Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    Une traversée de Dakar triomphale pour les Lions du Sénégal    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Artisanat à Fès. 42 MDH pour le développement des compétences    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Israël démolit des maisons palestiniennes près de Jérusalem    Proscrire la violence!    Festival des huîtres de Qualidia    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Records de chaleur battus aux Etats-Unis, mais la canicule touche à sa fin    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Crédit Agricole du Maroc : L'accompagnement du monde rural salué par les députés    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    Hervé Renard refuse la sélection des Pharaons    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Le ministère de la Culture répertorie les bâtiments historiques    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    Corée du Nord. Un taux de participation aux votes de 99.98%    Voyants au vert pour Maroc Telecom    Accord de pêche. La flotte espagnole est de retour    Les prix des produits alimentaires en légère hausse, tirés par les légumes    Edito : Transport urbain dites-vous !    L'ONEE compte investir 51,6 milliards de dirhams entre 2019 et 2023    Le Maroc et la Jordanie résolus à développer leur partenariat stratégique    Tanger. 20 blessés à cause de l'écroulement d'un manège    La traite humaine nargue la loi 27-14    Mobilisation exceptionnelle pour lutter contre un vaste incendie au Portugal    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Les atouts touristiques de la région de Dakhla-Oued Eddahab mis en avant à Prague    Bounedjah Le réveil magique de la machine à buts des Fennecs    Les tops et les flops de l'édition égyptienne    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    C'est parti pour la 6ème édition du Festival Al Haouz    Show haut en couleur de Hamid Bouchnak et Hatim Ammor au Festival international du raï    Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Palmarès d'équilibre au Festival de Cannes
Publié dans Agadirnet le 29 - 05 - 2006

"Nous avons choisi ce film avec le coeur". Cette explication de son président Wong Kar-Waï prouve que le jury du 59e Festival de Cannes a autant été séduit par l'émotion que suscite la fin du film "Le vent se lève" que par ses qualités artistiques ou son message politique.
Le film de Ken Loach, récompensé de la Palme d'or dimanche soir, raconte l'histoire, en 1920, de deux frères d'Irlande du Nord engagés dans la lutte armée contre l'occupant anglais.
Face à l'occupant et aux humiliations que celui-ci impose aux habitants locaux, des paysans s'unissent et forment des équipes de résistants. Damien (Cillian Murphy) abandonne sa prometteuse carrière de médecin débutant pour rejoindre son frère Teddy (Padraic Delaney). Mais au fil des mois les divergences au sein même des combattants irlandais vont créer des clans, des rivalités, des scissions, et plus tard des drames, notamment entre les deux frères.
Cinéaste militant, engagé à gauche, Ken Loach avait déjà évoqué la question de l'Irlande du Nord dans certains de ses films précédents (dont "Hidden Agenda", Prix du Jury en 1990) et n'a pas manqué, à Cannes, de réaffirmer son opposition à l'intervention américano-britannique en Irak. "Peut-être, si nous disons la vérité sur le passé, peut-être pourrons-nous dire la vérité sur le présent", a-t-il affirmé en recevant son prix dimanche soir.
Vétéran du Festival (c'était sa 13e présence à Cannes, dont huit en compétition), il a fait démentir par le jury le Délégué artistique Thierry Frémaux qui avait présenté ce 59e Festival comme celui du "renouvellement".
Un autre habitué de la Croisette, Pedro Almodovar, est également présent au palmarès avec "Volver", et le Français Bruno Dumont a obtenu pour "Flandres" le Grand Prix qu'il avait déjà eu, dans le même genre -aride, difficile, violent et cru, joué par des comédiens amateurs- pour "L'humanité" en 1999.
Le palmarès de ce 59e Festival aura donc été, comme souvent, un exercice d'équilibre entre films d'auteur un peu hermétiques et films grand public chouchous des festivaliers.
Dans la première catégorie, "Le vent se lève" (qui sort le 8 novembre dans les salles françaises) sera jugé moins rébarbatif -quoique long, didactique et peu spectaculaire- que "Flandres" ou "Red Road", premier film de la réalisatrice britannique Andrea Arnold et Prix du Jury.
Dans la seconde catégorie, le jury n'a pas manqué de récompenser trois des chouchous de la Croisette, qui faisaient partie de la liste -toujours dangereuse, souvent démentie- des favoris: un Prix de la mise en scène bien mérité pour "Babel" du Mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu; un Prix d'interprétation collectif aux acteurs d"'Indigènes", le film du Franco-Algérien Rachid Bouchareb champion de l'applaudimètre de ces 12 jours de Festival; et deux récompenses pour "Volver", un Prix d'interprétation féminine collectif et un Prix du scénario qui a laissé Almodovar sur sa faim.
Comme tout palmarès, il y a quelques oubliés: "Le Labyrinthe de Pan" du Mexicain Guillermo Del Toro, qui a beaucoup plu le dernier jour, et "Marie-Antoinette" de l'Américaine Sofia Coppola, annoncé comme l'événement, sont repartis bredouilles. Tout comme le beau mais hermétique film turc "Les climats", de Nuri Bilge Ceylan.
S'il a récompensé -fait unique dans les annales- 11 acteurs et actrices, le jury ne s'est même pas permis le luxe de distinguer un film supplémentaire par un prix ex-aequo. Signe d'une certaine cohérence dans le jugement, ce Festival 2006 -présenté comme un festival "de transition" avant le grand cru espéré pour la 60e édition l'an prochain- ayant finalement présenté une sélection de relativement bonne qualité malgré la rareté de réalisateurs de renom. AP
Sur le Net: www.festival-cannes.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.