Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



5 figures contemporaines du féminisme marocain
Publié dans Yabiladi le 21 - 01 - 2022

Avec la libération de la parole depuis plusieurs années, notamment sur les réseaux sociaux, une multitude d'initiatives féministes, portées par des comptes féministes, des livres, contribuent à faire bouger les lignes.
C'est dans un espace de modernité que travaillent des figures féministes marocaines de différentes générations. Qu'elles soient issues du militantisme, de l'activisme, des arts, à l'initiative de mouvement, leurs combats convergent, pour la diversité, l'égalité, la mixité et les libertés individuelles.
Sarah Benmoussa est une activiste et féministe marocaine. Elle est co-fondatrice du mouvement #7achak, fondé en 2019 et ayant pour but de lutter contre la précarité menstruelle. Le compte Instagram se veut briseur de tabou autour de la femme marocaine comptabilise plus de 50 000 abonnés. La jeune femme publie quotidiennement des actualités concernant les libertés individuelles, l'égalité et le féminisme. Contraception, endométriose, culotte menstruelle, #7achak propose aussi des informations au sujet du corps féminin, aujourd'hui extrêmement tabou.
Lamya Ben Malek est également une féministe activiste. La jeune femme est la première Marocaine championne de France de débat en 2018. La jeune femme publie régulièrement sur son compte Instagram des sondages et propose des débats sur la société marocaine. Elle est aussi l'une des fondatrices du mouvement Aji Souwet, mouvement citoyen, civique et apolitique né en novembre 2020 pour réconcilier la jeunesse marocaine avec la politique, et autour duquel elle livre des explications. Des informations concernant les libertés individuelles, retours sur des faits historiques ayant marqué le Maroc, Lamya Ben Malek lance aussi des appels à témoins dans le but de sensibiliser…
Zainab Fasiki est ingénieure d'Etat en mécanique et passionnée de bande dessinée depuis son plus jeune âge. Cette jeune femme dénonce la culture du viol, le harcèlement et s'est fait connaître par un dessin qu'elle réalise à la suite d'une agression qu'elle subit à Casablanca. Zaineb Fasiki, artiste, crie haut et fort son engagement pour les femmes et crée le collectif Women Power pour soutenir les femmes artistes marocaines. Son essai dessiné «Hshouma» a été publié en 2019, avec le but de libérer la parole des femmes dans l'espace public, de briser le tabou du corps de la femme.
Chaima Lahsini est journaliste et activiste. La BBC l'avait inclut à la liste des 100 femmes inspirantes et novatrices qui ont marqué l'année en 2017. Elle fait partie du comité du collectif féministe Al-Fam, qui réunit des militantes féministes qui se battent pour l'égalité des genres et les droits des femmes. Pour la jeune femme, le combat se joue tous les jours, dans l'espace public, dans les transports en commun, sur les lieux de travail. Elle alerte sur l'importance d'un changement des mentalités, pour dénormaliser les agressions et les discriminations envers les femmes et déconstruire les sociétés patriarcales.
Soumaya Naamane Guessous est sociologue et militante féministe. Elle est connue pour son livre portant sur la sexualité des femmes marocaines intitulé Au-delà de toute pudeur: la sexualité féminine au Maroc publié en 1988. Son livre expose sa vision de l'évolution des relations entre les hommes et les femmes, qu'elle a observée, de très près durant ces deux dernières décennies. Des textes engagés, dominés tantôt par l'humour, tantôt par la dérision, pour attirer l'attention et dénoncer des comportements et des paradigmes dénotant de multiples paradoxes, incontournables dans une société qui a subi des évolutions trop rapides.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.