«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dopage : Maria Sharapova tombe de haut
Publié dans Albayane le 10 - 03 - 2016

reine du sport-business Maria Sharapova n'a pas bien célébré le 8 mars, fête mondiale de la femme. Elle se trouve plongée dans une affaire de dopage, après son contrôle positif au meldonium révélé lundi, qui risque de réduire en miettes la stratégie marketing de la sportive la plus riche du monde
L'ancienne N.1 mondiale Maria Sharapova a annoncé au début de cette semaine qu'elle avait fait l'objet, à l'Open d'Australie, d'un contrôle antidopage positif résultant de la prise d'un médicament, le meldonium, prohibé depuis janvier 2016 et au coeur de plusieurs affaires retentissantes.
Alors que les amateurs de tennis redoutaient qu'elle annonce, à 28 ans, la fin de sa carrière en raison d'une blessure à un avant-bras qui l'empoisonne depuis des mois, Sharapova a pris tout le monde à contrepied.
Le visage fermé, la Russe aux cinq titres du Grand Chelem a révélé que la Fédération internationale de tennis (ITF) lui avait notifié le 2 mars qu'un de ses échantillons prélevés le 26 janvier à Melbourne (Australie) était positif.
«Depuis 10 ans, je prends un médicament sur prescription de mon médecin de famille (...), ce médicament n'était pas sur la liste des produits prohibés par l'Agence mondiale antidopage, mais le règlement a changé le 1er janvier dernier et ce médicament est devenu un produit prohibé, ce que je ne savais pas», a-t-elle poursuivi.
Sharapova n'a pas rejeté la faute sur son médecin ou sur tout autre membre de son entourage.
«Je suis pleinement responsable, j'ai fait une énorme erreur, j'ai reçu un mail de l'Agence mondiale antidopage fin décembre et je n'ai pas contrôlé la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés», a-t-elle admis.
«Je suis responsable de ce que j'ingère, je me targue depuis mon plus jeune âge d'être très professionnelle, mais j'ai fait une énorme erreur, j'ai déçu mes supporteurs, j'ai laissé tomber mon sport», a regretté Sharapova, qui a amassé 29 millions de dollars (26,3 millions d'euros) en gains en 2015, dont sept seulement sur les courts.
Le médicament en question, le meldonium ou mildronate, lui est prescrit depuis 2006 pour «traiter des problèmes de santé récurrents, un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans (sa) famille».
Principalement utilisé dans la prévention des infarctus, il est classé parmi les hormones et modulateurs métaboliques (groupe S4) depuis le 1er janvier 2016.
Le meldonium, mis au point dans les années 1970 dans l'ex-URSS, agite depuis plusieurs semaines les autorités antidopage: la Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde 2013 du 1500 m (athlétisme), la Russe Ekaterina Bobrova (patinage artistique), la biathlète ukrainienne Olga Abramova et le coureur de la formation cycliste russe Katusha Edouard Vorganov ont tous été contrôlé positifs à cette substance.
Selon son avocat John Haggerty, Sharapova pourrait être suspendue jusqu'à quatre années, mais cette suspension pourrait, selon lui, être limitée à deux ans, voire quelques mois, si la commission antidopage de l'ITF prend en compte les explications et la bonne foi de sa cliente.
Le patron de la WTA Steve Simon s'est déclaré «très triste»: «J'ai toujours considéré Maria comme une femme d'une grande intégrité, mais comme elle l'a dit elle-même, elle est responsable de ce qu'elle ingère et doit savoir ce qui est autorisé».
La Fédération internationale de tennis a annoncé quelques minutes après la fin de cette conférence de presse que Sharapova était «suspendue à titre provisoire à partir du 12 mars en attendant le déroulement de la procédure».
Le président de la Fédération russe de tennis, Shamil Tarpichev, a aussitôt apporté son soutien à sa star: «Je crois que c'est de la foutaise, rien de plus (...) Les athlètes prennent les médicaments sur ordonnance médicale», a-t-il asséné, alors que la Russie est dans le collimateur de l'Agence mondiale antidopage depuis qu'une commission indépendante a mis à jour un système de dopage institutionnalisé dans l'athlétisme russe.
A court terme, cette suspension ne change pas le programme de Sharapova: la 7e joueuse mondiale a déclaré forfait pour le tournoi d'Indian Wells (Etats-Unis) qui commence mercredi.
Elle n'est plus apparue sur le circuit depuis l'Open d'Australie justement, où elle s'était inclinée en quarts de finale face à sa grande rivale, l'Américaine Serena Williams.
«Je sais que je m'expose à des conséquences, mais je ne veux pas finir ma carrière de cette façon», a-t-elle espéré.
«J'espère que je vais avoir la chance de rejouer», a conclu celle qui avait quitté la Russie, enfant, sans parler le moindre mot d'anglais, pour devenir aux Etats-Unis la première N.1 mondiale russe et une femme d'affaires avisée et richissime.
L'un de ses partenaires historiques, l'équipementier américain Nike, a rapidement tiré les conséquences de cette annonce: «Nous avons décidé de suspendre notre relation avec Maria le temps de l'enquête», a-t-il annoncé...
Bien dommage pour une grande championne telle Sharapovora qui vient d'avoir cette mauvaise nouvelle à l'occasion de fête mondiale de la femme...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.