10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Bouykifi, Un grand musicien, face à l'oubli
Chanson amazighe
Publié dans Albayane le 02 - 07 - 2013

Hassan Nassiri, surnommé «Hassan Bouykifi» depuis ses premiers débuts dans le domaine artistique en 1960 à Azrou. Ce surnom il le doit à de grands artistes comme «Khardali Hamid» qui jouait à l'époque de «Loutar», instrument à trois cordes, comme tous ses contemporains d'ailleurs, et «Fadma Lâazafa» de la petite localité de Boumiya dans l'actuelle province de Midelt. Il a gardé ce titre jusqu'au 17 janvier 2012 date de la disparition de feu «Rouicha Mohamed». Ses amis lui ont attribué depuis le nouveau titre de «Général».
Le Général est né en 1945 à Ait Mouli-Ain Leuh, province d'Ifrane. Ses parents ont déménagé dans le douar des Ait Yahya Ouâala où il a grandi et suivi des études primaires. Après avoir passé son certificat d'études primaires en 1958 avec succès, il a rejoint le collège berbère, l'actuel lycée Tarik Bnou Ziyad à Azrou, qu'il a quitté à la fin de la première année secondaire (appellation de l'époque) en 1959.
Le Général, était un passionné du football, il a joué dans plusieurs clubs comme Ittihad Azrou et Chabab Ain Leuh.
Marié et père d'un enfant, le GENERAL, est un grand tambourinaire(Bnadri) qui a côtoyé depuis son jeune âge les grands artistes tels que Khardali Hamid d'Azrou, Rouicha Ain Leuh, (disciple de feu Hamou Oulyazid), Ouâassim Hamou Oulyazid (père spirituel de la chanson amazighe), Lfnane Moulay Driss, Rouicha Mohamed...
Le Général, grand artiste et maître du Bendira accompagné aussi un grand nombre d‘artistes éparpillés un peu partout dans le moyen Atlas et ses alentours comme Abchar Lbachir, Oustouh Lahcen, Touirse Bouâaza Lâarbi, Maghni Mohamed, Stitou Mohamed, Mohamed Lakhdar...
L'histoire des arts amazighs se souviendra toujours des grands tambourineurs du Moyen Atlas qui ont marqué le vingtième siècle, tous amis du Général. Il a formé pendant plus d'un demi-siècle soit un duo ou un trio avec eux auprès des artistes chefs de groupes qu'ils soient violonistes ou outayri, et qui ont toujours fait appel à lui. Il a travaillé aux côtés de feus Jâab, Ali Oudda, Zayd Ouhdidou, Moha Nbenâissa, lkhsim, Otalha Mohamed et d'autres.
Son parcours artistique, lui a permis de chanter aussi aux côtés d'innombrables femmes artistes comme, et pour ne citer que quelques-unes, Rabha N'hadou Ichen, Zahra N'âadi, Aâtiti, Fadma Tazayite et sa soeur Fatima, Fadma Bassou, Lala Aicha N'ba Sdik, Yamna Oult Ouira, Fadma Oult Hdidou, Mina N'sidi Aâdi, Hbouba N'sidi Aâdi... Toutes ont vécu à Ain Leuh. A Khenifra il a connu Yamna et sa soeur Fatima N'rkia Aâbou, Rkia N'âami, Zineb Oukhatar, Yamna Kourou...
Le GENERAL a beaucoup contribué dans la création et l'évolution de la chanson amazighe. Il a toujours travaillé en silence et à l'ombre aux côtés des principaux artistes qu'a connus la scène artistique amazighe dans le Moyen Atlas et ses périphéries. Sans aucun engagement écrit avec les artistes cités, il leur a servi de lévrier. Son seul engagement était sa fidélité aux musiciens, au patrimoine et à l'art amazigh. Il n'a jamais couru après l'argent ni après une grande renommée. Il vivait au jour le jour mais ses compétences de tambourineur chevronné et de grand chanteur l'ont rendu célèbre et promulgué au rang de Général.
Il a rendu un grand service à l'art et à la chanson amazighs. C'est grâce a lui que la capitale de l'art amazigh a changé de siège d'Ain Leuh après la mort de feu Hamou Oulyazid en 1973 pour atterrir à Khenifra en 1979 sous le règne artistique de feu Rouicha Mohamed. C'est toujours grâce à lui que beaucoup de chants classiques sont toujours vivants et repris par les jeunes artistes qui assurent la relève. Grâce à lui aussi, plusieurs artistes sont devenus célèbres car il a participé à l'enregistrement d'innombrables chansons sans que son nom ne soit jamais cité à la SNRT (radio tamazight) et à plusieurs sociétés de productions telles que Boussiphone, Atlassiphone, Tichkaphone et tant d'autres sociétés... Il a participé à maintes festivités, fêtes nationales et festivals au Maroc comme à l'étranger.
Le Général a atteint aujourd'hui l'âge de soixante huit ans (68 ans) sans retraite ni couverture médicale. Il continue à souffrir en silence tout en regardant le restant de ses jours défiler inexorablement... Il est temps que les responsables fassent un geste à l'égard du Général pour lui rendre hommage... lui qui n'a même pas sa carte d'artiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.