Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteur de la santé : Redynamisation des ressources humaines
Publié dans Albayane le 16 - 05 - 2012

Le rôle des médecins et des infirmiers pour faire réussir le chantier de réforme et de modernisation du secteur de la santé au Maroc, qui est actuellement entrepris par le département de la santé est à souligner car ces deux catégories de professionnels de la santé représentent la pierre angulaire de notre système de santé. A cet effet il est tout a fait opportun et légitime au regard des nombreux services qui sont quotidiennement rendus à notre population par les médecins et les infirmiers (eres), aussi bien au niveau des centre de santé , dans le cadre de la médecine ambulatoire à visées préventives , qu'au niveau des hôpitaux en ce qui concerne les soins curatifs, de souligner l'importance de la responsabilité qui échoit aux médecins dans le cadre des chantiers structurants de développement lancés dans le Royaume.
Un des grands chantiers visant l'amélioration des conditions d'accès aux soins de santé, en concrétisation des dispositions de la nouvelle Constitution, c'est le régime d'assistance médicale aux économiquement démunis (RAMED) le RAMED est fondé sur les principes de l'assistance sociale et de la solidarité nationale au profit de la population démunie, des personnes faibles qui ne sont pas éligibles au régime de l'assurance maladie obligatoire, ce régime public, par excellence, permet aux bénéficiaires d'accéder aux soins de santé offerts par les hôpitaux publics, les établissements publics de santé et les services sanitaires relevant de l'Etat.
Concernant l'offre de soins, le ministre de la santé avait tenu à indiquer que celle-ci se compose de 2.581 établissements de soins de santé de base, comprenant 2.030 centres de santé et 111 hôpitaux provinciaux et préfectoraux, 12 hôpitaux régionaux et 19 Centres hospitaliers universitaires.
Dans le même ordre d'idées , le dispositif de soins d'urgence va être renforcé à travers la création de 80 unités médicales équipées, l'organisation de caravanes médicales spécialisées au niveau des provinces et la mise en place d'une unité de consultation médicale hebdomadaire fixe pour les personnes souffrant de diabète et d'hypertension, outre l'augmentation du nombre des unités médicales mobiles (602 unités de soins médicaux et 19 unités de soins dentaires).
C'est un énorme chantier qui est aujourd'hui mis en route, il va demander l'implication de tous les acteurs du secteur de la santé afin qu'il soit couronné de succès dans un proche avenir.
Redéfinition d'une nouvelle carte sanitaire
La mise en application de l'AMO et du Régime d'assistance médicale aux économiquement démunis (RAMED), doit en toute bonne logique s'accompagner par la redéfinition d'une nouvelle carte sanitaire de notre pays, celle – ci permettra de corriger les erreurs qui ont prévalu jusqu'à ce jour.
La nouvelle carte sanitaire permettra une répartition plus juste et équitable de tous les moyens humains, matériels, technologiques et aussi de structures publiques et privées, une implantation des cliniques, des cabinets médicaux, des laboratoires d'analyses biologiques, des centres de radiologie. Une répartition qui soit plus juste entre les différentes régions en fonction des besoins spécifiques de chaque région.
Aujourd'hui, avec la création de nouvelles villes et des chantiers réalisés ou en cours de réalisation au niveau des différentes régions du Maroc , qui sont autant d'éléments porteurs et créateurs d'emplois , servant à redynamiser les potentialités à même de contribuer à réduire la pression sur l'axe Rabat-Casablanca en matière de concentration des centres hospitaliers spécialisés et favoriser ainsi une répartition juste et équitable des richesses du Royaume.
Motivation des ressources humaines
Les professionnels de santé (médecins et infirmiers) contribuent à cet élan, à ce dynamisme et à cet essor des différentes régions de notre pays. Il est donc tout à fait légitime que ces mêmes professionnels soient motivés, récompensés pour tous les services inestimables qu'ils accomplissent avec altruisme et dextérité. Il est donc tout à fait logique que soit améliorée la situation financière des médecins et des infirmiers.
Des professionnels qui méritent d'être reconnus dans le travail qu'ils accomplissent avec amour, abnégation, dextérité et altruisme. Le ministre de la santé, le professeur Lahoucine Louardi, un homme de terrain qui a toujours côtoyé les différentes catégories de professionnels, connaît parfaitement la situation des uns et des autres, il mesure à sa juste valeur les attentes de chaque catégorie. Des réponses aux attentes des uns et des autres verront inchallah le jour dans un proche avenir. Ce qu'il faut, c'est que les professionnels de santé fassent preuve de patience et de réalisme. Les syndicats professionnels doivent de leur côté faire preuve de sagesse et donner du temps au temps pour permettre au ministre de la santé de bien étudier chaque dossier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.