Coronavirus: nouveau record d'infections, la répartition géographique    Tanger-Med : Saisie de plus 190 kg de chira    Le Rwanda nomme une nouvelle ambassadrice au Maroc    Pourquoi Mike Pompeo est en Pologne    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, samedi 15 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.776 nouveaux cas, 41.017 cas cumulés au samedi 15 août à 18 heures    Pourquoi les Marocains se tournent de plus en plus vers le Canada ?    Barça: Bartomeu prépare le grand ménage    Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Casablanca se barricade peu à peu !    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Bouykifi, Un grand musicien, face à l'oubli
Chanson amazighe
Publié dans Albayane le 02 - 07 - 2013

Hassan Nassiri, surnommé «Hassan Bouykifi» depuis ses premiers débuts dans le domaine artistique en 1960 à Azrou. Ce surnom il le doit à de grands artistes comme «Khardali Hamid» qui jouait à l'époque de «Loutar», instrument à trois cordes, comme tous ses contemporains d'ailleurs, et «Fadma Lâazafa» de la petite localité de Boumiya dans l'actuelle province de Midelt. Il a gardé ce titre jusqu'au 17 janvier 2012 date de la disparition de feu «Rouicha Mohamed». Ses amis lui ont attribué depuis le nouveau titre de «Général».
Le Général est né en 1945 à Ait Mouli-Ain Leuh, province d'Ifrane. Ses parents ont déménagé dans le douar des Ait Yahya Ouâala où il a grandi et suivi des études primaires. Après avoir passé son certificat d'études primaires en 1958 avec succès, il a rejoint le collège berbère, l'actuel lycée Tarik Bnou Ziyad à Azrou, qu'il a quitté à la fin de la première année secondaire (appellation de l'époque) en 1959.
Le Général, était un passionné du football, il a joué dans plusieurs clubs comme Ittihad Azrou et Chabab Ain Leuh.
Marié et père d'un enfant, le GENERAL, est un grand tambourinaire(Bnadri) qui a côtoyé depuis son jeune âge les grands artistes tels que Khardali Hamid d'Azrou, Rouicha Ain Leuh, (disciple de feu Hamou Oulyazid), Ouâassim Hamou Oulyazid (père spirituel de la chanson amazighe), Lfnane Moulay Driss, Rouicha Mohamed...
Le Général, grand artiste et maître du Bendira accompagné aussi un grand nombre d‘artistes éparpillés un peu partout dans le moyen Atlas et ses alentours comme Abchar Lbachir, Oustouh Lahcen, Touirse Bouâaza Lâarbi, Maghni Mohamed, Stitou Mohamed, Mohamed Lakhdar...
L'histoire des arts amazighs se souviendra toujours des grands tambourineurs du Moyen Atlas qui ont marqué le vingtième siècle, tous amis du Général. Il a formé pendant plus d'un demi-siècle soit un duo ou un trio avec eux auprès des artistes chefs de groupes qu'ils soient violonistes ou outayri, et qui ont toujours fait appel à lui. Il a travaillé aux côtés de feus Jâab, Ali Oudda, Zayd Ouhdidou, Moha Nbenâissa, lkhsim, Otalha Mohamed et d'autres.
Son parcours artistique, lui a permis de chanter aussi aux côtés d'innombrables femmes artistes comme, et pour ne citer que quelques-unes, Rabha N'hadou Ichen, Zahra N'âadi, Aâtiti, Fadma Tazayite et sa soeur Fatima, Fadma Bassou, Lala Aicha N'ba Sdik, Yamna Oult Ouira, Fadma Oult Hdidou, Mina N'sidi Aâdi, Hbouba N'sidi Aâdi... Toutes ont vécu à Ain Leuh. A Khenifra il a connu Yamna et sa soeur Fatima N'rkia Aâbou, Rkia N'âami, Zineb Oukhatar, Yamna Kourou...
Le GENERAL a beaucoup contribué dans la création et l'évolution de la chanson amazighe. Il a toujours travaillé en silence et à l'ombre aux côtés des principaux artistes qu'a connus la scène artistique amazighe dans le Moyen Atlas et ses périphéries. Sans aucun engagement écrit avec les artistes cités, il leur a servi de lévrier. Son seul engagement était sa fidélité aux musiciens, au patrimoine et à l'art amazigh. Il n'a jamais couru après l'argent ni après une grande renommée. Il vivait au jour le jour mais ses compétences de tambourineur chevronné et de grand chanteur l'ont rendu célèbre et promulgué au rang de Général.
Il a rendu un grand service à l'art et à la chanson amazighs. C'est grâce a lui que la capitale de l'art amazigh a changé de siège d'Ain Leuh après la mort de feu Hamou Oulyazid en 1973 pour atterrir à Khenifra en 1979 sous le règne artistique de feu Rouicha Mohamed. C'est toujours grâce à lui que beaucoup de chants classiques sont toujours vivants et repris par les jeunes artistes qui assurent la relève. Grâce à lui aussi, plusieurs artistes sont devenus célèbres car il a participé à l'enregistrement d'innombrables chansons sans que son nom ne soit jamais cité à la SNRT (radio tamazight) et à plusieurs sociétés de productions telles que Boussiphone, Atlassiphone, Tichkaphone et tant d'autres sociétés... Il a participé à maintes festivités, fêtes nationales et festivals au Maroc comme à l'étranger.
Le Général a atteint aujourd'hui l'âge de soixante huit ans (68 ans) sans retraite ni couverture médicale. Il continue à souffrir en silence tout en regardant le restant de ses jours défiler inexorablement... Il est temps que les responsables fassent un geste à l'égard du Général pour lui rendre hommage... lui qui n'a même pas sa carte d'artiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.