Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour interdire le mariage des mineures : La coalition «printemps de la dignité» appelle à la révision de dispositions du Code de la famille
Publié dans L'opinion le 27 - 06 - 2014

La coalition «Printemps de la dignité», qui regroupe des associations féminines et de défense des droits de l'Homme, a appelé à la révision de certaines dispositions du code de la famille dans le but d'interdire le mariage des enfants, notamment les filles mineures.
Dans un mémorandum présenté mercredi lors d'une conférence de presse, la coalition a appelé à abroger les 2ème, 3ème et 4ème alinéas de l'article 16 du code de la famille ainsi que les articles 20, 21 et 22 de ce texte, et à criminaliser tout contournement de la loi pour épouser ou marier des filles mineures.
La Moudawana, dans son article 16, stipule que «lorsque des raisons impérieuses ont empêché l'établissement du document de l'acte de mariage en temps opportun, le tribunal admet, lors d'une action en reconnaissance de mariage, tous les moyens de preuve ainsi que le recours à l'expertise».
L'article 20 du même texte habilite le juge de la famille chargé du mariage à «autoriser le mariage du garçon et de la fille avant l'âge de la capacité matrimoniale (...) par décision motivée précisant l'intérêt et les motifs justifiant ce mariage», tandis que l'article 21 stipule que «le mariage du mineur est subordonné à l'approbation de son représentant légal».
Par ailleurs, et selon l'article 22 de la Moudawana, «les conjoints, mariés conformément aux dispositions de l'article 20, acquièrent la capacité civile pour ester en justice pour tout ce qui concerne les droits et obligations nés des effets résultant du mariage».
Pour Khadija Rekkani, membre de la coalition, qui présentait le contenu du mémorandum, le but de la révision juridique proposée par les associations féminines formant cette coalition est de contrecarrer les violations de la loi dans ce domaine et de protéger les filles contre les mariages précoces.
Citant des statistiques du ministère de la Justice et des libertés, Mme Rekkani a indiqué que le nombre des actes de mariage conclus avant l'âge de capacité matrimoniale est passé de 18.341 en 2004 à 35.152 en 2013.
Les demandes d'autorisation de mariage de filles avant l'âge légal ont atteint 43.508 en 2013, tandis que les demandes concernant le mariage de garçons mineurs n'ont pas dépassé les 92.
Ces chiffres confirment que le phénomène du mariage avant l'âge légal concerne davantage les filles, a-t-elle soutenu, jugeant que la mauvaise application du code de la famille a favorisé la discrimination fondée sur le sexe.
Dans son mémorandum, la coalition a attribué la hausse des cas de mariage de mineures à plusieurs facteurs, dont les pratiques sociales qui font des us et coutumes leur loi, les pratiques judiciaires défectueuses, le non respect des procédures, et le recours à des estimations personnelles et aux préjugés puisant dans la culture de la discrimination fondée sur le sexe, de la part de ceux qui veillent à l'application de la loi.
L'application malsaine des dispositions du code de la famille ne concrétise pas les grands objectifs et la nouvelle philosophie de ce texte de loi, note le mémorandum, selon lequel la transgression de la loi par la société est le principal facteur favorisant la hausse du pourcentage de mariage des fillettes, particulièrement dans les régions enclavées et marginalisées où il est de coutume de se marier par la «Fatiha».
Créée le 14 février 2010, la coalition «Printemps de la dignité» milite pour l'adoption d'une législation pénale qui protège les femmes de la violence et de la discrimination, et pour le rétablissement des droits des femmes dans leur globalité et dans leur universalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.