Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Dématérialisation/TGR : Un nouveau service à partir du 1er novembre    Le message du Premier secrétaire adressé à l'ensemble des Ittihadies et Ittihadis    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Le Maroc, un important marché pour Emirates    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Présidentielle US : Trump se moque de Biden (vidéo)    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d'accélérer l'ouverture des lignes aériennes »    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Redressement progressif des échanges commerciaux    Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Après Casablanca, cinq villes placées sous haute surveillance    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Les folies d'Erdogan    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droits de la Femme : HRW interpelle le Maroc
Publié dans Albayane le 16 - 03 - 2016

Alors que l'ONG Human Rights Watch a, par courrier en date du 15 Février 2016, vivement recommandé au gouvernement marocain de renforcer son arsenal juridique contre les violences domestiques faites aux femmes, Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la Femme et de la Famille a annoncé, de son côté lors de son passage sur 2M la semaine dernière, que son département aurait finalisé un projet de loi sur les violences faites aux femmes. A en croire la ministre, ledit projet va être incessamment adopté par le Conseil de Gouvernement.
En effet, HRW aurait tiré la sonnette d'alarme au motif qu'au Maroc deux femmes sur trois seraient victimes de violences domestiques physiques, psychologiques, sexuelles ou encore économiques. Par ailleurs, au cours d'un séminaire portant sur le «rôle des parlements dans l'autonomisation des femmes» organisé par la Chambre des représentants en collaboration avec la Fondation Westminster pour la démocratie, les participants ont recommandé de veiller à garantir une participation efficiente des femmes et une égalité des chances dans la vie politique marocaine et au sein des instances de prise de décision et lancé un appel pour l'élaboration d'une convention pour lutter contre la violence à l'égard des femmes.
Si dans sa missive, Human Rights Watch "se félicite de l'engagement pris par le gouvernement marocain en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes et de l'élimination des violences contre les femmes". Celle-ci reconnaît, toutefois, que des insuffisances dans la législation marocaine «pénaliseraient» les victimes de violences, étant donné que les textes en vigueur ne donnent pas suffisamment de directives à la police, aux procureurs voire aux juges d'instruction dans les cas de violences domestiques. Ce qui génère très souvent des comportements incohérents de la part de ces derniers voire des dérapages intempestifs.
L'O.N.G. Human Rights Watch prétend disposer de témoignages où il est dit très clairement que des policiers auraient refusé d'enregistrer des dépositions, se seraient abstenus d'enquêter ou n'auraient même pas procédé, dans certains cas, à l'arrestation des agresseurs présumés alors même que l'ordre leur aurait été donné par le Procureur. Elle estime, qu'à ce titre, le code pénal marocain se doit de définir expressément la violence domestique conformément aux recommandations de l'Organisation des Nations-Unies. En effet, lorsqu'il énonce «des peines plus sévères si la victime est un conjoint ou un membre de la famille» - notamment pour les crimes d'empoisonnement ou d'agression - le «viol conjugal» n'y est pas pénalisé.
Ainsi, bien que comportant des éléments positifs comme des sanctions supplémentaires quand la personne reconnue coupable est un conjoint, le code pénal marocain ne définit pas clairement la violence familiale et ne considère pas le viol conjugal comme un crime à telle enseigne que les références minimales à la violence domestique y sont très éloignées des exigences internationales en matière de droits humains.
Il est à signaler, en outre, que parmi les modifications qu'il est prévu d'y apporter, certaines ne viendront pas au secours de la femme. C'est le cas, notamment, de l'article 420 qui va être revu au bénéfice du coupable de manière à ce que la peine encourue soit réduite quand la victime est un membre de la famille «ayant eu des rapports sexuels illicites».
H.R.W. recommande, enfin, que des mesures de prévention soient prises et ce, notamment par l'organisation de campagnes de sensibilisation et par la mise en place de centres psycho-sociaux et de lignes d'appels d'urgence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.