Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Covid-19 : Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    ONU: la Marocaine Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Botola Pro D1: le Wydad sacré champion du Maroc 2022    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    Egtpte : Zamalek annonce le départ de Bencharki    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Ateliers / Rabat : Modalités de fixation du prix de vente des médicaments    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    L'état d'aménagement du littoral: ce qu'en pensent les Marocains (Sondage)    L'ACAPS tient sa masterclass à Casablanca (VIDEO)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    OTAN: Biden annonce le renforcement des capacités militaires américaines en Europe    L'ONU alerte sur la recrudescence des violations des droits des enfants dans les zones de conflit    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    FORSA, bilan d'étape avec Fatim-Zahra Ammor (VIDEO)    Météo: les prévisions du mercredi 29 juin    Tétouan : un officier de police en garde à vue pour extorsion et corruption    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.294 blessés en périmètre urbain en une semaine    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Gesticulations à Grenoble autour du «burkini», autorisé à Rennes depuis 2018
Publié dans Yabiladi le 18 - 05 - 2022

Avec le retour du sempiternel débat sur le «burkini», ravivé par son autorisation lundi dans les piscines de la ville de Grenoble, la maire de Rennes, Nathalie Appéré a dénoncé l'instrumentalisation de la question. En effet, depuis 2018, la ville de Rennes, dirigée par la maire socialiste, n'interdit pas au nom de la liberté vestimentaire le port du burkini. En pratique, «cela ne pose aucune difficulté», insiste-t-elle.
«C'est l'Etat qui est laïc, pas le citoyen», tient à rappeler Nathalie Appéré, plongeant au secours du maire de Grenoble, Eric Piolle (EE-LV). La laïcité préconise la neutralité des acteurs publics et «n'empêche personne de porter des signes religieux dans l'espace public», souligne aussi Eric Piolle.
Nathalie Appéré a ajouté que la question est d'ailleurs absurde, car dans les piscines, «les seules règles qui prévalent sont l'hygiène et la sécurité», et la laïcité n'y a pas sa place. «Ceux qui ont intérêt à hystériser et instrumentaliser ce débat sont totalement ignorants de la tradition juridique autant que la lettre du droit français», a-t-elle déclaré, alors que Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé l'arrêt des financements de la région à Grenoble, tandis que le préfet de l'Isère a saisi le tribunal administratif pour empêcher cette autorisation du burkini.
«Il y a quelques femmes en burkini qui fréquentent les piscines municipales (de Rennes), comme il y a d'ailleurs quelques triathlètes et des plongeurs sous-marins avec des maillots de bain intégral», a-t-elle insisté par ailleurs, coupant court aux polémiques stériles sur la question.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin s'est, lui aussi, mêlé à la polémique estivale, qualifiant l'autorisation à Grenoble d'«inacceptable provocation communautaire, contraire à nos valeurs». Le maire de Grenoble lui a rapidement répondu en lui demandant de «relire la loi de 1905, plutôt que de la tordre».
Darmanin, le ministre qui a pour bilan la loi séparatisme, qui trouve Marine Le Pen trop molle, s'insurge des rayons halal et casher des magasins, se permet de donner des leçons ?
Relisez la loi de 1905, plutôt que de la tordre. https://t.co/6wILXlA30k
— Eric Piolle (@EricPiolle) May 17, 2022
Il a aussi rappelé au ministre la position du département sous son prédécesseur qui, en 2018, avait souligné devant le Sénat que «le port du "burkini" par des femmes fréquentant un espace public tel qu'une piscine municipale, s'il constitue effectivement une manifestation de leur religion, ne peut faire l'objet d'une interdiction générale et absolue». Seul un trouble à l'ordre public pourrait le justifier, encore faut-il que ses détracteurs puissent le démontrer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.