Luca De Meo, DG du Groupe Renault : La relation entre le Maroc et le Groupe est une "relation d'exception"    Marché boursier : Les levées de capitaux en actions en repli de 70% en 2020    Généralisation de la couverture médicale : L'UE accompagne le Maroc    JO-2020 : Le programme du vendredi 6 août 2021    JO de Tokyo/Athlétisme : Le Marocain Abdellatif Sadiki éliminé en demi-finale du 1.500 m    Covid-19 : Pfizer et BioNTech s'engagent à fournir leur vaccin au Maroc au cours de 2021    Casablanca : interpellation d'un individu pour son implication présumée dans un matricide    Covid-19 : Sur la 3ème dose du vaccin, l'OMS veut un moratoire    [ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables    Emprunt national : toujours peu de visibilité sur la date de lancement    Voici la date et l'heure du match Raja-AS Rome    Les prix du pétrole en chute    Automobile : le secteur reprend des couleurs en juillet    Corruption : Extradition des Emirats Arabes Unis vers l'Algérie d'un ancien PDG de Sonatrach    Covid-19 : Un nouveau protocole de prise en charge des malades    BCG et tuberculose : Centenaire du doyen des vaccins encore d'actualité    Technopark Casablanca lance une opération de vaccination massive    Mesures de restrictions : Suspense sur la rentrée scolaire    Covid-19: du changement dans le protocole thérapeutique national    Affaire Pegasus : la CNDP entre en jeu    Maroc-Algérie : l'eurodéputé Andrea Cozzolino prend fait et cause pour le discours d'apaisement du roi Mohammed VI    HCP. Radioscopie de l'emploi au second trimestre 2021    Europa Oil & Gas : "de ressources potentielles et non de réserves prouvées" tempère ONHYM    La France promet 100 millions d'euros d'aide en faveur du Liban    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Records du monde ou dopage technologique...    Regragui se rapproche, Chaabani s'éloigne    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Liban : un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion, selon l'ONU    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La généralisation du RAMED est lancée : Le RAMED bénéficiera à 8,5 millions de Marocains
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2012

Le Régime d'assistance médicale (RAMED), dont la généralisation a été lancée, mardi à Casablanca, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, et après une période d'expérimentation fructueuse, entamée en 2008 dans la région de Tadla-Azilal, va bénéficier à près de 8,5 millions de personnes, soit 28 % de la population marocaine. Il s'agit de 4 millions de personnes en situation de pauvreté absolue (gratuité pleine), de 4,5 millions en situation précaire (gratuité partielle) et de quelque 160.000 bénéficiaires de droit parmi les pensionnaires des centres de protection sociale, des établissements pénitentiaires et les personnes parrainées par l'Etat, selon le ministre de la santé, El Hossein El Ouardi.
Le lancement de la généralisation de ce régime devra en effet se traduire par une réconciliation de l'ensemble des Marocains et en particulier les couches démunies avec l'hôpital public, qui a toujours constitué leur unique refuge pour se faire soigner.
Même d'autres couches de la population non visées par le RAMED vont désormais se tourner en masse vers l'hôpital public, qui représente à leurs yeux un lieu plus sûr qui protège contre l'arnaque et autres pratiques frauduleuses fréquentes ailleurs.
C'est le début aussi d'une ère de réconciliation avec un système de santé, que symbolise l'hôpital public, qui avait toujours inspiré confiance, en dépit de toutes les insuffisances qui l'ont marqué durant des décennies.
L'opération de généralisation du RAMED va donc institutionnaliser la prise en charge de pas moins de 28 pc de la population marocaine et renforcer un système de santé plus équitable et à visage humain.
Le RAMED va inaugurer par la même une nouvelle ère de solidarité et d'humanisation du système de santé au Maroc, longtemps considéré comme privilégiant les plus riches et marginalisant les plus pauvres.
Avec la généralisation de ce régime, le droit de tous aux soins de santé, à la protection sociale et à la couverture médicale, inscrit dans la Constitution, trouve en effet tout son sens.
Grâce à ce projet ambitieux devenu désormais réalité, l'indigence ne constituera plus un handicap à l'accès à des soins de santé de qualité, ni au droit à la santé et à la vie saine pour tous les citoyens.
Plus qu'une simple initiative intéressant uniquement le secteur de la santé, la généralisation du RAMED constitue, en effet, un pas significatif sur la voie de la réduction des disparités sociales et de l'instauration de l'Etat de Droit et de démocratie où tous les citoyens sont traités sur un pied d'égalité, sans distinction de milieu ou de situation économique.
Exposant les grandes lignes de ce projet, au cours de la cérémonie de lancement de la généralisation du RAMED, le ministre de la Santé a rappelé que ce régime va mobiliser des investissements de l'ordre de 3 milliards de dirhams au titre de l'année 2012.
Il s'agit, a dit M. El Ouardi, d'un grand chantier qui a pour objectif majeur d'améliorer les conditions d'accès aux soins de santé, en concrétisation des dispositions de la nouvelle Constitution.
Le RAMED est fondé sur les principes de l'assistance sociale et de la solidarité nationale au profit de la population démunie qui est constituée par les personnes économiquement faibles et qui ne sont pas éligibles au régime de l'assurance maladie obligatoire (AMO), a ajouté le ministre, notant que ce régime public, par excellence, permet aux bénéficiaires d'accéder aux soins de santé offerts par les hôpitaux publics, les établissements publics de santé et les services sanitaires relevant de l'Etat.
Abordant l'offre de Santé, le ministre de la santé a indiqué que l'Etat met à la disposition des bénéficiaires 2.581 établissements de soins de santé de base, comprenant 2.030 centres de santé et 111 hôpitaux provinciaux et préfectoraux, 12 hôpitaux régionaux et 19 Centres hospitaliers universitaires.
Il a fait savoir à cette occasion que le dispositif de soins d'urgence sera renforcé à travers la création de 80 unités médicales équipées, l'organisation de caravanes médicales spécialisées au niveau des provinces et la mise en place d'une unité de consultation médicale hebdomadaire fixe pour les personnes souffrant de diabète et d'hypertension, outre l'augmentation du nombre des unités médicales mobiles (602 unités de soins médicaux et 19 unités de soins dentaires). Seront également renforcées dans le cadre de cette opération les unités d'assistance médicale au profit des femmes enceintes et des nouveaux nés en milieu rural, a ajouté le ministre, qui a annoncé l'élargissement de la liste nationale des médicaments et l'augmentation du budget alloué à l'acquisition des médicaments et du matériel médical.
Il est également prévu de procéder à la création au niveau des hôpitaux et centres de santé d'un guichet RAMED, à l'affichage de la charte de malade au niveau des hôpitaux, à l'organisation de rendez-vous pour les consultations spécialisées et au renforcement des unités d'assistance sociale.
Exposant les résultats de l'expérience pilote du RAMED menée au niveau de la région Tadla-Azilal, il a rappelé qu'elle a permis la prise en charge de personnes souffrant de maladies chroniques et coûteuses, le développement de la filière de soins et la mise à la disposition des malades tous les médicaments nécessaires.
Selon le ministre, les bénéficiaires du RAMED sont couverts sans aucune discrimination due à l'âge, au sexe et à leurs antécédents pathologiques ou à leurs zones de résidence. Les personnes en situation de pauvreté bénéficieront gratuitement du régime d'assistance médicale, tandis que celles en situation de vulnérabilité devront payer 120 dirhams par personne sans dépasser 600 dirhams par foyer.
Le panier des soins de santé prévu par le RAMED comporte les mêmes prestations couvertes par l'AMO. Elles portent sur l'hospitalisation, dont l'accouchement, les consultations spécialisées externes et de médecine d'urgence, les analyses de biologie et l'imagerie médicale (sauf scannographie). Sont également couverts l'exploration fonctionnelle, les évacuations sanitaires inter-hospitalières en cas d'urgence et les actes de rééducation fonctionnelle.
Des partenariats public-privé sont prévus, notamment dans les régions peu dotées en infrastructures publiques, ou en ce qui concerne les spécialités qui connaissent une demande accrue, a ajouté le ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.