CAN 2022: les Zambiennes s'imposent in extremis face aux Tunisiennes (VIDEO)    Jeux méditerranéens en Algérie : Le Maroc réalise le pire classement depuis 1959    Le Maroc en tête des listes du patrimoine de l'ICESCO avec 46 sites    Après Marrakech, Ivanka Trump découvre Dakhla (PHOTO)    Championnat arabe de robotique : Les équipes marocaines remportent plusieurs prix    Coronavirus au Maroc: 3.043 nouvelle infections et 2 décès enregistrés ce mercredi    Colloque / Settat : Apologie de l'initiative d'autonomie pour le Sahara marocain    Maroc : Les Bouquinistes en ligne, une nouvelle vision de la littérature ?    Rabat : « Spectres dansants », exposition d'Abdelhadi Mourid    L'Espagne adopte l'accord de Marrakech portant création de l'Alliance solaire internationale    L'école en mode reboot    Covid-19 : 3.043 nouveaux cas et 2 décès ce 6 juillet    USA : des sénateurs réclament une enquête sur TikTok et la sécurité des données    Économie du sport: le CESE préconise une politique publique opérationnelle inscrite dans une loi-cadre    Coupe du Trône : le derby Raja-Wydad délocalisé au stade Larbi Zaouli sans public    Aéroport Mohammed V: interpellation de deux Subsahariens pour leur implication présumée dans le trafic international de cocaïne    Narcotrafic : saisie de drones sous-marins opérant entre l'Espagne et le Maroc    La délégation officielle pour le pèlerinage se rend aux lieux de résidence des pèlerins marocains à La Mecque    Coupe du Trône: tout ce qu'il faut savoir avant Wydad-Raja    Maroc : Tan-Tan signe un deuxième accord de jumelage avec une ville italienne    Automobile: 5 points clés des statistiques de l'AIVAM    Football : L'international marocain Hamza Mendyl signe au club belge de l'OH Louvain    Euro Féminin / Angleterre 2022 : Programme de la phase de poules, chaînes de diffusion    USA: un week-end du 4 juillet sanglant    Allemagne : Sept ans de prison requis contre un Marocain accusé de terrorisme    Les deux Soudan facilitent la circulation des biens    En Algérie, les étranges manœuvres d'un président mal élu pour se survivre    Aid Al-Adha: une offre de près d'un million d'ovins et caprins à Rabat et sa région    L'assaut de migrants clandestins contre la clôture métallique de Melilla marqué par une violence féroce    «Le Maroc a parfaitement le droit de questionner la souveraineté espagnole sur Ceuta et Melilla»    Coup de bluff de la "Mecque des révolutionnaires"    Paris : L'Oriental Fashion Show célèbre le caftan marocain    Littérature : Fouad Laroui raconté par ses amis d'enfance    Alejandro Guillan: «Aussi bien les rythmes que les chants marocains ont des points en commun avec ceux de l'Espagne»    Shéhérazade : Immersion dans l'époque la plus glamour de l'histoire arabo-maghrébine    Le Souverain plaide pour une coopération internationale plus conséquente    Officiel: le derby Wydad-Raja délocalisé et à huis clos    La MDJS remporte la médaille d'or dans la catégorie gaming    Programme solaire Noor Atlas : Masen lance un appel d'offres    Zone franche à Nador : Une première tranche pour bientôt    Croissance économique : 0,8% attendue pour le T3 2022 (HCP)    Dakar: la RAM signe cinq conventions avec des partenaires au Sénégal    Maroc : Le Comité CEDAW recommande des avancées égalitaires en arrondissant les angles    L'ancien PDG de l'aéroport d'Alger condamné à 8 ans de prison pour corruption    Covid-19 : Le ministère de la Santé recommande en urgence une dose de rappel    Le Groupe AKDITAL lance la Fondation AKDITAL    L'ONU répond à l'Algérie et au Polisario sur l'annulation des visites de De Mistura au Sahara    BTS : 2.186 candidats réussissent l'examen cette année    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Diaspo #75 : Le Belgo-marocain Hamid Douieb ou l'art au bout du pinceau
Publié dans Yabiladi le 19 - 01 - 2019

En exposition actuellement à l'Espace Rivages à Rabat, Yabiladi dresse le portrait du Belgo-marocain Hamid Douieb. Natif de Casablanca et parti en Belgique dès l'âge de 20 ans, sa vie changera à jamais avec le choix d'écouter son cœur et sa sensibilité artistique.
Il est l'un des Marocains ayant suivi jusqu'au bout leurs rêves de jeunes enfants. Né à Casablanca en 1948, Hamid Douieb a toujours voulu devenir artiste. Sa sensibilité artistique, son attirance pour la peinture et le dessin n'ont pourtant pas convaincu ses parents qui voulaient que leur enfant devienne un ingénieur en électronique. Il quitte ainsi sa ville natale pour la Belgique afin de suivre ses études.
Arrivé à Tournai, l'art ne manquera pas de venir le retrouver. «Une fois en Belgique, j'avais une frustration et j'étais comme un gaucher qu'on obligeait à utiliser sa main droite», nous confie l'artiste-peintre. Mais cela ne durera pas longtemps.
Parti en Belgique pour devenir ingénieur
Ainsi, Hamid Douieb commence par suivre des cours du soir en peinture et sculpture à l'Académie du midi à Bruxelles avant de se consacrer entièrement à sa passion.
«Un jour, devant 'L'empire des Lumières', une toile de René Magritte (artiste-peintre surréaliste belge, ndlr), j'ai eu une révélation et décidé de devenir peintre. Autodidacte, j'ai commencé à faire de la peinture surréaliste et hyperréaliste.»
Hamid Douieb
Une sélection des tableaux de Hamid Douieb. / Ph. DR
Ses travaux finiront par attirer d'autres artistes. Il rencontre ainsi le groupe «Figuration Critique» dont les membres lui affirment sa touche de figuration. «C'était la sensibilité de ce groupe et j'ai donc travaillé avec eux dans ce sens. Nous avons même exposé ensemble» à l'ULB de Bruxelles en 1978, se rappelle le Belgo-marocain.
Eloignement forcé du monde artistique
Dans les années 1980, la mode avait changé mais pas Hamid Douieb qui gardera son style «figuratif figural». «J'étais à cette époque en contradiction avec la tendance où le conceptuel et l'abstrait commençaient à gagner l'attention», nous confie-t-il, se rappelant aussi la vague de fermeture de plusieurs galeries à cette époque.
De plus, marié et parent, Hamid Douieb finit par arrêter de peindre. «Une traversée du désert», pour reprendre ses mots qui l'éloigne du monde artistique. Mais il finira par prendre «conscience de [son] envie de reprendre [sa] passion ; celle de peindre et d'exposer». «Alors que j'en ai parlé autour de moi, ma plus jeune fille m'a alors demandé de reprendre. Elle est née la dernière et ne m'avait jamais vu peindre même si je n'avais réellement jamais arrêté de dessiner», nous déclare-t-il.
«Il y a une quinzaine d'années, j'ai donc décidé de revenir à la peinture. J'ai commencé à exposer à Bruxelles et à Paris. Mais j'ai eu une nouvelle révélation : A 65 ans, j'ai eu l'envie de revenir dans mon pays, non pas pour chercher une réussite ou un succès mais seulement une reconnaissance.»
Hamid Douieb
L'artiste-peintre Belgo-marocain Hamid Douieb à gauche. / Ph. DR
Un retour aux sources
L'artiste-peintre expose ainsi pour la première fois au Maroc et à Rabat, en 2011. Un attachement à son pays natal qui n'a jamais cessé. Ainsi, il nous confie avoir toujours eu «une sensibilité arabe et marocaine». «Cela s'était démontré dans mon choix des couleurs chaudes alors que je vivais dans un pays froid», note-t-il.
Le retour de l'artiste au monde de l'art a également coïncidé avec un autre fait historique. «Dans le monde, le figuratif devient à nouveau une tendance et je redeviens donc à la mode sans l'avoir fait exprès. Je suis un vieux ringard qui a traversé les modes», ironise-t-il.
Une sélection des tableaux de Hamid Douieb. / Ph.DR
Aujourd'hui, Hamid Douieb revient jusqu'à cinq ou six fois au Maroc. Avec un atelier à Casablanca et un autre à Bruxelles, l'artiste dit tenter de «maintenir [sa] double casquette» ; celle d'artiste belge et de peintre marocain.
Il ne cache pas avoir un souhait non encore réalisé. «J'aimerai faire une rétrospective à Casablanca, ma ville natale. Cela fait quand-même 40 ans de peinture et de travail mais j'attends toujours», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.