Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Le PPS au Parlement    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    SOS Littoral: La tête dans le sable    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Bouykifi, Un grand musicien, face à l'oubli
Chanson amazighe
Publié dans Albayane le 02 - 07 - 2013

Hassan Nassiri, surnommé «Hassan Bouykifi» depuis ses premiers débuts dans le domaine artistique en 1960 à Azrou. Ce surnom il le doit à de grands artistes comme «Khardali Hamid» qui jouait à l'époque de «Loutar», instrument à trois cordes, comme tous ses contemporains d'ailleurs, et «Fadma Lâazafa» de la petite localité de Boumiya dans l'actuelle province de Midelt. Il a gardé ce titre jusqu'au 17 janvier 2012 date de la disparition de feu «Rouicha Mohamed». Ses amis lui ont attribué depuis le nouveau titre de «Général».
Le Général est né en 1945 à Ait Mouli-Ain Leuh, province d'Ifrane. Ses parents ont déménagé dans le douar des Ait Yahya Ouâala où il a grandi et suivi des études primaires. Après avoir passé son certificat d'études primaires en 1958 avec succès, il a rejoint le collège berbère, l'actuel lycée Tarik Bnou Ziyad à Azrou, qu'il a quitté à la fin de la première année secondaire (appellation de l'époque) en 1959.
Le Général, était un passionné du football, il a joué dans plusieurs clubs comme Ittihad Azrou et Chabab Ain Leuh.
Marié et père d'un enfant, le GENERAL, est un grand tambourinaire(Bnadri) qui a côtoyé depuis son jeune âge les grands artistes tels que Khardali Hamid d'Azrou, Rouicha Ain Leuh, (disciple de feu Hamou Oulyazid), Ouâassim Hamou Oulyazid (père spirituel de la chanson amazighe), Lfnane Moulay Driss, Rouicha Mohamed...
Le Général, grand artiste et maître du Bendira accompagné aussi un grand nombre d‘artistes éparpillés un peu partout dans le moyen Atlas et ses alentours comme Abchar Lbachir, Oustouh Lahcen, Touirse Bouâaza Lâarbi, Maghni Mohamed, Stitou Mohamed, Mohamed Lakhdar...
L'histoire des arts amazighs se souviendra toujours des grands tambourineurs du Moyen Atlas qui ont marqué le vingtième siècle, tous amis du Général. Il a formé pendant plus d'un demi-siècle soit un duo ou un trio avec eux auprès des artistes chefs de groupes qu'ils soient violonistes ou outayri, et qui ont toujours fait appel à lui. Il a travaillé aux côtés de feus Jâab, Ali Oudda, Zayd Ouhdidou, Moha Nbenâissa, lkhsim, Otalha Mohamed et d'autres.
Son parcours artistique, lui a permis de chanter aussi aux côtés d'innombrables femmes artistes comme, et pour ne citer que quelques-unes, Rabha N'hadou Ichen, Zahra N'âadi, Aâtiti, Fadma Tazayite et sa soeur Fatima, Fadma Bassou, Lala Aicha N'ba Sdik, Yamna Oult Ouira, Fadma Oult Hdidou, Mina N'sidi Aâdi, Hbouba N'sidi Aâdi... Toutes ont vécu à Ain Leuh. A Khenifra il a connu Yamna et sa soeur Fatima N'rkia Aâbou, Rkia N'âami, Zineb Oukhatar, Yamna Kourou...
Le GENERAL a beaucoup contribué dans la création et l'évolution de la chanson amazighe. Il a toujours travaillé en silence et à l'ombre aux côtés des principaux artistes qu'a connus la scène artistique amazighe dans le Moyen Atlas et ses périphéries. Sans aucun engagement écrit avec les artistes cités, il leur a servi de lévrier. Son seul engagement était sa fidélité aux musiciens, au patrimoine et à l'art amazigh. Il n'a jamais couru après l'argent ni après une grande renommée. Il vivait au jour le jour mais ses compétences de tambourineur chevronné et de grand chanteur l'ont rendu célèbre et promulgué au rang de Général.
Il a rendu un grand service à l'art et à la chanson amazighs. C'est grâce a lui que la capitale de l'art amazigh a changé de siège d'Ain Leuh après la mort de feu Hamou Oulyazid en 1973 pour atterrir à Khenifra en 1979 sous le règne artistique de feu Rouicha Mohamed. C'est toujours grâce à lui que beaucoup de chants classiques sont toujours vivants et repris par les jeunes artistes qui assurent la relève. Grâce à lui aussi, plusieurs artistes sont devenus célèbres car il a participé à l'enregistrement d'innombrables chansons sans que son nom ne soit jamais cité à la SNRT (radio tamazight) et à plusieurs sociétés de productions telles que Boussiphone, Atlassiphone, Tichkaphone et tant d'autres sociétés... Il a participé à maintes festivités, fêtes nationales et festivals au Maroc comme à l'étranger.
Le Général a atteint aujourd'hui l'âge de soixante huit ans (68 ans) sans retraite ni couverture médicale. Il continue à souffrir en silence tout en regardant le restant de ses jours défiler inexorablement... Il est temps que les responsables fassent un geste à l'égard du Général pour lui rendre hommage... lui qui n'a même pas sa carte d'artiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.