Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    Ministère de l'Agriculture: voici le budget d'investissement en 2021    La justice française saisie par des femmes marocaines agressées par des pro-polisario    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le Maroc, un partenaire «très fiable» avec lequel l'UE souhaite poursuivre le partenariat    Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    L'heure du bilan !    Total Maroc a vu son activité baisser à afin septembre    Décès de Mohamed Abarhoun: ce que l'on sait    Maroc-Japon : Signature à Rabat d'un échange de notes portant sur un prêt de 200 millions de dollars    Deux arrestations sur l'autoroute Oujda-Fès (DGSN)    Ylva Johansson et le patron de l'Anapec font le point sur l'évolution du projet Palim (vidéo)    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    PLF 2021 : les amendements des conseillers    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    ENTRETIEN / Crédit du Maroc se met au vert    Trafic de tests PCR : trois médecins arrêtés à Fès    Covid-19 : Une enquête de CNN révèle les erreurs de Pékin    Le groupe Medi1 s'allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Oscars 2021. Le Miracle du Saint Inconnu représente le Maroc    Merendina parle le langage de l'amour    Covid-19: voici le premier pays européen à approuver le vaccin Pfizer/BioNTech    CHAN / Cameroun 2021: 5 arbitres marocains convoqués    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Jennifer Lopez complètement nue    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahidouss sort Aïn Leuh de l'ordinaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 07 - 2002

Ain Leuh. Un spectacle riche et varié, un village en fête qui se transforme en un lieu de pèlerinage, des mélodies traditionnelles aux mille facettes qu'il faut préserver… Aïn Leuh, au cœur du Moyen Atlas, a vécu au rythme de la 3 éme édition du festival d'Ahidouss.
Durant trois jours, du 19 au 21 juillet, c'est le même scénario à Aïn Leuh, village montagnard situé à 25 km de la ville d'Azrou : de longs bouchons, un rassemblement populaire où se presse une foule bigarrée et volubile, des éclats de baroud et surtout des chants et des danses. A l'occasion du festival d'Ahidouss, qui est pour sa troisième édition, Aïn Leuh a vécu une ambiance festive exceptionnelle et des moments artistiques intenses réanimant au passage une vie culturelle agonisante. Organisé par le ministère de la Culture en partenariat avec la commune rurale de Aïn Leuh et l'association « Taimate » pour les arts de l'Atlas, le festival d'Ahidouss a permis de mettre au devant de la scène un genre musical amazigh souvent réduit à du «folklore bon pour les festivités officielles.» Pour Monsieur O.Bouaza, directeur de cette 3ème édition, «parmi les objectifs principaux de ce festival, c'est de participer à réveiller les mélodies traditionnelles en voie de disparition à l'image de l'Ahidouss dont on a souvent négligée l'inépuisable richesse».
Le choix d'Aïn Leuh est dans ce sens révélateur : carrefour des civilisations amazighes, la région, nichée au cœur du Moyen Atlas, et dont l'histoire remonte à la protohistoire, a su garder et perpétuer cette tradition musicale à travers les générations. Chaque tribu possède en effet sa propre troupe d'Ahidouss et ses propres poètes (Imediazene en Berbère). Pour cette édition, 31 troupes et de nombreux poètes se sont succédé sur l'estrade du stade municipal. Ce dernier, situé dans un cadre féerique environné par une belle forêt de chênes verts, et intelligemment aménagé, s'est transformé, le temps du festival, en un espace qui rappelle les scènes des grands concerts musicaux. Une ambiance créée par la procession des troupes pour faire de ce festival un moment insolite et pousser l'émerveillement du public à son paroxysme.
Venus des quatre coins du pays et aussi de l'étranger ( on parle de 30000 visiteurs par jour), les inconditionnels d'Ahidouss n'ont pas lésiné sur les moyens pour prendre part à cette grande feria. Comme nous l'explique un MRE de Belgique, qui a été accompagné de toute sa famille: «J'ai fait presque 2400 km pour faire découvrir à ma progéniture l'exubérante richesse de l'héritage culturel et musical amazigh qui a subi durant des années auparavant une véritable dégradation programmée.» Avant d'ajouter : «Heureusement que le Maroc a compris que sa force réside dans sa diversité culturelle ». Un témoignage qui traduit avec fidélité l'engouement et la satisfaction du public, et sème l'espoir de voir cet art gagner plus de notoriété sur la scène nationale. D'autant plus que les jeunes s'y intéressent. En témoignent d'ailleurs «les halkas d'Ahidouss» , ces cercles spontanément formés et animés par de jeunes paysans autochtones emmitouflés dans leurs djellabas et turbans qui étaient les témoins de la richesse et de l'enracinement d'Ahidouss dans la culture du Moyen Atlas. Autrement dit, Ahidouss est un patrimoine culturel à protéger.
Le festival a été marqué aussi par le grand hommage rendu à l'artiste Fadma Ouahrouch (surnommée Oult Hdiddou) et le poète berbère Assou Zaka, tous les deux originaires de la région.
Derrière ce voile idyllique, il y a certes le registre négatif. D'aucuns en effet estiment que le festival doit évoluer pour ne pas tomber dans « le déjà vu». Surtout que cette édition est une copie conforme des éditions passées. D'autres critiques militent pour faire du festival un outil de promotion touristique dans cette région dont les potentialités se trouvent toujours inexploitées, et qui se cherchent encore une vocation.
Dans un autre registre, les couacs relevés dans l'organisation de la séance inaugurale (avec cette armée de badgés) appellent à dépasser cette culture d'amateurisme et d'improvisation. Le caïd de la place en sait d'ailleurs quelque chose. Mais au-delà, le festival d'Ahidouss fut un franc succès. Et fut un tintamarre exceptionnel.
• Mohamed Ezzine
Correspondance régionale


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.