Le dessalement de l'eau et le traitement des eaux usées, des solutions optimales au Maroc    Hausse des prix: Le Conseil de la concurrence ne peut intervenir qu'"en cas d'abus de position dominante ou d'entente"    فيروس كورونا : المغرب يسجل 18 إصابة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    France Réforme des retraites: Macron "joue avec le feu" prévient le SG de la CGT    Mondial des Clubs : Al Ahly est fin prêt pour défendre ses chances et atteindre la finale    L'édition 2023 du Trophée Hassan II de golf est « exceptionnelle à tous les niveaux »    média nigérian : CAN-2025 Le Maroc terre d'accueil des équipes africaines    Algérie : Nouvelle mission au petit fils de Nelson Mandela    Le 7è Forum des universités espagnoles fait escale à Rabat    Sahara marocain / Culture : Abondance du patrimoine matériel et immatériel    La Bourse de Casablanca termine dans le vert    Compteur Coronavirus : 18 nouveaux cas, plus de 6,87 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    Séisme en Turquie: l'état d'urgence décrété dans les zones dévastées    journal ivoirien : « Foire 1-54 a Marrakech » La galerie Cécile Fakhoury expose les œuvres de cinq artistes    L'AMMC présente ses priorités d'actions pour l'année 2023    Amina Bouayach : Le droit à l'eau est fondamental et prioritaire face au stress hydrique    Pegasus : au Parlement européen, le spin doctor d'Emmanuel Macron mène une guerre lâche contre le Maroc    Un journal allemand met la lumière sur un scandale de blanchiment d'argent et de terrorisme impliquant le « polisario »    France : deux touristes brésiliennes victimes d'une agression sexuelle et d'un viol au pied de la Tour Eiffel    ONDA : appel d'offres pour la construction de centres logistiques    Le Maroc et les Pays-Bas envisagent d'élargir leur accord d'extradition    « La Voix de l'Avenir », une initiative visant à organiser un concours de chant pour les étudiants    Le projet de loi sur l'autoproduction d'énergie électrique adopté    M. Echarkaoui au forum de la MAP: l'Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif a réalisé 200 grands projets entre 2000 et 2022    Mariage des mineurs au Maroc : plus de 13.000 demandes acceptées    COREP de l'UA : Le Maroc réitère l'impératif d'une bonne gouvernance administrative et financière au sein de l'Union    Les échanges commerciaux entre le Maroc et l'Allemagne ont atteint 4,9 milliards d'euros en 2022    Lions de l'Atlas : 5 nouveaux joueurs dans la prochaine liste de Regragui ?    France : les deux femmes voilées violentées par la police sur le Pont de Clichy placées en garde à vue    Tétouan: un mort et 40 blessés dans un terrible accident    Mondialito: les joueurs du Wydad abattus après l'élimination    Coupe de France: OM-PSG pour les étincelles, Vierzon pour l'exploit    L'Angola commercialise son satelite AngoSat-2    Rabat : Hommage posthume à l'érudit feu Mohamed Benchekroun    Séisme en Syrie et en Turquie: L'UNESCO apporte son soutien    Open international de taekwondo : Six médailles dont 1 en or pour le Maroc    Le milieu rural dispose de 71% des établissements de soins de santé primaire    Ukraine: le chef de l'ONU s'alarme du risque d'une «guerre plus large»    Les prix des produits pétroliers destinés à l'UE pourraient augmenter de 30%    Séisme en Turquie : Le roi adresse un message de condoléances à Recep Tayyip Erdoğan    La Chambre des conseillers clôture mardi la première session de l'année législative 2022-2023    Indépendance du pouvoir judiciaire : le plaidoyer de El Hassan Daki    Météo Maroc: temps froid et risque de pluie ce mardi    Revue de presse quotidienne de ce mardi 7 février 2023    Conseil de gouvernement : la reconnaissance des études dans les Etats arabes au menu    Meknès accueille la 21e édition du Festival International de Cinéma d'Animation    Parution du 75e numéro de la revue de la Gendarmerie royale    Le roi adresse un message de condoléances à la famille de feu Mohamed El-Ghaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maladies cardiovasculaires : Le Maroc est très exp
Publié dans Albayane le 16 - 10 - 2011

Depuis l'étude réalisée par le ministère de la Santé sur les facteurs de risques en 2000 qui a permis d'apporter des renseignements précieux et une meilleure compréhension des maladies cardiovasculaires puisque 33,6% des Marocains examinés sont atteints d'hypertension artérielle, 8% sont diabétiques, 13% sont obèses et 29 % ont un taux de cholestérol élevé (plus de 2 g/l). A la lumière de ces chiffres, on est mieux informé, plus sensible pour lutter contre ces facteurs de risques qui représentent de graves conséquences en ce qui concerne la santé de notre population.
On aurait souhaité naturellement voir d'autres travaux de recherche sur le sujet, mais depuis 2000, aucune autre étude n'est venue pour actualiser les données chiffrées.
Retour sur les facteurs de risques et les maladies cardiovasculaires qui connaissent une recrudescence.
Ampleur du problème
Les maladies cardio-vasculaires représentent de nos jours un grand problème de santé publique à l'échelle mondiale. Elles sont considérées comme étant la première cause de morbidité précoce et de décès dans certains pays de la région de l'Afrique et du Moyen-Orient. Les maladies cardio-vasculaires viennent en tête des causes dans le monde. En effet, chaque année 25 millions de personnes décédent dont 16 millions issues des pays en voie de développement.
C'est donc un véritable fléau des temps modernes dû en grande partie aux changements socio-démographiques, par le vieillissement de la population, la sédentarité, le changement de mode d'alimentation et le tabagisme sont autant de facteurs qui influencent et aggravent les problèmes liés aux maladies cardio-vasculaires. Les maladies cardiovasculaires figurent parmi les principales causes de décès et d'invalidité dans le monde : chaque année, plus de 17 millions de personnes décèdent des suites de maladies cardio vasculaires.
Le Maroc : un pays de cardiaques
C'est le professeur en cardiologie Ahmed Bennis qui décrit ainsi la situation, il tire la sonnette d'alarme face à ce fléau depuis plusieurs années déjà.
Avec 10 millions d'hypertendus, 3 millions d'obèses 1,5 million de diabétiques, le Maroc est très exposé aux maladies du cœur, c'est ce qui fait dire aux spécialistes que le Maroc est un pays de cardiaques.
Les maladies cardiovasculaires sont aujourd'hui la première cause de mortalité dans la tranche d'âge de 45 à 54 ans.
Ces maladies sont recensées plus chez les hommes que chez les femmes, bien que l'attaque soit plus grave pour la femme.
Les maladies cardiovasculaires sont des affections polyfactorielles, où l'environnement, les habitudes alimentaires et l'hygiène de vie jouent un rôle important en tant que facteurs de risque.
Des facteurs de risque multiples et variés
Pour les cardiologues, un seul facteur de risque est un facteur de trop, car à lui seul il représente un réel danger. On devine aisément ce que cela peut représenter quand une même personne cumule plusieurs facteurs de risque, c'est une véritable bombe à retardement.
En tête de peloton des facteurs de risque, nous trouvons le tabac, l'hypertension artérielle, le cholestérol, le diabète, la sédentarité et l'obésité qui sont autant de facteurs de risque qui favorisent l'apparition mais aussi l'aggravation des maladies cardio-vasculaires.
A côté de tous ces facteurs de risque existe un autre problème et pas des moindres, il s'agit du manque d'activité physique. En effet nous ne bougeons pas assez, notre mode de vie change, il n'y a qu'à voir les cafés qui sont pleins du matin au soir, les Marocains se sédentarisent de plus en plus. L'absence d'activité physique touche jusqu'à 70% de la population marocaine. Ce qui se traduit aussi par les maladies cardiovasculaires.
Qu'en est-il du Maroc ?
Le constat est alarmant, il s'agit de regarder les choses en face. Aujourd'hui les maladies cardiovasculaires prennent de plus en plus d'ampleur. Les facteurs à risque comme le tabagisme, le diabète, la sédentarité, l'obésité, le cholestérol et l'hérédité constituent les véritables ennemis du cœur car ils entraînent le vieillissement artériel et favorisent le dépôt de graisse sur les vaisseaux. Il est toujours utile de rappeler que plus de 33% de nos concitoyens souffrent d'Hypertension Artérielle, ce chiffre est à revoir à la hausse. Notre pays a pendant longtemps été considéré comme pays à faible prévalence des maladies cardio-vasculaires et ce n'est que depuis peu que la problématique des maladies cardio-vasculaires et des facteurs de risques qui leur sont liés sont de plus en plus ressenti comme une priorité, vu que la cause de mortalité chez l'adulte est récemment apparue avec 22,1 % selon les statistiques de 1994.
L'hypertension artérielle au banc des accusés
Il est clair que l'hypertension artérielle constitue un facteur de risque majeur, c'est même le plus important dans la genèse des accidents vasculaires cérébraux, de l'insuffisance cardiaque congestive, des lésions rénales et oculaires, de l'athérosclérose...
Au Maroc, l'H.T.A semble constituer de l'avis des professionnels de santé l'un des principaux motifs de consultations tant au niveau du privé que du public.
Plusieurs thèses de médecine ont étudié des séries de cas d'H.T.A où les caractéristiques socio-démographiques, cliniques et thérapeutiques ont été largement rapportées et commentées.
La consommation de tabac, l'élévation du taux de cholestérol, le diabète, le stress, la sédentarité ou encore le vieillissement de la population sont autant de facteurs favorisants.
Tous les ans dans le monde, on recense 10 millions d'infarctus, principalement chez les hommes. Cinq à dix ans après la ménopause, les femmes ont le même risque d'en être victimes que les hommes. Les maladies cardiovasculaires sont la cause majeure de handicap et de mort prématurée, tout particulièrement chez les hommes.
Depuis trente ans, les progrès réalisés grâce à une meilleure hygiène de vie et à la prescription de traitements préventifs permettent de réduire ces facteurs de risque et la morbi-mortalité.
Si les pays développés sont les plus touchés, on observe aujourd'hui une tendance à la convergence liée aux changements des modes de vie sur la planète.
Une dangereuse métamorphose
Les données que nous venons de voir plus haut montrent clairement que les facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires vont connaître un accroissement et qu'ils toucheront une frange beaucoup plus importante de la population qui se sédentarise de plus en plus, qui perd les bonnes habitudes alimentaires d'autrefois associant l'huile d'olive et les crudités. Aujourd'hui, nous constatons que les gens sont pressés, stressés, mal dans leur peau, mangeront n'importe quoi et n'importe où, les fast-food aidant, notre alimentation s'occidentalise, des maladies hier inconnues au Maroc font leur apparition (l'obésité, le diabète...) et l'industrialisation aidant, on assiste alors à une mutation des comportements. Les jeunes fument sans aucune gêne dans la rue, et dans le lycée aidés en cela par la prolifération des vendeurs de cigarettes au détail qui vendent d'autres poisons en toute liberté... Une dangereuse métamorphose est en train de s'opérer, de prendre forme au moment où nous ne sommes pas prêts à faire face correctement à la situation présente, que dire quand d'autres maladies dégénératives feront surface car l'espérance de vie au Maroc est estimé aujourd'hui à 76 ans pour les femmes et 73 pour les hommes , ce qui veut dire que nous allons avoir à faire à des flots de patients grabataires, des malades d'un genre nouveau qui nécessiteront des prises en charge très lourdes et des moyens spécifiques en long séjour.
Sommes nous préparé pour prendre en charge ces personnes ?
La prévention ou la voie de la sagesse
Il est clair que les pouvoirs publics seront confrontés, dans un proche avenir au problème des maladies cardio-vasculaires car leur prise en charge est lourde, très onéreuse surtout quand 34 % de la population a une couverture maladie de type AMO et les 60 % qui restent n'ont pas de couverture et n'ont d'autres alternatives que de s'adresser au secteur public qui leur assure des soins gratuits , mais parfois limités au strict minimum surtout quand il s'agit des maladies cardiovasculaires
Par conséquent, la lutte contre les maladies cardio-vasculaires par la prévention passe obligatoirement par la prévention des principaux facteurs de risque. Pour cela, il importe d'estimer leurs fréquences réelles. L'enquête nationale sur les facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires. Oui, mais encore ?
L'enquête nationale menée par le ministère de la Santé dont les résultats ont été communiqués le 28 février 2001 est toujours d'actualité. Cette enquête nationale témoigne, si besoin est, de l'éveil du M.S.P en regard des facteurs de risques cardio-vasculaires, un éveil tardif, mais comme dit l'adage il n'est jamais trop tard pour bien faire.
L'enquête a concerné 2000 individus et a duré 2 mois. Les normes utilisées sont tirées des dernières données de la littérature internationale.
Au regard de ces chiffres que nous avons vus plus haut et qu'il est utile de revoir puisqu'ils montrent que 33,6% de la population marocaine sont des hypertendus, les diabétiques 6,6%, les obèses 13,3%, les fumeurs de cigarettes 17,2% l'hypercholestérolémie 29%, tout cela inquiète et ne peut en aucun cas nous laisser insensibles face au mal qui ronge notre société tant il est vrai que l'aspect épidémiologique des facteurs de risque cardio-vasculaires est omniprésent en milieux urbain et rural, l'homme ainsi que la femme sont concernés, les enfants ne sont pas épargnés non plus. Face à la recrudescence des maladiescardiovasculaires et en l'absence de moyens adéquats susceptibles d'assurer une prise en charge à tous les malades qui sont atteints d'affections cardiaques, la prudence, la vigilance, le bon sens, l'adoption des bonnes attitudes s'imposent de plus en plus et comme dit d'adage «vaut mieux prévenir que guérir»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.