Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un débat est nécessaire sur les résidus du colonialisme médiéval
Méditerranée Occidentale
Publié dans Albayane le 28 - 08 - 2013

Le gouvernement espagnol a ravivé, cet été, le dossier de Gibraltar le plaçant dans une stratégie diplomatique pour forcer le Royaume Uni à relancer le dialogue sur le futur du Rocher. Pour Madrid, il s'agit d'une question coloniale. Pour les britanniques, le respect de la souveraineté des Gibraltarien est imprescriptible. Sur l'autre rive du Détroit, Sebta, Melilla et les ilots adjacents occupés par l'Espagne vivent la même situation, ce qui fait que le dossier des colonies en Méditerranée occidentale doit être traité dans un esprit pragmatique par les trois capitales (Rabat, Madrid et Londres).
La conjoncture est différente de l'époque où l'occupation des territoires d'outre mer était une nécessité pour l'expansion des empires européens. Dans ce contexte, Gibraltar, Sebta et Melilla ont un dénominateur commun puisqu'ils partagent le même statut de territoires occupés.
En enclenchant une campagne diplomatique agressive à la suite du nouvel incident entre des pêcheurs andalous et les autorités de Gibraltar, l'Espagne a omis d'ouvrir en même temps un débat avec son voisin le Maroc sur la souveraineté sur Sebta, Melilla et l'archipel des Iles Jaâfarines.
Rouvrir dossier colonial
Le traitement de ce dossier a cessé d'être un thème tabou en Espagne à tel point que dans un récent éditorial (11 août), le quotidien El Pais avait mis en garde Madrid contre le risque de remuer le dossier de Gibraltar. «Si un jour Londres acceptera un accord sur la rétrocession de Gibraltar, comme l'avait fait concernant Hong Kong en appliquant le critère territorial, il est sûr que le Maroc reposera la question avec les soutiens dont il dispose au plan international et dont il manque aujourd'hui», a observé le journal madrilène. La revendication de la souveraineté sur Gibraltar n'est jamais passée inaperçue pour la diplomatie marocaine. Curieusement, la diplomatie espagnole a saisi un incident entre les pêcheurs de la baie d'Algesiras et les autorités gibraltariennes pour mobiliser sa machine diplomatique à l'échelle internationale alors que Londres et Madrid appartiennent au même groupement régional (Union européenne), partageant les mêmes intérêts économiques et stratégiques (G20) et sont unis par une coopération militaire (OTAN). Le contentieux territorial entre le Maroc et l'Espagne est le plus vieux et le plus délicat dans les relations bilatérales. La relance du dossier de Gibraltar a pourtant coïncidé avec la visite officielle du roi Juan Carlos 1er au Maroc (14 - 17 juillet) qui était intervenue, selon des sources officielles espagnoles, en «un bon moment pour les relations bilatérales qui ne cessent de progresser dans les domaines économique, social et culturel». Ce qui est aussi certain c'est que la diplomatie espagnole n'avait pas informé de sa stratégie son homologue marocain.
En plein débat sur la démarche de la diplomatie espagnole, des voix ont rompu le silence pour établir des parallèles entre le statut de Gibraltar et ceux des villes occupées de Sebta et Melilla, ce qui démontre le changement de mentalité concernant le débat autour des territoires espagnols au Nord du Maroc. Il s'agit d'une prise de conscience d'une question qui envenime les rapports entre les peuples marocain et espagnol en dépit de l'attitude figée des cercles nostalgiques d'une époque révolue de l'histoire humaine.
Il a fallu aussi se rendre compte de l'attitude des Britanniques qui considèrent que le cas de Gibraltar peut être aisément comparé à la situation de Sebta et Melilla. Pour certains médias madrilènes, les revendications espagnoles sur Gibraltar et l'escalade dans la baie d'Algesiras ont ranimé le conflit avec le Royaume-Uni et pourraient inciter le Maroc à «reprendre sa vieille revendication de la souveraineté sur Sebta et Melilla». Le leader de la Gauche Unie espagnole a accusé le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy de vouloir dévier l'attention de l'opinion publique espagnole des scandales de corruption au sein du Parti populaire (PP au pouvoir) en provoquant un hypothétique conflit avec le Royaume-Uni.
Ce qui est intéressant à contempler dans le nouveau bras de fer Madrid-Londres est l'attitude pondérée qu'observe le Maroc qui applique la vieille doctrine anglaise «sitting and waiting». Ce sont, cette fois, des milieux espagnols et anglais qui s'érigent comme observateurs actifs. A titre d'exemple, le quotidien britannique The Telegraph résume le conflit hispano-britannique avec des mots révélateurs en qualifiant «Sebta et Melilla de Gibraltar africain de l'Espagne». Le journal établit une comparaison entre les trois territoires aussi bien au plan géographique, qu'historique et politique. Cette comparaison est incontournable eu égard aux multiples points de similitude entre eux. Dans les deux cas, ces territoires sont «des bases militaires et navales dominées par des montagnes fortifiées et ils sont habités par des populations métissées mais unies par une fervente loyauté à la couronne et au pays dont la capitale se situe à des centaines de kilomètres de distance», explique The Telegraph. Sebta a été occupée en 1580 et Melilla en 1497, c'est-à-dire à une époque où les guerres des croisades étaient menées tous azimuts contre le monde musulman. Gibraltar est passé sous la couronne britannique en 1713 à la suite de la conclusion du traité d'Utrecht avec les rois d'Espagne. Contrairement à la situation de Sebta et Melilla, arrachée par la force au Maroc, il est notoire de signaler que ce traité dit que «le roi catholique d'Espagne, en son nom et celui de ses héritiers et successeurs, cède par le biais de ce traité à la Couronne et la Grande Bretagne la pleine et entière propriété et la forteresse de Gibraltar, ensemble en compagnie de son port, moyens de défense et fortifications qui lui appartiennent». Cependant, les actuelles autorités de Sebta et Melilla optent pour la politique de l'autruche qualifiant Gibraltar de «colonie» et Sebta et Melilla de territoires «autonomes» avec une représentation parlementaire. Ce statut d'autonomie, qui date seulement de 1995, a été adopté par les Cortès (parlement espagnol) suite aux fortes pressions exercées par le Parti Populaire sur le dernier gouvernement de Felipe Gonzalez dans une transaction politique en un moment où les socialistes étaient à leur crépuscule. Avec l'octroi par le Parlement espagnol de statuts d'autonomie aux deux villes occupées, rappelle-t-on, les relations entre Rabat et Madrid étaient entrées dans une interminable spirale de conflits (immigration, pêche, conflit de Toura/Laila entre autres).
Ce qui est aussi à retenir, c'est qu'il est logique qu'à chaque fois que des conflits surgissent entre l'Espagne et Gibraltar sur la souveraineté sur «Le Rocher», les comparaisons deviennent «inévitables» entre la colonie britannique et les villes de Sebta et Melilla. Bien entendu, les autorités locales des deux villes occupées continuent de véhiculer de fausses vérités historiques arguant, par exemple, que celles-ci avaient été colonisées «bien avant la création de l'Etat du Maroc».
Des négociations s'imposent
Durant le protectorat, les barrières douanières posées à l'entrée de Sebta et Melilla étaient restées intactes pour faire la différence entre le système politique des deux villes et la situation exceptionnelle imposée de la part du colonisateur dans le Nord du Maroc. Après son indépendance en 1956, le Maroc a déposé en 1961 auprès des Nations Unies le dossier de ses territoires encore occupés pour réclamer leur rétrocession. Par la suite, durant une longue période, le Maroc tentait de traiter ce dossier dans le cadre d'une stratégie visant à éliminer tous les résidus historiques, allusion faite à la présence coloniale à Sebta, Melilla et Gibraltar. Dans cette stratégie, le Maroc a décidé que le futur de Sebta et Melilla soit traité conformément à l'évolution des négociations que l'Espagne envisage de mener avec le Royaume-Uni concernant Gibraltar. Dans ce contexte, le défunt roi Hassan II avait également proposé en janvier 1987 la mise sur pied d'une «cellule de réflexion sur le futur de Sebta et Melilla», composée d'experts et d'hommes politiques d'Espagne et du Maroc dans l'objectif de parvenir à une solution acceptable par les deux parties. L'initiative fut, bien entendu, rejetée par l'ancien gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez.
Déjà, dès l'indépendance du royaume, le régime franquiste avait promulgué un décret du 21 mars 1958 relatif à la nouvelle configuration de Sebta et Melilla signalant, en prévision de toute revendication marocaine, que les deux villes sont une «partie importante de la partie». Ceci signifie que le régime de Franco voulait que Sebta et Melilla recouvraient leur statut d'avant 1925.
Dans un autre décret, en date du 21 aout 1965, le gouvernement espagnol avait créé la direction générale des régions et provinces africaines chargée de la gestion des affaires du Golfe de Guinée et des provinces de l'Afrique Occidentale groupant Sidi Ifni, le Sahara et les places de souveraineté de Sebta et Melilla.
La promulgation de ces décrets témoignait, jusqu'à 1965, de l'attachement du franquisme à la mentalité coloniale en dépit de la progression des mouvements de libération en Afrique. Cependant, à la suite de la récupération par le Maroc de Tarfaya (1958), Sidi Ifni (1969) et du Sahara (1975), seules Sebta et Melilla demeurent colonisées depuis les Croisade des 15e et 16e siècles. Malheureusement, la même mentalité persiste même après la disparition du général Franco puisque la Constitution adoptée en 1978 n'a pas posé en termes clairs le statut juridique de Sebta et Melilla devant l'absence de consensus entre les partis politiques sur cette question. D'ailleurs, les socialistes et communistes, qui appuyaient la rétrocession au Maroc de la souveraineté sur Sebta et Melilla et l'archipel des Jaâfarines, ont fait marche arrière dès que les négociations eurent commencé avec les autres forces politiques sur l'élaboration de la nouvelle constitution de 1978 pour éviter une réaction imprévisible de la part de l'armée. L'extrême droite avait manifesté en 1976 contre toute tentative de se retirer des deux villes occupées.
Durant les deux dernières décennies, les relations maroco-espagnoles ont vécu des moments de tension à cause particulièrement des revendications marocaines sur Sebta et Melilla. En face, l'Espagne ne cesse de renforcer sa présence au nord du Maroc aussi bien au niveau législatif qu'économique et social. Apres avoir réussi à intégrer dans la société espagnole les habitants d'origine marocaine à partir de 1986, soit par l'octroi de la carte d'identité nationale, soit par l'attribution de la nationalité, les deux principaux partis politiques, Parti Populaire et Parti socialiste ouvrier espagnol, se sont mis d'accord sur l'attribution du statut d'autonomie aux deux villes, qui fut adopté le 13 mars 1995 par le Parlement. Les deux forces politiques ont également adopté de nombreuses initiatives tendant à accorder aux assemblées autonomes des deux villes les mêmes compétences que le reste des gouvernements régionaux de la péninsule. Ils comptent également les intégrer au régime douanier européen pour qu'elles soient des frontières extérieures de l'Union européenne.
Pour toutes ces raisons, les forces politiques marocaines réagissent à chaque fois que la question de l'intégrité territoriale est soulevée. L'incident de Gibraltar constitue ainsi une nouvelle opportunité pour rappeler que les résidus historiques du colonialisme doivent être extirpés dans toute la zone de la Méditerranée occidentale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.