Bourse de Casablanca : Les sociétés cotées tirent profit de la reprise économique    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Soudan/Coup d'Etat : Le bilan des victimes s'alourdit    Cette semaine en LaLiga...    Prime Covid-19: Khalid Ait Taleb annonce le versement de la deuxième tranche    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU [Par Mehdi Hijaouy]    Covid-19: Le CNDH lance un appel pour une adhésion « responsable » à la campagne de vaccination    La Barbade quitte la Couronne britannique et élit sa présidente    Le Sahara était, reste et demeurera marocain, le conflit autour n'est que « superfétatoire »    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    Quels adversaires pour Quartararo en 2022 ?    Premier League: Manchester United humilié à domicile face à Liverpool    RAM : Reprise des vols directs avec Miami, Doha et Montréal    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Campagne nationale de sensibilisation sur le dépistage    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    Paris : Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains à Universcience    Pegasus : avant le procès, les écrans de fumée de l'Humanité    Israël lève l'avertissement concernant les voyages au Maroc    Intempéries : Des morts en Algérie et Tunisie suite à de violentes inondations    Sahara : Alger rejoue la carte des dinosaures du lobbyisme américain    L'Opinion : Au Maroc, gouverner c'est aussi recevoir    Yémen: 105 rebelles Houthis tués lors des dernières 24 heures    Melilia : Les autorités marocaines déjouent une tentative de migration massive    Renault et Mathieu Lehanneur réinventent la 4L    La prolongation de l'état d'urgence sanitaire au menu du prochain Conseil du gouvernement    Scrutins 2021... UN TOURNANT !    Sahara : Depuis le Kenya, Mokhtar Ghambou dénonce l'ingérence d'Alger    Course folle au vaccin    Aviation : Boeing voit grand pour l'Afrique    Dr Saïd Guemra : « Il n'y a aucun sens à venir taxer les Marocains au nom de l'efficacité énergétique »    EasyJet et TUI assureront des vols de rapatriement du Maroc vers le Royaume-Uni    Lydec dans les « Top Performers RSE » et dans le Top 5 des « Best Emerging Market Performers » de Vigeo Eiris    Soudan : Emmanuel Macron condamne le coup d'Etat et appelle «au respect de l'intégrité du premier ministre»    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Covid-19 : Le Maroc reçoit ce mardi 850.000 doses du vaccin Pfizer    Je vous emmène sur le terrain...    Une Allemande de l'Etat islamique écope de dix ans de prison    Interview avec Fatima Abouali : Les cas de dopage en baisse au Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Régime d'assistance médicale aux économiquement démunis (RAMED) : Le train est en marche
Publié dans Albayane le 31 - 01 - 2012

Avec l'assurance maladie obligatoire (AMO), le Ramed est le second volet du code de couverture médicale de base (CMB). Fondé sur la solidarité nationale, il implique la gratuité de l'accès aux soins, mais uniquement au niveau des établissements publics de santé. Le régime d'assistance médicale aux économiquement démunis (RAMED) est au centre des préoccupations du ministre de la santé. En effet, pour le Professeur Louardi, ce projet éminemment social s'inscrit dans son agenda en tant que priorité des priorités et il en sera ainsi jusqu'à sa complète et totale généralisation au niveau de notre pays.
Intervenant pour clarifier la situation des prothèses mammaires P.I.P lors du journal TV 1ére chaîne (20h30), le Dimanche 30 Janvier 2012, le ministre de la santé Houcine Louardi a longuement parlé du régime d'assistance médicale pour les économiquement démunis (RAMED, Le ministre a indiqué que S.M. le Roi Mohammed VI a donné ses instructions pour assurer la généralisation de cette expérience à toutes les régions du Royaume. C'est une nouvelle qui nous réjouie, qui met plein de baume sur les cœurs, car l'enjeu est énorme et rare sont les pays qui ont opté pour un tel choix, à savoir permettre l'accès à tous les citoyens démunis à l'assistance médicale gratuite.
Elaboré dans le but de garantir le droit aux soins de santé aux personnes défavorisées, le Régime d'Assistance Médicale aux Economiquement Démunis RAMED, permettra une couverture médicale et une prise en charge des soins aux personnes démunies, qui ne bénéficient pas de l'Assurance Maladie Obligatoire (AMO), et répondant aux critères d'éligibilité.
Contrairement à la prise en charge limitée à certains épisodes de maladie, comme prévu par l'utilisation du certificat d'indigence, le RAMED couvre toutes les prestations disponibles dans les centres de santé, les hôpitaux locaux, les hôpitaux provinciaux, préfectoraux, régionaux et universitaires, ainsi que les hôpitaux spécialisés, selon le niveau des prestations que ces établissements offrent.
La mise en œuvre de ce régime consacre donc le principe du droit à la santé pour tous. Le RAMED distingue ainsi deux catégories de bénéficiaires. Il s'agit des bénéficiaires par éligibilité, et ce sont les personnes qui ne bénéficient pas du régime d'assurance maladie obligatoire, ou ceux qui ne disposent pas de ressources suffisantes pour faire face aux dépenses médicales. Les bénéficiaires de droit, quant à eux, sont dispensés de la procédure d'éligibilité, ne payent aucune contribution et ils ont droit aux mêmes prestations accordées aux bénéficiaires du RAMED par éligibilité. Il s'agit, entres autres, des pensionnaires des établissements pénitentiaires, des établissements de bienfaisance, des établissements de rééducation et de tout établissement public ou privé à but non lucratif, hébergeant des enfants abandonnés ou adultes sans familles.
Le RAMED : un haut degré de civilisation
Pour nous, le RAMED est un haut degré de civilisation, c'est à l'évidence la preuve d'une réelle justice sociale, de l'égalité, de l'équité dont vont pouvoir désormais bénéficier tous les Marocains en ce qui concerne l'accès aux soins.
le RAMED, c'est aussi un signe de la bonne vitalité du secteur de la santé publique.
Pour donner au RAMED toute sa signification, sa portée noble, pour lui permettre d'atteindre ses objectifs et servir la cause de celles et ceux pour qui il a été planifié, mis en chantier, testé, évalué et bientôt généralisé à l'ensemble des régions du royaume, pour donner au RAMED toutes les chances de réussir, les professionnels de santé doivent s'impliquer totalement dans ce projet social.
Nos établissements de santé se doivent donc de veiller au respect et aux droits de chaque citoyen marocain surtout celles et ceux qui sont économiquement démunis et qui seront pris en charge grâce au RAMED : non discrimination, respect de la personne, de sa liberté individuelle, de sa vie privée, de son autonomie.
Le RAMED : l'expression forte de la solidarité nationale
L'entrée en vigueur du RAMED permettra, à ne pas en douter, à notre pays, de réaliser une importante avancée. Ce projet décidé et défendu par Sa majesté le roi Mohammed VI, concrétise aussi l'engagement du gouvernement qui consacre le principe du droit à la santé pour tous, ce qui met un terme à l'exclusion, aux inégalités en matière d'accès aux soins. Le RAMED, c'est aussi l'expression forte de la solidarité nationale à laquelle toute notre population adhère pour surmonter l'obstacle financier qui limitait l'accès des plus démunis aux services de santé. Nous pouvons être tous fiers, car avec l'AMO et le RAMED, le Maroc a réussi à mettre en place une approche universelle des problèmes de santé, une approche écartant toute exclusion sociale.
Pour bénéficier du RAMED, les personnes potentiellement éligibles peuvent se renseigner auprès des bureaux RAMED mis en place au niveau des Bachaouiates, Caîdats et annexes administratives de leur lieu de résidence.
Les postulants doivent déposer au niveau des bureaux RAMED leurs dossiers de candidature. Ces derniers sont traités par le système informatique et transférés à la commission permanente locale qui statut sur l'éligibilité du postulant. En cas de refus, le postulant a droit à un recours dans un délai de 60 jours, auprès de la commission permanente provinciale ou préfectorale.
Les demandes sont évaluées sur la base des critères liés aux conditions de vie des bénéficiaires. Les personnes reconnues éligibles reçoivent ainsi une carte RAMED qui donne droit à une prise en charge des frais de soins dispensés dans les hôpitaux publics, établissements publics de santé et services sanitaires relevant de l'Etat.
La santé pour tous
Le RAMED est un chantier social, lancé en 2008, basé sur la gratuité totale ou partielle des prestations médicales dans les hôpitaux publics. L'Etat et les collectivités locales prendront en charge ces services au profit de 8,5 millions de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté ou souffrant de précarité sociale (28% de la population).
L'accès aux soins de qualité à l'ensemble de la population marocaine a toujours été au centre des préoccupations de Sa majesté le Roi Mohammed VI, eu égard au rôle de rempart contre la maladie qu'accomplit tous les jours ce secteur vital. Il est évident qu'en matière d'accès aux soins de très grands progrès ont été réalisés, des efforts consentis pour le plus grand bien de notre population dont le niveau de santé s'améliore constamment. C'est en grande partie ce qui explique le prolongement de l'espérance de vie des Marocains, la disparition de certaines maladies quasiment vaincues.
Il est vrai que tous ces progrès sont la résultante des moyens investis, des ressources humaines de plus en plus qualifiées, qui aujourd'hui excellent dans les domaines de la médecine que ce soit de la chirurgie, la gynécologie, le cancer, la radiologie, la greffe, la réanimation et tant d'autres spécialités médico-chirurgicales, mais aussi grâce aux progrès spectaculaires de la haute technologie dont nos structures sanitaires se sont dotées.
Des malades hier, condamnés, sont aujourd'hui sauvés et réinsérés. Des vies sont quotidiennement sauvées et prolongées dans des conditions bien meilleures qu'autrefois. Tant mieux dirons-nous.
Le train est en marche, nous sommes très confiants car avec l'actuel ministre de la santé, nous atteindrons inchallah très bientôt une vitesse de croisière respectable qui permettra au Maroc d'entrer dans le club des pays qui ont instauré la couverture universelle pour permettre à tous nos concitoyens d'être soignés dans de très bonnes conditions et de bénéficier de prestations de qualité, c'est à l'évidence la plus belle preuve de la démocratie que notre pays sous la conduite éclairée de sa majesté Mohammed VI a choisie et on ne peut que nous en réjouir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.