"Les Impériales 2022" célèbre les marques, les agences et les campagnes qui ont brillé en 2020 et 2021    Sécurité : Hammouchi reçoit le chef de la police en Mauritanie    Sécheresse : Le Maroc suspend la subvention des cultures de pastèque et d'avocats    Maroc-UE : Entretien téléphonique entre Ursula von der Leyen et Aziz Akhannouch    Lions de l'Atlas: le moment où Ziyech a failli marquer contre le Paraguay (VIDEO)    Le Chef du gouvernement s'entretient au téléphone avec la présidente de la Commission européenne    "Le bleu du caftan" représentera le Maroc dans la présélection des Oscars 2023    Sortie du Trésor à l'international : Les conditions "de plus en plus difficiles" (Jouahri)    Botola Pro D1 et D2 : Le programme    le prince héritier Mohammed ben Salmane nommé Premier ministre Politique    Santé : Un contrat-programme pour la création de près de 16 000 emplois industriels au Maroc    Maroc – Paraguay : Composition officielle des Lions de l'Atlas    Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Nul fou mais en trompe-l'oeil entre Angleterre et Allemagne    Le Conseil de la concurrence dénonce l'absence de toute concurrence sur les prix et la forte concentration du marché    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    Questions à Yasmean, DJ marocaine: «Je joue des genres électroniques différents et «pointus»»    Béni Mellal: plusieurs blessés dans un terrible accident d'autocar (PHOTOS)    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Pénuries alimentaires et crise financière aggravée en Tunisie    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Ukraine : les «référendums» auront des «conséquences» sur la sécurité des régions annexées, dit le Kremlin    Sitel Group et Majorel abandonnent leur projet de fusion    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A la mémoire de Et-Tayeb Houdaifa
Un amour de Mogador
Publié dans Albayane le 04 - 11 - 2013


Un amour de Mogador
Mogador, Tassourt, Essaouira... l'Image. Une cité mythique que bercent, depuis la nuit des temps, les vagues océanes et les vents des Alizés. Mogador, un port, rythmé par l'envol des mouettes, où Sidi Mohamed Ben Abdallah, un roi visionnaire, a installé une mosaïque humaine des plus fécondes. Berbères, Arabes, Africains et Européens. Musulmans, Juifs et Chrétiens. Civilisations, cultures et religions plurielles.
Cosmopolite, métisse et prospère, la cité a connu une histoire glorieuse et des heures fastes avant d'être oubliée. Mais ses enfants et amis, éparpillés dans les villes du royaume et les capitales du monde, la ressuscitent en faisant le choix audacieux et pionnier de la culture comme levier de son développement. Réunis au sein de l'Association Essaouira-Mogador, créée par André Azoulay, ils lancent maintes études et initient des festivals au rythme des quatre saisons.
Outre «les Gnaouas et Musiques du Monde», célébrés chaque été, «le Printemps Musical des Alizés», programmé au printemps et dédié à la musique de chambre, en 2003 fut créée la première édition du «Festival des Andalousies Atlantiques». Rencontre automnale exaltante au concept original faisant l'éloge des cultures andalouses, plurielles et intemporelles. Un patrimoine commun que nous partageons avec nos voisins proches et lointains, l'Espagne et les pays d'Amérique latine.
Aux fracas du monde, aux identités meurtrières, Essaouira oppose les identités multiples, le partage et l'ouverture sur le Différent, sur l'Autre. Ainsi sont les Andalousies Atlantiques, la résurrection de cet espace de modernité éclairé par la culture de l'altérité pour que coexistent dans l'harmonie et la symbiose, les religions du Livre, les peuples de l'Un. Au-delà de toute nostalgie passéiste, de tout folklore touristique, les Andalousies Atlantiques, ont choisi de dédier leur scène aux poètes, chanteurs et musiciens, Musulmans et Juifs, pour que leurs retrouvailles, leurs débats et leur parole libre, restent ancrés dans le monde d'aujourd'hui dont elles interpellent les archaïsmes pour réfléchir à des lendemains qui chantent... la convivialité et la paix. Le Cheikh Jacques Berque n'appelait-il pas «...à des Andalousies toujours recommencées, dont nous portons en nous à la fois les décombres amoncelées et l'inlassable espérance... » Et le président du gouvernement autonome andalou, Manuel Chaves Gonzales, ne considérait-il pas ce festival comme «un instrument privilégié de diplomatie culturelle».
Les Andalousies entre fiesta et agora
«Colloques, conférences, expositions pour séduire l'intellect. Concerts de salsa, flamenco, Gnaoua, arabo-andalou, temps afro-cubains pour taquiner les sens... Les arguments du Festival des Andalousies Atlantiques sont imparables», écrivait mon défunt ami Et-Tayeb Houdaifa en 2004.
Tant de souvenirs émouvants, d'images inoubliables, d'amitiés ficelées et de rencontres ô combien enrichissantes. Dés l'édition inaugurale avec, comme invité d'honneur, le Mexique, quintessence des cultures andalouses et latines, le festival annonçait la couleur. Un colloque sur la dimension atlantique des Andalousies, une exposition sur l'art architectural mauresque et une profusion de concerts avec, entre autre, la troupe mexicaine son de madera aux rythmes des terres chaudes de Veracruz.
La musique andalouse, à travers ses différentes variations (Al-âla, Sanaâ, Maalouf, Gharnati, Matrouz, Ladino...) est le thème fondateur et fondamental du festival. Tout au long de ces 10 années, les grands maîtres, les meilleures formations et les jeunes générations ont défilé sur les scènes de la place Moulay Hassan, Bab Menzah et Dar Souiri : Mohamed Briouel et l'orchestre Abdelkrim Rais de Fès, Mohamed Amine Akrami et l'orchestre Larbi Tamsamani de Tétouan, qui célébra le vibrant hommage à Abdessadek Chekara, l'orchestre Zyriab d'Oujda, Chabab Al Andalus de Rabat accompagnant la dernière étoile du gharnati, Ahmed Pirou à qui le festival a rendu un hommage mérité... Comment oublier les prestations des Baha Ronda, Hayat Boukhris, Samira Kadiri, Françoise Atlan, Touria Hadraoui et Sanaa Marhati ? Celles de Ba Jaddoub, Haim Louk, Abderrahim Souiri, Maxime Karoutchi, Ben Aomar Ziani,Jalal Chekara, Abdelfattah Bennis... ?
Les Andalousies, c'est tout à la fois le flamenco puro, les nouvelles tendances, le flamenco-rock ou le flamenco Gnaoua. Les festivaliers et les Souiris ont eu le privilège d'apprécier les grands noms du genre. La ville a accueilli José Fernandez Torres, alias Tomatito, El Librejano, le libertin et engagé Paco Ibanez, ainsi que les divas Marina Heredia, Valeria Saura, Bettina Castano, Pasion Vega, la reine de pay pay, et l'incontournable Estrella Morente. Sa beauté et sa voix à nulle autre pareilles vont cette année encore illuminer les nuits de Mogador.
Difficile d'oublier les concerts de nos amis algériens Fouad Didi, Naima Dziria, Bahidja Rahal et surtout El Gusto. Ce groupe phénoménal, réuni par Safinez Bousbea, s'est produit, dans son ensemble, pour la première fois dans un pays arabo-musulman, à Essaouira. Longtemps avant les autres scènes marocaines et internationales ! Moments jubilatoires qui ont fait titrer à Kenza Alaoui son article de couverture, «Voir El Gusto et mourir» ! Comment aussi ne pas se souvenir des vocalises du palestinien Moneim Adwan, épaulé par Leila Chahid.
Les Andalousies ce sont de grands colloques, dont l'un consacré à l'emblématique Haim Zaafrani, et une série de forums ouverts aux intitulés évocateurs : «mémoire reconquise, nostalgie ou promesses pour d'autres lendemains», «identités multiples et musiques métisses». Des débats conviviaux, portés par des chants à capella et des intermèdes musicaux.
Les Andalousies ce sont les vibrants hommages à Salim Halali, Samy Elmaghribi, Zohra Elfassia et Albert Suissa. Des noms qui évoquent le patrimoine musical judéo-arabe, partie intégrante de notre culture, mémoire et imaginaire. Spécificité de ce festival et sa marque de fabrique qui en font le rendez-vous unique dans le monde arabo-musulman qui pense et met en valeur cette dimension de notre identité. Un legs que les nouvelles générations de nos musiciens, juifs et musulmans, se réapproprient, revisitent et réinventent à Essaouira pour notre plus grand plaisir.
Quant aux jeunes Souiris qui s'approprient le festival, on ne peut que leur souhaiter bon vent... des alizés ! Le vent qui rend fou d'Essaouira, fou de Mogador !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.