Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    TPE : un nombre record de faillites en 2020    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Eau potable : Lydec annonce une perturbation du service dans certaines zones de Casablanca    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saida Fikri : La symphonie amazighe
Publié dans Albayane le 17 - 03 - 2016

Au sein de la nouvelle génération des stars de la chanson marocaine, Saida Fikri , tient incontestablement une place toute particulière. Ses œuvres dénotent toute à la fois d'un esprit d'innovation doublé d'une grande sincérité. Voici ce qui la distingue et fait sa force, comme nous l'avons constaté à l'occasion de la 4éme édition du festival féminin «Bouya» organisé dans la ville d'Al-Hoceima dans la région du Rif.
Sur cette manifestation artistique et culturelle, Saida Fikri retient d'abord le fait que l'hommage qui lui a été rendu : «est l'œuvre des composantes de la société civile, du mouvement culturel, social et des défenseurs de la cause féminine dans la ville d'Hoceima et sa région. Un festival bien organisé avec le concours agissant de toutes les potentialités culturelles rifaines, et qui m'a rappelé les succès enregistrés lors de mon dernier spectacle dans cette cité en 2008. A cette époque, j'étais peu connue au Maroc et je pensais que personne ne se déplacerait pour voire mon spectacle. Or, c'est le contraire qui s'est passé puisque j'étais suivie par des milliers de fans venus voire et entendre Saida Fikri».
Pour revenir à son enfance, Saida Fikri n'oublie jamais la ville de Casablanca où elle est née, son quartier de Hay Hassani, son école primaire dans un établissement public comme toutes les « filles du peuple» et surtout sa première chanson «Fi Kalbi Jerh Kdim», une reprise du grand pionnier de la chanson marocaine moderne Abdelhadi Belkhayat . Elle n'avait alors que huit ans et pourtant, elle présentera sa toute première chanson personnelle à l'âge de 12 ans. C'est dire que dès l'enfance, son avenir artistique avait été scellé.
C'est ce qui fait que Saida Fikri a aujourd'hui son style propre, sa touche personnelle avec des œuvres sous forme de messages pleins de leçons et d'enseignements. Ce qu'elle confirme entièrement lorsqu'elle souligne que « plusieurs courants de la chanson marocaine et mondiale ont influencé mon parcours., De Marcel Khalifa à Feyrouz , de Feu Mohamed El Hayani à Abdelhadi Belkhayat et Abdelwahab Doukkali ,en passant par Nass El Ghiwane et Jil Jilala , sans oublier l'immortel Bob Dylan».
Mais, Saida Fikri ne se contente pas de chanter . L'un de ses points forts et qu'elle est aussi instrumentaliste et une guitariste virtuose. Sur sa guitare elle n'hésite pas de dire que « ma guitare, c'est ma sœur, ma campagne, ma confidente qui me comprend et communique avec moi sans contrepartie. Car la musique est pour moi une thérapie. Lorsque je chante, enchaîne-t-elle ,j'ai un sentiment de bonheur, une grande satisfaction interne . Au fait, c'est ce parcours de la chanson qui m'a protégé, c'est grâce à lui que j'ai pu éviter de commettre des erreurs dans la vie, malgré toutes les difficultés que j'ai affronté dans mon enfance et mon adolescence».
Pour revenir encore une fois à la chanson, Saida Fikri continue de croire qu'elle est d'abord une chanteuse et musicienne et non une poétesse où parolière, même si la parole a toujours eu un poids considérable dans ses œuvres. Par exemple, l'une de ses chanson « Chaddi H'zamek Ya Oumma' , (serre ta ceinture Ô Nation !) Qui dénonce les violences, les guerres et les destructions. En guise de commentaire sur cette chanson Saida Fikri tient d'abord à faire remarquer que «les violences et les destructions existent dans le monde depuis la nuit des temps, mais chacun d'entre nous se doit de contribuer à la paix, à la coexistence pacifique et à la justice à travers notre planète. Donc, moi je milite pour le bien être de l'humanité et des gens, là où ils se trouvent sur notre planète».
Dans la foulée, Saida Fikri évoque la chanson marocaine pour constater que» la jeunesse marocaine ne s'est pas encore réconciliée avec elle-même, avec sa vocation et son identité culturelle authentique. Cela étant, nous devons toujours laisser les jeunes s'exprimer comme ils veulent, car notre Maroc est riche et fort par la diversité de ses rythmes et mélodies, par son multipartisme politique et culturel».
Lorsque nous cherchons à connaitre ses musiciens où ses musiques préférées, Saida Fikri préfère dire «j'écoute tous les genres musicaux et tout m'emballe en fait : Naima Samih, Nass El Ghiwane, la chanson amazighe, tout, pratiquement tout me sensibilise . Aujourd'hui, mon rêve est de produire un jour une symphonie amazighe, car l'amazighité n'a pas encore eu, hélas, la place qu'elle mérite dans notre univers artistique».
En attendant, Saida Fikri se focalise sur son dernier album : «Adounia Fi L'mizane». C'est un album qui m'a demandé un effort considérable de plus de trois années, et dans lequel j'ai travaillé avec plusieurs musiciens marocains, français originaires d'Algérie, en plus d'un distributeur américain, c'est un album qui parle du monde d'aujourd'hui, au Maroc et à travers le monde.
Sur son dernier album qui vient de paraitre, marqué par le cachet de plusieurs musiciens de notoriété internationale, Saida Fikri avoue qu'elle s'est toujours efforcée de donner à ses chansons une dimension internationale,» car, dit-elle, je suis une marocaine qui a toujours été fière de mon pays et de mon identité culturelle. Lorsque je participe à des manifestations à l'étranger, je constate que les gens suivent très souvent mes chansons, même s'ils n'arrivent pas à comprendre ce que je dis. Voilà une autre preuve qui atteste que la musique marocaine, bien conçue, peut sensibiliser les gens, là où ils se trouvent».
Et pour tout résumer, nous lui avons posé une question centrale : Qu'attelle vraiment gagné de son long séjour aux Etats- Unis? Voici sa réponse en guise de conclusion : «Les Etats-Unis m'ont tout donné. La réconciliation avec moi-même et avec mon pays. Car la vie en situation d'immigrée renforce chaque jour davantage le lien avec le pays d'origine. L'Amérique m' a aussi permis de bien éduquer et former mes filles pour obtenir des diplômes supérieurs enfin , elle m'a permis personnellement de poursuivre mes études et de pratiquer certaines disciplines sportives. Bref, j'ai trouvé au pays de l'oncle Sam, tout ce dont j'ai rêvée dans la vie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.