Énergie électrique: la production progresse à fin avril    Melilla : Les décès parmi les migrants atteignent 18, aucun mort au sein de la police (autorités)    Météo Maroc: temps assez chaud ce samedi 25 juin    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    Voici les déchets les plus fréquents sur les plages du Maroc    USA: la Cour suprême révoque l'arrêt sur l'avortement    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    «Première symphonie», la première exposition au Maroc de l'artiste peintre Chaimaa Mellouki    Festival des arts populaires : Participation de près de 600 artistes et 34 troupes folkloriques    Cinq migrants clandestins trouvent la mort dans une tentative d'assaut contre Mellilia    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    Coupe arabe de futsal : Le Maroc prend le dessus sur la Libye et se qualifie en demi-finale    Football : Match nul entre l'équipe nationale féminine et son homologue ivoirienne    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Maroc : Pour Aïd Al Adha, l'ONSSA renforce les contrôles des aliments pour animaux    Covid-19/Maroc : 33 nouveaux cas admis en REA en 24H    Abdellatif Hammouchi reçoit les membres de la Sûreté nationale se rendant à la Mecque    Féminicide : Après Nayira en Egypte, Wafaa en Jordanie    ONCF: un plan Eté 2022 avec une offre renforcée et des avantages tarifaires    Africa Motors -Groupe Auto Hall- lance officiellement la nouvelle marque automobile CHERY    Maroc – Algérie : RSF condamne l'expulsion de 9 journalistes venus pour les Jeux méditerranées    Mike Pence soutient l'opposition iranienne    Appel en Espagne à la mobilisation pour accompagner le retour des expatriés marocains    Insécurité alimentaire et guerre en Ukraine: lettre ouverte des ambassadeurs accrédités au Maroc    Tanger Med: Mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 85.000 euros    Maroc PME a soutenu 2531 projets en 2021    Espagne: 7 Algériens arrêtés pour transport de migrants clandestins    Construction : Israël s'apprête à recevoir 15.000 travailleurs marocains    « Awrach »: plus de 30.000 bénéficiaires ont reçu leurs salaires    Jeux Méditerranéens : Après une séquestration qui a duré 30 heures, les journalistes marocains de retour    Le FMI se dit prêt à lancer des négociations avec la Tunisie    Billets d'avion: les étudiants marocains en Russie déplorent la cherté des prix    Qui est Zyad Bendourou, le Marocain qui s'apprête à gravir 10 sommets en 6 jours ?    Hausse des prix des manuels scolaires : le gouvernement a tranché    Frontières maritimes: Madrid se prépare aux négociations avec le Maroc    Mondial 2022 : La FIFA autorise 26 joueurs par équipe    BM-Maroc: Prêt de 250 millions $ en soutien au projet de développement économique de la région Nord-Est    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes : bilan de l'ONU    Variole du singe : première réunion à Genève du comité d'urgence de l'OMS    Le comité d'audit de la CAF tient ses assises sous la houlette de Tariq Sijilmassi    Marché monétaire : allègement du déficit de liquidité bancaire (BKGR)    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Prix national du théâtre La valeur financière portée au double    Réhabilitation du Centre international du commerce extérieur de Dakar : Aziza Chaouni élabore le projet    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un jour, une œuvre : «Hshouma», le livre par qui le scandale est arrivé
Publié dans Finances news le 24 - 08 - 2020

Confusion des genres, moisson de clichés, gags éculés, tels sont les ingrédients qui composent «Hshouma : Corps et sexualité au Maroc», de Zainab Fasiki, cette fervente du Dogme, décidément imprévisible. L'opus fait toujours un tabac. Consternant !

Quand elle eut terminé son guide, Zainab Fasiki, plutôt que de se sentir délivrée, ne dissimulait pas l'angoisse qui l'étreignait quant au sort qui serait dévolu à son enfant. Les faits donnèrent cruellement raison à la démiurgie. A l'étranger où il fut tourné, «Hshouma : Corps et sexualité au Maroc» fit un perceptible tour dans les librairies et ne s'en fut point la queue basse.
Mais on a du mal à imaginer que le livre puisse ne pas être tourné sur la terre qui l'a vu éclore. C'est pourtant ce qui advient. Si l'on en juge par les impressions, commentaires et appréciations claironnées après sa parution. On comprend que des esprits étriqués soient incapables de s'enflammer pour un guide «dessiné simple qui explique les identités de genre, les orientations sexuelles et les corps, qui sont des tabous au Maroc et nous ne pouvons les apprendre ni à l'école ni en famille», lit-on dans la présentation.
Zainab Fasiki savait qu'elle allait attirer les foudres des gardiens de la morale et de leurs sbires. Bien lui en prit. Dès la parution, ce ne furent que sifflets, huées et conspuassions. Les illustrations crues et les mots de mauvaise vie indisposèrent maint lecteurs. Les commentaires fusaient de toutes parts. Certains l'approuvèrent. D'autres se montrèrent plus nuancés.
«Le mot Hshouma signifie tabou en dialecte marocain, il est aussi utilisé pour dire : Tais-toi ! pour arrêter la conversation. Au Maroc, la nudité dans l'art est encore Hshouma, tout comme de nombreuses libertés individuelles, et c'est pourquoi j'ai créé ce livre».
Mais sur cette triste réalité qui, dévoilée, ne risquerait jamais d'écorner le mythe savamment entretenu du corps, on préfère jeter un voile hypocrite.
Perplexe, quand on a visité cette œuvre sans œillères. Pourtant, nombre de lecteurs y trouvent leur bonheur, à l'exemple du politicien marocain, Omar Balafrej, qui recommande le livre à son public. Cela sent à mille lieues le mélo tire-larmes. Et c'en est un, du moins il est voulu comme tel. Nous n'avons aucune prévention contre ce genre. Dans la mesure où il a donné lieu à une série de critiques.
D'autant que le livre cultive maladroitement la confusion des genres et fait l'effet d'une ratatouille peu digeste : un zeste de drame, une pincée de clichés, une overdose de tabous. Une femme qui apparait pour signifier qu'elle en est là. Elle a aussi une portée symbolique; notre société est malade, son cœur est fatigué. Cette femme-là ne se révèle ni philosophe ni moraliste. Mais elle peut réduire sa vision à une image et donner une illustration qui tend vers un souhait : que le cœur reparte, que tout change au profit de la vie, qu'on aille vers une société où l'on peut posément parler du corps, sexe… Soit. «Il est un appel à la tolérance aux Marocains pour mettre fin à l'extrémisme et à la violence basée sur les genres, les orientations et les croyances.» C'est ce goût-là que Hschouma cherche à flatter. Il y est parvenu, au vu des critiques (pardonnez le pléonasme).
Las des hurluberlus qui font subir à Zainab des extravagances dans la mesure qu'elle ne sait pas suffisamment sur ce rayon. Fasiki n'est ni mégalomane, ni infatuée de sa personne, ni capricieuse, ni inconstante et ni proprement imbuvable. Ils oublient que son talent rachète, en partie, ses innombrables défauts. Elle est cependant un personnage fréquentable, original, inventif et perfectionniste jusqu'à la névrose. De cela témoigne «Hshouma : Corps et sexualité au Maroc», dans lequel s'affiche une émotion débridée.
Ce pur morceau de bravoure n'a pas été accueilli comme il se doit. Le lecteur y perdra. Car, le livre/guide est une belle réussite. Au-delà du propos qui le rythme. Avec Hshouma, le corps a été servi, la sexualité en a été rehaussée. De ce plaisir, le public marocain, lui, en restera frustré. Quel dommage !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.