans l'équipe type du site ''foot365''    CAN-2021 : l'exorciste censé conjurer «le mauvais sort» des Fennecs serait un membre des services secrets    CAN 2021. Lions de l'Atlas: Ryan Mmaee de retour à l'entraînement ! (PHOTO)    Ecologie, Le Lac de Dar Bouazza en danger    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Décès de Noureddine EL OFIR. Un grand passionné du métier de Conseil s'en est allé    Laâyoune et Dakhla bientôt dotées de tribunaux administratifs et de commerce    Covid-19 : 8.338 nouveaux cas et 35 décès ce 21 Janvier    HCP : augmentation du taux d'inflation de 1,7% en 2021    Le Cercle d'Amitié Maroc-Israël s'invite à Casablanca    Mission française : le lycée Lyautey reprend les cours en présentiel    Coupe du Monde : le Maroc connaîtra son adversaire ce week-end    Attaques meurtrières de l'EI en Syrie et en Irak    Pass vaccinal, Ouverture des frontières, Hausse des prix, CAN…Akhannouch s'explique    USFP: Abdelhamid Jmahri met les choses au point (VIDEO)    Espagne : L'hôpital de Logroño confirme que Brahim Ghali a été admis sous une fausse identité    Injures sexistes : Abdeslam Ouaddou, multirécidiviste, défend «son cher frère» Hafid Derradji    The Voice of Holland : Le coach néerlando-marocain Ali B accusé de viol    Mali : le Maroc fait confiance au gouvernement malien confronté à des sanctions de la CEDEAO    Tourisme. Fatima-Zahra Ammor défend son plan d'urgence    Blouses blanches : 80% ont répondu à l'appel de grève    Staffan de Mistura et sa première tournée régionale: ce qu'il faut retenir    Algérie: Suspension des activités d'un parti d'opposition et fermeture de son siège    France/Covid: près de 19.000 classes fermées, un record depuis le début de la pandémie    Ascoli : Abdelhamid Sabiri sur le départ    France : levée progressive des restrictions Covid-19 à partir de la mi-février    Le marché monétaire sous la loupe de BKGR    Malgré le ralentissement du trafic en 2021 : Les ports de Nador, Mohammedia, Safi et Laâyoune affichent de belles performances    France: le gouvernement annonce la levée progressive des restrictions anti-covid    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère baisse    Affaire de cryptomonnaie à Casablanca : saisie de plus de 10 MDH supplémentaires    Crise ukrainienne: Moscou réclame le retrait des troupes étrangères de l'Otan de Roumanie et Bulgarie    Le rockeur vedette américain Meat Loaf est décédé à 74 ans    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»
Publié dans Yabiladi le 30 - 11 - 2021

Basée sur deux approches, l'étude diagnostique sur le mariage des mineurs au Maroc, dévoilée lundi par le ministère public, s'intéresse notamment aux facteurs socio-économiques et culturels, révélant qu'un pourcentage important de ces filles mineures, soumises à des violences, finissent par divorcer ou être expulsées du domicile conjugal.
La présidence du ministère public a dévoilé, lundi à Marrakech, son étude diagnostique sur le mariage des mineurs au Maroc. Elle «constitue une base très importante visant à diagnostiquer la réalité de la pratique judiciaire du mariage des mineurs, interrogeant les données de terrain contrôlant ce phénomène», indique le préambule de l'étude.
Celle-ci est basée sur deux approches et composée d'un volet issu des dossiers d'autorisation de mariage de mineurs dans des tribunaux sélectionnés selon des indicateurs précis, ainsi qu'une étude terrain analysant et retraçant les conditions de ces mariages. Cette dernière a été réalisée dans la région d'Azilal, pour plusieurs considérations liées à la spécificité de sa structure géographique et démographique.
Dans l'étude judiciaire, plusieurs indicateurs ont été retenus, principalement liés à l'aspect formel dans la gestion de la demande d'autorisation de mariage d'un mineur, en plus d'indicateur lié à la demande de preuve de l'état matrimonial. Elle révèle ainsi que 57% des décisions autorisant le mariage de mineurs sont rendus en un jour, contre 36% des décisions qui prennent une semaine et seulement 7% nécessitant plus que 7 jours.
L'étude judiciaire reconnait ainsi que ce pourcentage élevé de demandes d'autorisation approuvées en un jour «ne permet pas d'activer l'enquête sociale par le biais de l'aide sociale, que ce soit au tribunal, ou en se rendant au domicile de la mineure pour rassembler les éléments nécessaires liées à ses conditions sociales et économiques et à son environnement familial». Des éléments qui restent nécessaire pour «le juge aux affaires familiales chargé du mariage pour approuver ou rejeter la demande», explique-t-on. De plus, ce volet pointe «le pourcentage élevé d'autorisations qui reposent uniquement sur l'enquête sociale, sans recours à l'expertise médicale».
Conditions sociales difficiles et instabilité familiale
Quant aux résultats de l'étude sur le terrain, les données statistiques montrent clairement que le phénomène des mariages des mineurs «n'est pas une affaire purement judiciaire». «Il s'agit plutôt d'une affaire de société, dont les causes sont multiples, qui se répartissent entre le social, l'économique, le culturel et le religieux, et ses conséquences sont complexes, affectant tous les segments de la société», poursuit l'étude.
Celle-ci révèle que l'âge du mariage qui prévaut chez les mineurs victimes de mariages précoces, est compris entre 16,5 ans et 17,5 ans, grâce «principalement aux grands efforts consentis par les principaux acteurs». Toutefois, contrairement aux femmes mineures, «la plupart des maris sont âgés entre 20 et 35 ans, alors que ce pourcentage diminue significativement avant l'âge de vingt ans, et commence également à baisser après l'âge de 35 ans». Dans ce sens, «la différence d'âge prédominante entre les mineures et de leurs maris se situe entre 5 et 15 ans, suivie de la différence d'âge entre 15 et 20 ans».
Il a été constaté par l'étude que la plupart des mineures mariées grandissent dans des conditions sociales difficiles. De plus, «un pourcentage important de filles qui s'apprêtent à se marier tôt, souffrent d'instabilité familiale», soit à cause du décès de l'un des parents, de leur divorce ou soit de l'abandon de l'un d'entre eux du foyer familial. «La plupart des familles de mineures n'ont pas l'idée du contrôle des naissances, elles connaissent donc une forte augmentation du nombre de leurs membres, et parmi celles-ci le pourcentage de femmes est plus élevé par rapport aux hommes», explique-t-on encore.
Pauvreté, déperdition scolaire et violences
Enfin, «ces mineures restent issus de familles traditionnelles qui maintiennent une répartition stéréotypée des rôles à l'intérieur du foyer, la plupart étant dirigés par le père ou un autre membre masculin de la famille, tandis que le rôle des femmes, qui ne jouissent d'aucune indépendance financière, et ne disposent d'aucun revenu stable, restent de s'occuper de la maison».
A cet égard, les facteurs économiques restent aussi importants pour cerner ce phénomène, l'étude reconnaissant que «la majorité des mineures et leurs familles sont pour la plupart issus de la classe fragile et pauvre». «37,11% des cas d'acceptation de mariages précoces étaient principalement motivés par la pauvreté», fait-elle savoir, regrettant que «le mariage devient, dans certains cas, un outil de financement pour la famille». L'éducation et la déperdition scolaire sont également pointées du doigt par l'étude, qui met aussi en exergue «la mauvaise interprétation de la religion et l'interprétation erronée de certains de ses textes.
«Tous ces facteurs se conjuguent pour faire des mineures mariées une composante majeure du dilemme, en raison de leur désir pour ce mariage, qui les amène à prendre la décision de se marier à un taux de 84,94%», estiment ses rédacteurs. Pour ces deniers, «les filles mineures elles-mêmes deviennent des produits de ce phénomène à travers le soutien d'un groupe d'entre elles à l'idée de marier leurs filles alors qu'elles sont mineures, et leur rejet de l'idée d'empêcher le mariage précoce».
L'étude du terrain, qui a interrogé des filles mineures, alerte aussi sur les différents types de violences dont souffre cette catégorie de Marocaines. En effet, «22,3% des mineures ont été soumises aux violences de type traditionnel : violences psychologiques, physiques, sexuelles et économiques, alors que 10,48% des mineures ont été expulsées du domicile conjugal». «Un pourcentage important de mineures victimes de mariages précoces finissent par divorcer ou être expulsées du domicile conjugal», regrette-t-elle encore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.